Giedre Cibulskaite-Versinskiene

LES FEMMES ET L’ETHNICITÉ AU CARREFOUR DE LA GLOBALISATION

Si, en Lituanie, les études sur l’égalité homme-femme n’ont fait leur apparition qu’à la fin du XXe siècle, les droits des femmes trouvent leur origine déjà dans le premier Statut de Lituanie au XVIe siècle. Ils s’inscrivent en réalité dans la culture européenne des droits de l’homme, elle-même fondée sur le principe du droit naturel.

En effet, la notion juridique des droits de l’homme a été introduite au XVIe siècle, précisément dans le préambule du premier Statut de Lituanie (1529), qui met en avant son caractère universel : il s’adresse à tous les sujets, nonobstant leur rang[1]. L’article 9 dispose par ailleurs que tous les citoyens lituaniens doivent être jugés selon le droit écrit unique, même si, dans les faits, l’égalité de tous face à la loi n’est pas aussi évidente. Par le biais de l’article 7 dudit Statut, le grand-duc de Lituanie s’engage aussi à protéger les droits et libertés de tous ses sujets : droits de propriété, honneur des femmes[2].

Nous pouvons observer qu’en Lituanie, les droits des femmes font donc leur apparition dès la fin du XVIe siècle, une voie pour le moins avant-gardiste par rapport à d’autres pays dont les velléités en la matière sont nettement moins prononcées.

Au XXIe siècle, la société lituanienne cueille les fruits de cette avancée avant-gardiste : Dalia Grybauskaite occupe le poste de la présidente de Lituanie depuis 2009 (ayant entamée le deuxième quinquennat en 2014), Loreta Grauziniene (2012-2016) et Irena Degutiene (2009-2012) : les présidentes du parlement, sans évoquer les femmes ministres des postes clé du gouvernement[3] (ministère de la défense, ministère des finances entre 2008 et 2012) [4]. En 2013, 39 % de dirigeants (décideurs législatifs, hauts fonctionnaires, PDG des entreprises et autres dirigeants) : également des femmes.

La Lituanie dispose d’une société multiculturelle composée de nombreuses minorités nationales qui sont exposées à la perte de leur identité dans un monde fortement globalisé. Le risque d’assimilation via les mariages mixtes, les familles cosmopolites qui font 16 % de tous les mariages en Lituanie octroyant ainsi la première place en Europe, et l’émigration sont les principales craintes des minorités nationales.

Dans ce contexte du monde globalisé, les figures féminines se placent de nouveau en qualité de garant de la sauvegarde identitaire et culturelle des minorités nationales de Lituanie. L.Urman, A. Gedaminskienė, B. Karvelienė, K. Zujienė, E. Sajeva, L. Bartkienė, R. Shvedko, respectivement présidentes de la communauté estonienne, de la maison des minorités ethniques, de la maison de l’intégration des Roms, de la communauté ouzbèke de Lituanie Pachtakor, de la communauté des tchétchènes baltes, de la communauté de la culture roumaine de Lituanie Dačija, de la communauté des biélorusses de Panevėžys, sont veillent très activement à la préservation de leur culture, de leur langue et de leurs traditions.

Une illustration de l’implication des femmes dans le processus de préservation culturelle, est la création d’un musée de la vie des Tatars. Fondé par Liusė Gaidukevičienė dans la maison de ses beaux-parents, femme tatare mariée à un lituanien, ce musée est voué à la sauvegarde des traditions tatares. Un bel exemple d’une double appartenance : à la communauté tatare et au peuple lituanien, deux cultures, plusieurs traditions et une cohabitation fortement engagée.

[1] Genzelis, Bronius, Socialinės ir politinės minties raida Lietuvoje: Būti ar nebūti Lietuvai / Évolution de la pensée sociale et politique en Lituanie : Être ou ne pas être, telle est la question que se pose la Lituanie ?, Margi raštai, Vilnius, 2006, p. 20-22.

[2] Lazutka, Stanislovas, Pirmasis Lietuvos Statutas (1529 m.) / Premier Statut lituanien (1529), Margi raštai, Vilnius, 2007, p. 53.

[3] Entre 2008 et 2012, 30 % des ministres, vice-ministres, des conseillers ministériels étaient des femmes. Source : Statistics Lithuania, Women and Men in Lithuania, Vilnius, 2014, p.10.

[4] Source : Statistics Lithuania, Women and Men in Lithuania, Vilnius, 2014, p.10.