Claire Lafon

La circulation des concepts et des positions féministes sur les violences sexuelles au sein du Lobby Européen des Femmes

 

Cette communication s’intéresse au discours de féministes sur les violences sexuelles à travers le cas particulier du Lobby Européen des Femmes (LEF). Ce groupe d’intérêt public a été créé en septembre 1990 à l’initiative de femmes fonctionnaires de l’UE pour influencer les institutions européennes grâce à son secrétariat de salariées à Bruxelles. C’est la plus grande coalition d’organisations de femmes de l’UE puisque ce réseau transnational représente aujourd’hui 2700 associations de femmes dans 31 pays européens via deux types de membres : des coordinations nationales d’associations et des réseaux européens comme le réseau européen de femmes migrantes (ENoMW). Malgré le grand nombre de membres aux contextes socio-culturels très différents, le LEF a pris des positions publiques fortes en matière de violences sexuelles, entendues ici comme toutes les pratiques liées à la sexualité que les féministes du lobby définissent spécifiquement comme des violences faites aux femmes : viol, harcèlement sexuel, inceste, mutilations génitales, traite, etc. Pour cette présentation, j’ai choisi quatre types de violences sexuelles en exemples pour leur importance au LEF (elles sont soit l’objet de grandes campagnes du lobby soit le sujet de débats et de désaccords en son sein) : le viol, l’excision/infibulation [1], la prostitution définie comme violence par le LEF et l’interdiction de pratiquer une IVG.

Le lobby diffuse un discours particulier pour justifier ces positions politiques : il redéfinit des concepts et fait circuler des expressions en interne, entre le secrétariat de salariées, les coordinations nationales membres et les associations locales traitant de ces questions à la base. Il s’agit ici de faire l’analyse de la façon dont ce discours associatif est produit, véhiculé et approprié par les différents membres pour devenir un référentiel de problématisation.

Mais il existe assez peu de travaux spécifiquement relatifs au LEF, ce sont surtout des mémoires de master ou DEA (ex : Jacquot 2001, Ramot 2006, Corven 2010) et aucun n’a pour objet la construction du discours de la structure en interne. Cette communication s’appuie donc surtout sur les publications (ex. lettres circulaires ou dépliants) et événements (ex. manifestations) du LEF, ainsi que sur l’étude de cas de deux coordinations membres de LEF – le Conseil des Femmes de Belgique et la coordination française pour le LEF – via des stages de terrain et des entretiens semi-directifs. Dans tous ces entretiens, les personnes interrogées ont préféré le terme « droits humains » à celui de « droits de l’homme » et l’expression « égalité femmes-hommes » à celle d’« égalité hommes-femmes » plus communément admise. La sélection d’un vocabulaire spécifique – transmis par les rapports, les newsletters, le site, ou les représentantes du secrétariat lors des rencontres – participe à créer un collectif cohérent. Voyons comment se construit ce collectif sur les violences sexuelles, quel discours le lobby utilise et comment celui-ci circule (d’abord en interne puis vers l’extérieur, dans les actions de lobbying à part entière). L’accent sera mis sur les difficultés qu’ont eues les membres à trouver du consensus sur certaines questions éthiques (prostitution et avortement) avant d’exposer la manière dont le LEF est malgré tout parvenu à émettre des positions fortes grâce à une stratégie discursive.

I)       « Des mots sur les maux » : les positions du LEF sur les 4 violences sexuelles

Le LEF s’affiche :

1) contre le viol et pour l’application ferme de la convention d’Istanbul, une convention du conseil de l’Europe sur « la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique » adoptée le 7 Avril 2011 et établissant une base législative minimum contre le viol basée sur les 3 P (prévention, protection, poursuites). Le LEF a mené conjointement avec le Conseil de l’Europe une campagne en 2013/2014 avec pour slogan « Agir maintenant contre le viol : utilisez la convention d’Istanbul ».

