HOANG Thi Hong Ha

La politique culturelle vietnamienne de l’époque contemporaine. L’exemple de la cérémonie de Trần Hưng Đạo

 

Trần Hưng Đạo, (1228 – 1300), (né Trần Quốc Tuấn) est un général de la dynastie des Trần. Il repoussa par trois fois en 1258, 1285 et 1287 l’invasion mongole-Yuan. Il est aussi considéré comme une divinité[1] qui chasse les esprits malfaisants et protège les femmes qui souffrent des suites d’un accouchement (Phạm 2009:12).

A cet aspect divin est rattaché le rituel de possession que l’on appelle indifféremment rituel de possession de Trần Hưng Đạo ou de la famille de Trần. La possession de la divinité Trần (Đức Thánh Trần) est du type de l’incarnation mortifiante. Le médium pour ce rituel est toujours un homme, dénommé le médium purifiant (Thanh đồng). Chaque incarnation d’esprit débute par l’entrée de l’esprit dans le corps du médium. Il doit accomplir la mission de l’esprit (làm việc quan)[2]. Pour cela, le médium s’anime, fait des grands gestes, danse (múa đồng) au rythme des chants et de l’orchestre (nghe chầu văn). Le médium procède, entre autres, au rituel de la « perforation par une pointe de fer » (xuyên lình) par lequel il se taillade la langue. Le but de la cérémonie de possession est de guérir et d’exorciser[3]. La possession se termine par la sortie de l’esprit du corps du médium (thăng đồng).

Avec la Rénovation politique (đổi mới)[4] de 1986 à nos jours, le rituel de la possession de l’esprit a un double caractère, ambigu, d’une part il conserve le statut illégitime qu’il avait acquis durant la période coloniale française, d’autre part il est aussi considéré comme faisant partie du patrimoine «culturel traditionnel immatériel » qui contribue à l’héritage culturel du Vietnam dans la voie de son intégration à la modernisation et à la mondialisation. C’est le Ministère de la culture vietnamien qui supervise les manifestations de ce rituel. En 2013, un dossier visant à faire reconnaître par l’Unesco le caractère de patrimoine culturel immatériel mondial au rituel de possession (hầu đồng) (qui comprend le rituel de la famille de Trần) a été élaboré.

Cette valorisation de la cérémonie de possession de Trần Hưng Đạo reflète le changement intervenu dans la politique culturelle Vietnamienne. Conséquence indirecte du socialisme, le Vietnam était relativement «ferme» avant 1986. Les échanges culturels qu’il avait avec les autres pays socialistes n’étaient certainement pas négligeables, mais ils appartenaient à la même dimension politique et idéologique. Depuis 1986, la culture est considérée comme un élément du projet de construction de la nation et une composante de la modernisation du Vietnam. Le sixième Congrès national du Parti communiste a mis un accent sans précédent sur l’importance de la culture, vu à la fois comme un besoin social essentiel et comme un secteur de la production spirituelle. Il déclare que la culture marque le niveau de développement d’un pays et d’une époque, et contribue à enrichir la vie humaine[5].

La politique culturelle a systématiquement été abordée dans tous les congrès qui se sont tenus de 1991 à 2011.

En effet, des congrès nationaux du parti ont adopté un « Programme politique sur l’édification du pays dans la période de transition au socialisme» dans lequel le développement économique se fait parallèlement au développement culturel dont l’objectif est d’édifier une culture moderne et riche d’identité nationale (Whitmore, 1983 ; K.Taylor, 1983). La rénovation de la politique culturelle est une base pour la stabilité sociale et permet la reconnaissance de l’individu.

Bibliographiques

 

PHẠM, Quỳnh Phương, 2009, Tran Hung Dao and the resurgence of popular religion in Vietnam, Chiang Mai : Mekong Press.

 

TAYLOR, Keith Weller, 1983, The Birth of Vietnam. Berkeley, University of California Press.

WHITMORE, John K, 1983, “The Vietnamese Sense of the Past, Vietnam Forum I: 4-16.

 

 

[1]Le mot « thánh » au Vietnam on ne trouve pas le mot équivalent en français. Quelques auteurs le traduisent par le mot Saint mais le sens ce n’est pas identique. On peut utiliser le mot divinité mais n’est pas de proche le sens original, je, dois, donc, utilise le mot vietnamien « Đức thánh Trần ».

[2]Littéralement, faire la mission du mandarin

[3]Ce type de la possession est différent avec celui de Quatre Palais qui est incarne par le médium féminin ou masculin. Son but est d’octroyer la générosité et la guérison. Mais les deux types sont quelques fois assimilés progressivement.

[4]Đổi Mới: programme de réforme de l’économie et de certains aspects de la société, crée par la Parti communiste du Vietnam dans les années 1980 et applique officiellement dès le VIe congrès du Parti communiste du Vietnam de 1986, puis généralise à tous les domaines à partir du 15 juin 1997.

[5]Article de la constitution de la république socialiste du Vietnam (1992) et la résolution du 4e plenum du Comité central du parut du VIIe congre : « Sur quelques taches en matière culturelle et artistique des années à venir », in Đảng cộng sản Việt Nam (Parti communiste du Viet Nam), Văn kiện hội nghị lần thứ 4 Ban chấp hành Trung ương khoá VII) (document du 4e plenum du Comité central a l’issue du VIIe congres), Hanoi, 1993, p.51-57.