Elena TISLENKO

L’émergence des Industries Culturelles dans la Russie post-soviétique

La Russie a toujours entretenu un rapport particulier avec la culture. L’URSS en faisait un instrument politique de propagande subventionné à 100 % par l’État.

Dans la période entre 1980 et 1990, le gouvernement manque de ressources. Le jeune État démocratique diminue son intervention dans la vie culturelle en passant à l’économie de marché.  Les établissements culturels doivent désormais rechercher des sponsors et des donateurs. Le manque de ressources conduit à  une diminution du nombre de cinémas, de Maisons de la culture, de bibliothèques municipales. D’autres établissements – universités, théâtres, les plus importants musées du pays – reçoivent un label étatique qui leur permet d’être toujours financés par l’État.  Échappant à la privatisation, l’Ermitage, le Bolchoï, le Gosfilm, l’Académie de la peinture sont sauvegardés.

A partir des années 1990, nous remarquons trois tendances dans le paysage institutionnel de la culture:

  • Une diminution du nombre d’établissements culturels et d’événements exigeants –  musique classique,  théâtres et cinémas d’auteur ;
  • Un changement en manière de consommation de biens culturels. Les Russes accèdent à la culture de manière individuelle dans la sphère privé;
  • Un changement des pratiques culturelles des Russes:  un choix pour la pop-culture occidental et pour les produits de divertissement.

L’État applique un modèle économique de marché pour la culture, notamment par une série de lois permettant aux entreprises privées de financer les structures culturelles.

Ainsi, dès la formation de la Fédération de la Russie en décembre 1991, on opte pour une « loi sur les médias ».

Puis en 1992 s’ajoute la loi sur « Les bases législatives de la Fédération de la Russie sur la culture ». Parmi d’autres lois et réformes, il est important de citer:

  • la loi de « l’importation et de l’exportation des richesses culturelles » de 1993
  • la loi « sur le dépôt obligatoire d’un exemplaire d’un document culturel aux archives » de 1994
  • la loi sur « l’organisation des bibliothèques » de 1995
  • la loi « sur l’information, l’informatisation et la protection de l’information » de 1995
  • la loi sur « les musées de la Fédération de la Russie » de 1996
  • la loi « sur le soutien étatique au cinéma de la Fédération de la Russie »  de 1996.

Dans la première moitié des années 1990, le nombre de structures privées augmente considérablement dans le secteur culturel. De nouveaux métiers apparaissent et un marché des biens culturels émerge. Dans la deuxième moitié des années 1990, les entreprises privées participent au financement des industries culturelles. Elles soutiennent les musées, les théâtres, les écoles privées, sponsorisent des festivals, des expositions, des salons et des foires. Plus tard, dans les années 2000, les grandes entreprises et les personnes privées se sont lancées dans la création de leurs propres musées et galeries d’art, la création de fondations, des « grantes », de subventions, de prix, d’appels à projets; par exemple La fondation internationale de Vladimir Spivakov, La fondation internationale « Les nouveaux noms », Le prix de Kandinsky, Le prix littéraire de Balmont.

Quant aux médias, l’État reste toujours le plus grand propriétaire dans l’infrastructure des industries et détient directement une grande partie de ces industries. Actuellement, l’État concentre son monopole dans le domaine de la télévision hertzienne. Il s’agit du groupe VGTRK qui est pratiquement le seul acteur de l’industrie appartenant à 100% au gouvernement russe (chaîne hertzienne « Rossia », une chaîne culturelle « Kultura », une chaîne sportive « Sport », quelques stations de radio, 88 centres régionaux de télévision, une agence d’information RIA Novosti, 32% de participation dans Euronews) et «1 chaîne » où le gouvernement détient 51% d’actions.

L’année 2004 a marqué une tendance de « dépolitisation » et l’accroissement d’émissions de divertissement. Depuis, on assiste à un intérêt croissant des chaînes de télévision pour le cinéma et les émissions de divertissement. Il est à noter qu’une grande partie des contenus de télévision est subventionnée par l’État : 68,7% dont 59,4% pour les films de fiction et 83,7% pour les documentaires[1].

Conclusion

Pendant la difficile période des années 1990, la culture au sein de l’État Russe a été négligée. Le budget de la culture prévu par l’État ne pouvait pas être accompli, le secteur privé émergé avec la privatisation a permis la création des pôles des médias par des oligarques proches du pouvoir du Président Eltsine aussi que des petites entreprises.

Au même temps que le pays retrouve ses forces économiques vers la fin des années 1990 et le début des années 2000, le gouvernement retrouve son intérêt pour la culture.

Vu l’intervention de la politique dans la culture, le paysage médiatique russe a ces spécificités dont nous pouvons souligner trois conséquences :

  • Les objectifs poursuivis par les médias russes ne sont pas déterminés par une logique du marché mais plutôt par les intérêts de la vie politique ;
  • Les médias et les industries culturelles rentrent toujours dans la sphère d’intérêt de l’État ;
  • Les industries sont instrumentalisées autour d’intérêts politiques et économiques.

Tout de même, il convient de préciser qu’à côté de ce marché contrôlé par l’État, il existe tout ce monde des industries culturelles qui a vu le jour pendant les années 1990 et s’est développé aux années 2000. Ces industries culturelles se permettent de parler contre le pouvoir politique, proposer l’art alternatif, faire une autre télévision, organiser des événements culturels qui ne suivent pas des règles du marché ni du pouvoir en place.

L’avenir de la culture russe va se jouer au sein de cette contradiction : le pouvoir déjà établi et les initiatives privées émergentes.

 

Bibliographie :

Compedium Cultural policies and trends in Russian Federation, Cuntry profile “Russia” (in Russian), National Rapport, Moscow, December 2010.

Cultural policies in the Russian Federation, review, Council of Europe, International Report, Strasbourg, Mai 2013.

La structuration des ICIC et système de communication en Russie, Ilya KIRIYA, Université de Moscou, Russie, préparé pour le Colloque international « Mutations des industries de la culture, de l’information et de la communication » Septembre 2006.

www.culturalpolicies.net

www.mkrf.ru (le site officiel du Ministère de la Culture de la Fédération de la Russie).

[1] Целевые программы in La structuration des ICIC et système de communication en Russie, Ilya KIRIYA, Université de Moscou, Russie, p. 9.