Julien Beaufils

Le sport comme moyen de renforcer les liens entre frères communistes ? Entre discours et réalité à l’exemple de l’École supérieure allemande de la culture physique (1970-1990).

Le sport a été un des rares domaines d’excellence de la RDA, avec notamment une deuxième place au classement des médailles lors des Jeux Olympiques de 1976, 1980 et 1988, ce qui a été possible grâce à des investissements humains et financiers très importants de la part du gouverne- ment est-allemand[1]. Cependant, pour le régime, « le sport n’est pas un objectif en soi, c’est un moyen d’atteindre un objectif »[2], qui, dans les an- nées 70 et 80, consiste, entre autres, en l’amélioration des relations étrangères du pays.

Au sein de ce système, l’École supérieure allemande de la culture physique (Deutsche Hoch- schule für Körperkultur, DHfK) a joué un rôle important. Fondée en 1950 à Leipzig – et dis- soute après la réunification en 1990 –, elle a été le principal centre du pays concernant la formation des entraîneurs et la recherche dans les sciences du sport (biomécanique, psychologie et médecine du sport,…). En outre, elle disposait, comme l’en- semble des institutions du sport en Allemagne de l’Est, d’un réseau de relations internationales très dense, composé notamment de partenariats avec des établissements similaires situés à l’étranger ou bien de participations à des organismes internationaux [3] et qui, selon les dires répétés de la direction, permettait de souligner les liens exceptionnels avec les pays-frères d’Europe de l’Est.

Nous nous demanderons donc ici, à travers une analyse de matériaux issus des archives de l’école, si ces références permanentes à la collaboration avec les pays socialistes d’Europe ont été suivies de résultats concrets et ont réellement contribué au renforcement des liens sportifs et culturels.

Les socialistes d’Europe, des partenaires privilégiés

En considérant le principal document portant sur l’organisation des contacts de l’École avec l’étranger dans les années 70 et 80 [4], on peut s’apercevoir que trois grands axes se dessinent, par ordre de priorité :

  • la collaboration avec les « institutions sœurs des pays socialistes »;
  • le soutien aux nations « anti-impérialistes » d’Afrique et d’Asie;

Cependant, au-delà de ces déclarations d’intention, on peut noter, en analysant les échanges de l’école, que l’immense majorité des mesures impliquant un contact avec un pays étranger ont été prises avec un autre pays socialiste [5]. Ainsi, 81 % des relations internationales de la DHfK ont été faites avec un autre pays du CAEM, contre 15 % pour les pays en voie de développement, et seule- ment 4 % pour l’ensemble des pays capitalistes (pays de l’OCDE). De plus, en observant le contenu de ces relations, seuls les pays communistes ont fait l’objet de partenariats solides et d’une volonté d’établir des liens de collaboration. En effet, 75 % des contacts avec les autres républiques populaires ont été établis dans le cadre d’échanges bilatéraux avec une – ou plusieurs – école similaire, ce qui tranche avec les échanges établis avec les autres   pays : ceux avec les pays capitalistes et les pays en développement étant marqués par des liens plus lâches à travers, par exemple , de simples participations à des congrès internationaux.

Des relations inégales entre les pays socialistes.

Entre les pays socialistes, il se distingue très clairement une hiérarchie, au sommet de laquelle se situe l’URSS. Les relations avec les partenaires soviétiques – principalement les Instituts centraux pour la culture physique de Leningrad et Moscou ont en effet été les plus denses et les plus variées : collaboration pédagogique pour l’amélioration des cursus, rencontres fréquentes entre les directions des établissements, voyages d’étudiants, échanges scientifiques via la participation à des colloques et des voyages d’études et échanges de littérature scientifique. Face à cela, on note que les relations avec la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Bulgarie, si elles ont été denses et amicales, ont été nettement moins développées. Ainsi, si l’Académie pour la culture physique de Varsovie, l’Institut pour la culture physique de l’Université de Prague, et les Écoles supérieures pour l’éducation physique de Budapest et Sofia ont été des partenaires constants dans le domaine pédagogique et que des liens solides entre leurs étudiants, leur direction et Leipzig ont été créés, ces contacts n’ont jamais atteint le niveau de ceux établis avec l’URSS, et surtout, les échanges scientifiques ont été très nettement négligés.

Enfin, malgré l’existence de l’Institut pour la culture physique de Bucarest, les contacts avec la Roumanie étaient quasi-nuls, et ce pays n’est presque jamais mentionné dans les archives de la DHfK. En outre, cette absence de communication entre la RDA et la Roumanie n’est pas seulement visible au sein de la DHfK, mais dans l’ensemble du domaine du sport [6]. Cette hiérarchisation des pays socialistes peut s’expliquer par la soumission des relations sportives aux grands principes de politique étrangère. La favorisation de l’URSS par rapport à des voisins géographiquement plus proches souligne ainsi la volonté de Berlin-Est de se présenter comme le junior partner |7] de Moscou sur la scène internationale, tandis que la mise à l’écart de Bucarest met en exergue les différences entre deux États utilisant le sport pour rayonner à l’étranger, mais sous deux axes différents : une orthodoxie socialiste pour Honecker et une nouvelle voie, propre à la Roumanie, pour Ceauşescu [8]. Ces relations sportives se caractérisent davantage par un souci d’utilité réciproque que par une réelle volonté de coopération et d’amitié.