2) contre l’excision/infibulation et pour la coopération des agences européennes dans la poursuite criminelle des auteurs de mutilations sexuelles féminines (MSF) ainsi que des familles demandant ces opérations. Le LEF est ici proche des positions d’Amnesty International, pourtant pas membre de son réseau. Dans le tout 1er magazine European Women Voice du LEF sur les violences, le lobby redéfinit page 32 l’excision et les MSF en précisant l’importance du vocabulaire : « Il fallait rendre compte de l’impact de cespratiques au-delà de la simple mutilation médicales des organes physiques. En décidant de parler de mutilations sexuelles féminines, les associations de femmes mettent l’accent sur le caractère structurel de cette forme de violences masculine à l’égard des femmes et sur la nécessité de les éradiquer selon une perspective de genre ». Pour le lobby, ces violences sont structurelles, pas accidentelles. Cela signifie que le LEF fait le lien entre ces violences et la pauvreté des femmes, le système prostitueur, la pornographie ou le manque de service de soutien pour les femmes victimes de viol (p. 29 du magazine).

3) contre la prostitution et pour la pénalisation des clients de la prostitution. Cette position est basée sur la loi Kvinofried suédoise de 1998 et, plus récemment, sur le rapport Honeyball du Parlement européen. Le LEF se revendique abolitionnisme et insiste sur le fait qu’il s’agit d’une cause juste comme c’était le cas de l’abolition de l’esclavage. Dans ces publications destinées au grand public (ex. « les 18 mythes sur la prostitution »), le LEF parle d’abolir le « système prostitueur » (dans lequel il englobe proxénètes, réseaux de prostitution mais aussi clients et société qui objectifie le corps des femmes) et évoque ces « femmes qu’on prostitue » (et pas « qui se prostituent ») pour relativiser l’idée de choix en rappelant qu’il existe une « fabrique du consentement » (Fraisse 2007).

4) contre l’interdiction d’avorter donné par un pays, un hôpital, un médecin et pour l’interdiction d’utiliser la clause de conscience. En effet, si dans 25 pays de l’UE les femmes peuvent choisir d’avorter, ce n’est pas le cas à Malte et ce n’est possible que dans des cas très limités en Pologne, à Chypre et en Irlande. Or le LEF définit l’avortement comme un « droit » et non un « meurtre » (vocable des groupes pro-vie). Le LEF a voté les motions de 2002, 2013 et 2014 contre l’objection de conscience, pour un appel à la solidarité avec les espagnoles et les irlandaises après les attaques rétrogrades dans leurs pays, et pour un droit européen à l’IVG. Le LEF et surtout sa coordination française demandent aujourd’hui à parler de « violence d’état » quand un pays ne veut pas légaliser ou au moins dépénaliser l’IVG.

Notons que le LEF estime que ces quatre actes sont des « violences faites aux femmes ».

Ce n’est pas anodin car il pourrait parler de « travail » ou de « service sexuel tarifé » pour la prostitution, et des « traditions culturelles » pour l’excision.

II)     La circulation de ce vocabulaire au sein du lobby

On distingue cinq moyens de diffuser ce discours :

1) Par les déléguées de coordinations de pays plus « avancées » sur le sujet. Par exemple, la motion abolitionniste de 1998 a été proposée par les déléguées suédoises au LEF qui ont dès leurs arrivées insister pour qu’on évoque la prostitution comme d’une violence et ont refusé qu’on fasse la distinction entre prostitution « choisie » et « forcée ». De la même façon, si le LEF est aujourd’hui en faveur droit à l’avortement européen via l’inscription de ce droit dans la charte européenne des droits de l’Homme, c’est parce qu’une motion proposée a été proposée par les françaises à l’Assemblée générale de Lisbonne en 2014, motion adoptée avec le soutien de l’Irlande et de l’Espagne.

2) Par l’exemple, l’identification de victimes martyres de la « cause des femmes » (« shaming process »). C’est le cas quand le LEF diffuse la parole de « survivantes de la prostitution » comme Rosen Hicher dans ses plaidoyers (ex. appel de Bruxelles) et communications (ex. working seminar au Parlement européen le 1 octobre 2013). C’est aussi le cas quand le LEF organise un événement public en 2014 devant le parlement européen et prend des photos des membres de son conseil d’administration portant la photo d’une jeune femme européenne à qui on a refusé d’avorter et qui en a subi de graves conséquences. Par exemple, une membre tenait une pancarte avec la photo et le prénom de Daniela, espagnole de 32 ans, à qui l’hôpital La Paz – le plus grand centre de soins publics de Madrid – a refusé une IVG (alors même qu’ils ont dit à Daniela que son fœtus n’était pas viable) car le département de gynécologie tout entier use de la clause de conscience depuis 2010.

