Clara Zgola

Le mouvement féministe en Pologne après 1989 : courants, réseaux, institutions

La transition démocratique de 1989 marqua un changement important dans l’histoire du mouvement féministe polonais. Tandis que certains droits fondamentaux accordés par le régime communiste, notamment celui concernant l’IVG (1956), furent tout simplement retirés (1993)  – on pourrait y voir un signe du backlash et du retour à l’ordre conservateur – d’autres questions cruciales virent le jour.

Aussi, on a souhaité examiner la situation du mouvement féministe polonais dans le contexte des circulations et des politiques mondialisées ; d’une part, vis-à-vis de ses pays voisins de l’ancien bloc communiste, et d’autre part de partenaires nouveaux au sein de l’Union européenne. Notre contribution s’est donnée pour objectif d’étudier le mouvement féministe polonais de ces derniers vingt-cinq ans, ainsi que le bilan mitigé de ses diverses actions, en mettant l’accent sur sa diversité, son implantation et ses enjeux spécifiques.

Dans ce sens, nous avons tâché d’apporter des réponses critiques aux problématiques suivantes :

1) Quelles sont les plus grandes avancées de ce mouvement, et peut-t-on parler d’échecs à propos de certaines luttes ?

2)   Quels sont les institutions, les ONG et les programmes censés renforcer la politique en faveur de l’égalité hommes-femmes en Pologne? Jouent – ils un rôle suffisamment important dans le débat public ?

3)   Quels réseaux alternatifs, associations et collectifs font partie du paysage culturel polonais ?

4)   Les grands moyens et les pratiques subversives: quel impact sur la société d’aujourd’hui ?

5)   Quelles sources d’inspiration, quelles coopérations internationales pour le mouvement féministe polonais ?

6)   Le mouvement est – il divisé ? Lesquelles des questions de société suscitent les plus importantes polémiques ? Que faut-il en retenir des clivages et des coalitions stratégiques ?

7) Quelles perspectives d’évolution?

Pour reprendre quelques grandes lignes de notre présentation : nous avons insisté sur l’histoire non linéaire des enjeux politiques majeurs, car les avancées sur le terrain de la visibilité des revendications féministes ont été accompagnées de rechutes dans la matière de droits sexuels et reproductifs. En effet, si la loi anti-IVG (ustawa antyaborcyjna) est parmi les plus restrictives d’Europe. Les acquis sociaux liés à la protection sociale des femmes les plus démunies se font toujours attendre. Toutefois,  la Pologne a ratifié la Convention d’Istanbul [1].

Quant à l’espace institutionnel, il a été investi pas des femmes politiques, surtout après la 4ème Conférence mondiale sur les femmes de Pékin (1995). Ainsi, la Pologne a connu trois femmes-premier ministre, puis un poste de secrétaire d’État chargée de l’égalité hommes-femmes a été crée et de surcroît le Parti des Femmes (Partia Kobiet) a presque failli entrer dans la Diète en 2006 ainsi qu’un Congrès National des Femmes (Kongres Kobiet) – événement politique de grande envergure – se tient chaque année depuis 2009. Parallèlement, des manifestation en faveur de l’égalité se font voir dans les rues des grandes villes:  le 8 mars à partir de l’an 2000 (Manify), puis des organisations telles que Feminoteka ou Stowarzyszenie Kobiet Konsola luttent au quotidien pour l’amélioration de la législation, pour venir en aide aux femmes en détresse et pour promouvoir des contenus à caractère pro-égalitaire.

Cependant, le troisième secteur manque cruellement de financements (qui viennent principalement de fonds européens ou de subventions de la part des pays scandinaves), ces initiatives-là se heurtent à l’incompréhension des dirigeants qui ne veulent surtout pas aller à contre-courant des indications données par la haute hiérarchie de L’Église catholique, hostile à tout changement qui conduirait à libéralisation de la loi en vigueur, mais aussi à l’égalité des droits des personnes homosexuelles ou transgenres. De là, bien que les études de genre (gender studies) soient implantées dans le paysage académique polonais depuis une vingtaine d’années et que l’expression à connotation féministe soit très présente dans le contexte culturel, un très grand nombre de questions restent en suspens. Le mouvement comporte plusieurs ailes, et semble assez divisé sur le plan des buts et des moyens permettant de les atteindre. Alors que la ligne majoritaire dite libérale, celle du compromis, n’a pas obtenu les résultats souhaités, au contraire, on a même assisté à un durcissement idéologique (une droitisation) du discours officiel, celle de la gauche féministe demeure en dehors des grandes institutions et milite surtout à travers des actions ciblées, subversives, mais peu efficaces sur une plus grande échelle.

Pour conclure, nous pourrons constater que le backlash en question résulte en partie de l’histoire communiste : l’émancipation d’en haut (imposée par le pouvoir en place) a été rejetée à la transition et celle d’en bas (il s’agit des mobilisations sociales) peine à obtenir des résultats probants. Quant à la situation des citoyennes polonaises, elle reflétè les paradoxe d’un pays montré en exemple de réussite néolibérale : les Polonaises sont certes les femmes les plus entreprenantes en Europe, mais ce succès cache un revers beaucoup plus sombre – celui d’une partie de la population aux prises avec la précarité, dépourvue de protection sociale, de droits fondamentaux ou forcée à l’émigration économique. Aussi, le plus grand défi du mouvement serait, à notre sens, celui de la solidarité à (re)construire qui pourrait s’opposer efficacement à des tendances populistes et conservatrices ambiantes.

[1] La convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre les violences à l’égard des femmes et la
violence domestique.