Des   relations   prisonnières de la guerre froide.

Prises dans les logiques diplomatiques, les relations internationales de la DHfK, et dans le domaine du sport en général, ont été particulière- ment touchées par l’effondrement des régimes socialistes dans la deuxième moitié des années 1980. Elles étaient considérées comme hautement stratégiques pour le régime, à tel point que les membres de l’École en mission à l’étranger étaient considérés comme « des ambassadeurs de la RDA devant représenter leur patrie socialiste avec honneur. [9] » Cette dimension officielle des contacts avec l’étranger entraînait la surveillance constante par les organismes de l’État, notamment le Secrétariat d’État pour la culture physique et le sport auprès du Conseil des Ministres de la RDA (Staatssekretariat für Körperkultur und Sport beim Ministerrat der DDR, SKKS), provoquant de graves lourdeurs administratives et une perte notoire de la qualité des échanges au cours des années 80, ce qui a été souvent regretté par les professeurs de l’École.

En raison de cette dimension administrative et officielle, les relations de la DHfK n’ont pu dépasser les équilibres engendrés par la guerre froide, et notamment, l’isolation marquée de la RDA dans ses dernières années. Ainsi, les fonctionnaires strictement orthodoxes de la SED ont vu d’un très mauvais œil les changements en cours dans les autres pays du bloc, provoquant un ralentisse- ment notoire des contacts avec ces pays. Ainsi, de 1980 à 1985, les échanges d’étudiants et de nombreuses autres mesures avec Varsovie ont été simplement supprimés, en raison des événements liés à Solidarność. De même, les Allemands de l’Est se plaignaient fréquemment du manque de rigueur idéologique des étudiants et professeurs hongrois, proches de la ligne kadariste.

Enfin, même si le sport était un domaine d’action prioritaire pour la RDA, la crise économique des dernières années l’a contrainte à une réduction des contacts, la mise en place de mesure avec l’étranger devant se faire avec la « parcimonie la plus sévère » [10] , ce qui a entraîné la réduction de la durée des voyages ou du nombre de personnes impliquées, voire la non-homologation pure et simple de certaines mesures pour des contraintes budgétaires.

1 Jutta Braun. « ”Jedermann an jedem Ort – einmal in der Woche Sport” Triumph und Trugbild des DDR-Sports ». In : Friedensstaat, Leseland, Sportnation ?: DDR-Legenden auf dem Prüfstand. Sous la dir. de Thomas Grossbölting. Berlin : Links Verlag, 2003, p. 177–195.

2 « Der Sport ist kein Selbstzweck, er ist Mittel zum Zweck », citation de Erich Honecker en 1948, alors président de la FDJ, cité d’après : Falko Zink. « Der Sport und seine Institutionen im Spannungsfeld von Staat und Politik : eine zeitgeschichtliche Untersuchung zur Anpassungsfähigkeit der Institutionen des Sports ». Thèse de doct. Saarbrücken : Universität Saarland, 2009, p. 121

3 On peut par exemple citer le CIEPS (Comité International de l’Éducation Physique et Sportive) ou bien la FEPSAC (Fédération Européenne de Psychologie des Sports et des Activités Corporelles)

4 Vorläufige Ordnung für die internationale Arbeit an der DHfK, Archives de l’université de Leipzig, UAL DHfK VWA 1253

5 Les données statistiques de ce document ont été extraites des rapports annuels internationale Reisepläne et Jahres- berichte de 1971 à 1989, hormis 1976 et 1980-1982, ces années n’ayant pas encore été consultées.

6 Norbert Lehmann. Internationale Sportbeziehungen und Sportpolitik der DDR : Entwicklung und politische Funktionen unter besonderer Berücksichtigung der deutsch-deutschen Sportbeziehungen. T. 2. Münster : LIT Verlag, 1984, p. 553.

7 Hermann Wentker. Außenpolitik in engen Grenzen : die DDR im internationalen System, 1949-1989. Munich : Oldenbourg Verlag, 2007, p. 121.

8 François Fejtő et Ewa Kulesza-Mietkowski. La fin des démocraties populaires : les chemins du post-communisme. Paris : Éditions du Seuil, 1992, p. 202, 209.

9 Vorläufige Ordnung für die internationale Arbeit an der DHfK, op. cit., p.2

10 « mit der strengsten Sparsamkeit », Internationaler Reiseplan 1985, Archives de l’Université de Leipzig, UAL DHfK VWA 3419/2