3) Par des conseils directs donnés par les salariées du LEF aux membres nationales. Par exemple, lors de l’assemblée de la coordination française du lobby, la chargée de mission du secrétariat Pierrette Pape a donné aux membres des conseils de terminologie. Elle invitait les françaises à bien évoquer la prostitution en termes de « violence faite aux femmes » lors de leur lobbying national et à ne pas l’associer au mot « traite » qui ne passe pas auprès du public et des responsables politiques.

4) Via les campagnes européennes et les outils techniques que le staff et l’observatoire des violences du LEF mettent à disposition de leurs membres. Il s’agit de kits d’action et de lobbying avec des modèles de lettres de lobbying et des listes d’arguments et phrases à mobiliser pour réaliser un lobbying national. Pour faciliter sa campagne européenne « Agir maintenant contre le viol : utilisez la convention d’Istanbul », le LEF (grâce à ses expertes de l’observatoire des violences) a par exemple mis en place un kit d’action à destination de ses membres pour les aider à organiser des événements publics (séminaires, débats, etc.) dans 33 pays pendant les 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes du 18 novembre au 19 décembre 2013. Dans ce kit se trouvait notamment des « messages clés » que les membres devaient diffuser (p 6 du kit) : « les violences sexuelles, y compris le viol, prennent racines dans les relations de pouvoir inégales entre hommes et femmes » et « la convention d’Istanbul déclare que tout acte non-consensuel de nature sexuelle est une violence ». Ce kit précise que les membres doivent faire pression sur les Etats membres pour qu’ils adaptent leurs législations sur le viol en faisant de l’absence de consentement et non de l’usage de la force physique l’élément constitutif du crime. Ainsi, par l’harmonisation de ces instruments où se dégage un vocabulaire commun, le lobby partage une même vision globale du chemin à prendre vers l’égalité.

5) Le LEF a une véritable stratégie discursive de diffusion de ces termes. En externe, pour convaincre l’opinion public et les décideurs, les salariées du LEF – des spécialistes de la communication et du lobbying – savent quel vocable permet l’efficacité politique et réutilise ce vocable ailleurs quand elles partent. C’est le cas de Myria Vassiliadou, ancienne secrétaire générale du LEF devenue la 1ère coordinatrice anti-traite de l’UE. Et en interne, pour créer des « intérêts transnationaux » (selon la stratégie rédigée par Barbara Helfferich, première secrétaire générale du LEF),   il faut discuter d’abord des sujets où on obtient vite le consensus puis débattre beaucoup des sujets non consensuels pour entrainer obtenir l’unité peu à peu dans la structure et donc des positions publiques communes. On formule l’hypothèse qu’entendre parler toujours d’un sujet dans un sens particulier, écouter des scientifiques et des victimes en ce sens employant les mêmes termes favorise cette prise de position commune. En effet, pour Michel Foucault, produire un discours scientifique sur la sexualité c’est déjà prendre et assumer une position, manipuler un esprit.

En conclusion, je déduis de ce travail qu’il y a une certaine européanisation2 de ce vocabulaire sur les violences sexuelles qui devient un référentiel de problématisation dans toutes les structures membres du LEF. Cela dessine les contours d’un certain féminisme institutionnel au niveau européen, avec ses valeurs, ses expressions, son identité propre.

1   Selon le GAMS, l’excision est l’ablation des lèvres et/ou du clitoris alors que l’infibulation correspond l’ablation des lèvres et/ou du clitoris et à la suture / au rétrécissement de l’ouverture vaginale.

2 L’européanisation est ici perçue comme le processus de diffusion des règles et des styles entre niveaux national et européen.