Claire Selosse

Le Teutsche Merkur de Christoph Martin Wieland, ou comment une revue allemande contribue au dialogue culturel européen à l’époque des Lumières.

Christoph Martin Wieland, écrivain majeur de l’Aufklärung, les Lumières allemandes, auteur allemand le plus connu de son époque, met en jeu sa réputation en devenant le directeur de la revue Teutsche Merkur de 1773 à sa mort, en 1813.

            La présente étude s’appuie sur les archives en ligne du Teutsche Merkur (Université Bielefeld) et les travaux de Claude Miquet, spécialiste français du Mercure Allemand.

            L’entreprise de Wieland, née de discussions avec d’autres écrivains et amis et succès éditorial dans l’espace germanophone pendant 38 ans, se révèle originale par rapport aux autres périodiques de son temps, notamment par rapport aux revues morales et aux revues littéraires.

            Fondée sur le modèle prestigieux du Mercure de France, la volonté éditoriale innovante de la revue est de traiter en un même lieu de sujets érudits, philosophiques et littéraires et de sujet d’actualité scientifique, sociale et politique. Néanmoins, la revue n’est pas centrée sur l’actualité des pays germanophones mais recense également l’actualité culturelle et scientifique des pays voisins, ce qui lui donne une perspective européenne.

            La revue combine une politique d’honoraires élevés, pour garantir la juste rémunération et la liberté de création de ses collaborateurs, à un prix de vente réduit afin de cibler un vaste lectorat. Wieland touche ainsi un public germanophone supra-régional et contribue à former l’unité culturelle des pays de langue allemande. Il veut s’adresser « aux gens moyens » et pas seulement à l’élite intellectuelle, afin de diffuser l’esprit des Lumières au peuple et de développer l’esprit critique de ses lecteurs, en publiant volontiers des articles contradictoires de différents auteurs et le courrier des lecteurs. L’ambition de la revue est d’insérer la culture allemande dans la culture européenne en créant un espace de dialogue autour de valeurs communes, universelles. Elle est donc conçue comme le forum d’une vision cosmopolite des Lumières qui apparaît en filigrane dans la direction de la revue.

            Nous proposons, dans une perspective d’histoire culturelle, une analyse détaillée d’une question politique traitée dans le Mercure allemand : la Révolution américaine de 1776, événement discuté alors dans toute l’Europe. Aux côtés de rubriques les plus variées, recensions littéraires et musicales, articles d’histoire naturelle, lettres de lecteurs ou extrait de journal de voyage, la rubrique de « l’article politique » (Politische Nachrichten) est récurrente jusqu’en 1777. Elle présente l’actualité politique classée par pays et recense les nouvelles des pays voisins (France, Espagne, Angleterre, Pologne, Portugal…), témoignant d’une conscience de l’espace européen. A la fin de l’année 1776, la rubrique « Angleterre », dans laquelle est rapportée la révolution américaine, connaît un changement de correspondant. L’anonyme annonceur de la victoire de l’Angleterre est remplacé par Christian Wilhelm Dohm, qui présente le conflit comme un combat idéologique et profite de la rubrique pour créer un débat d’idées sur les différentes formes de pouvoir en Europe. Le changement de collaborateur montre clairement la volonté éditorial du directeur.

            Wieland contribue grâce au Teutsche Merkur à développer un caractère national à la culture germanophone en affirmant auprès de son lectorat une forme d’unité culturelle des pays de langue allemande. Il s’oppose néanmoins au patriotisme culturel de ses détracteurs, notamment les jeunes poètes du Sturm und Drang, en donnant à son ambition éditoriale une dimension européenne et cosmopolite.

SELOSSE Claire

Professeure agrégée d’allemand (Angers)

Doctorante en études germaniques – Sorbonne Université (Paris)

Réseau de Jeunes Chercheurs en Histoire culturelle de l’Université Sorbonne Nouvelle