Stefano Cataneo

Une lutte entre deux conceptions de la diplomatie culturelle française, face une concurrence étrangère féroce 1957 – 1961

La France a poursuivi un effort constant et sans relâche pour assurer sa présence culturelle dans les Balkans et particulièrement en Grèce. Elle est un des premier pays à entreprendre une véritable politique culturelle, et ce dès le XVIe siècle, une promotion de son image, que ce soit de sa culture mais surtout de sa langue. Mais une nouvelle organisation géopolitique opérée au cours du XXe siècle, a fortiori après la seconde guerre mondiale, met la France face à une concurrence beaucoup plus importante dans ce secteur, dont elle était la pionnière jusqu’ici. C’est en effet par la montée de l’influence des deux blocs, américain et soviétique, que les relations internationales commencent à être redéfinies selon de nouvelles valeurs et centres d’intérêts. La culture devient un centre d’intérêt majeur et rentre au cœur des luttes d’influences que se font les Etats dans le monde. Jusqu’ici, la France, seule à avoir entrepris des politiques de grande envergure dans ce domaine, doit dès lors subir l’entreprenariat de certains rivaux qui ont compris que la culture permettait désormais d’imposer aussi sa puissance économique et politique dans le monde. Il aura fallu un certain temps avant que la plupart des acteurs étatiques ne comprennent que les objectifs de la diplomatie culturelle et de la politique extérieure s’inscrivent dans le même registre d’analyse des enjeux de son rayonnement à travers la planète.

C’est à travers ces constatations que se pose la première question vis à vis du sujet : quels est le sens et l’efficacité des politiques culturelles françaises opérées ? Car il existe une véritable problématique vis à vis de l’efficacité à propos de la diplomatie culturelle française depuis la seconde guerre mondiale. Une diplomatie conçue initialement comme un rayonnement de sa langue, de sa culture, de sa pensée et de sa vision. C’est à travers le contexte de la décolonisation, de l’amoindrissement de la culture des élites et du déclin observé de l’enseignement du français, que ces questions ont commencé à se poser. Les nouveaux enjeux sont désormais de toucher le plus de monde possible dans une population et non plus seulement les élites, d’utiliser les médias de masse, de défendre le plus possible la langue française… Finalement, on assiste à un deuxième questionnement, sur la base de savoir si la diplomatie française possède une identité propre, qui la distingue des autres types de diplomaties, et pour lequel il faut se battre pour défendre son caractère original, ou si l’on repère une envie de la part de l’appareil diplomatique français de devoir changer ses habitudes et ses pratiques, pour mieux s’adapter aux évolutions d’un monde, dont les Etats-Unis sont devenus le modèle culturel par excellence.

L’action culturelle de la France à l’étranger a toujours été un instrument de sa puissance nationale. Depuis 1945 où la France sort très affaiblie de la guerre, la politique culturelle devient de plus en plus une solution de rechange à une politique de puissance inaccessible, une véritable compensation à son déclin. Nous allons donc étudier un épisode de la concurrence entre deux conceptions de la diplomatie dans une étude de cas de 1957 à 1961, à travers la rivalité de deux hommes, que sont Octave Merlier et Guy de Girard de Charbonnières. Octave Merlier, directeur de l’Institut Français d’Athènes pendant près de 16 ans (1945 – 1961) et Guy de Girard de Charbonnières, ambassadeur de France à Athènes pendant 7 ans (1957 – 1964), sont deux figures politiques qui sont assez méconnues de l’histoire des politiques culturelles françaises. Ils cristallisent, par leur lutte d’influence au sein des enjeux des politiques à mener en matière d’échanges culturels, la lutte entre deux types de conceptions : Octave Merlier cherche à mettre en œuvre une politique de promotion d’échanges des cultures grecque et française, tandis que Guy de Girard de Charbonnières, promeut une politique plus en phase avec les idées du ministère des Affaires Étrangères, un système de rapprochement réaliste où la France serait toujours plus gagnante.