Cécile Welker

tron15« Y-a-t-il une vie après Tron  ? Quelle circulation des images de synthèse pour quels imaginaires ? »

Mes recherches portent sur l’histoire, et plus précisément sur le moment d’émergence des images de synthèse en France dans le domaine de la création audiovisuelle. Pour cette intervention, je propose d’aller voir au-delà de mon projet de thèse, en articulant circulation locale et globale des images, afin de poser trois questions principales :

–          Les images de synthèse sont-elles au service d’imaginaires, ou produisent-elles des imaginaires propres ?
–          Y-a-t-il une école française des images de synthèse, comme la presse tend à le véhiculer ?
–          La technique commune implique-t-elle un imaginaire commun, mondialisé ?

Bornage chronologique :

Nous étudierons les circulations des images de synthèse en trois temps. Le premier 1981-1988 correspond au premier septennat de François Mitterrand mais aussi au moment d’émergence des images de synthèse en France, favorisé par des aides du gouvernement. Ce temps de la découverte propose des productions très proches du médium, alors utilisé au premier degré. Le second temps, 1989-1997, engage la production « mainstream » des images de synthèse : le savoir-faire français s’est exporté depuis le début des années 1990 assez systématiquement, sur de grosses productions américaines notamment. A partir de la fin des années 1990, notre troisième temps, on a dépassé l’utilisation des images de synthèse pour elles-mêmes, qui sont assimilées aux trucages cinématographiques ou au cinéma d’animation.

Méthodologie :

Nous combinerons approche historique et approche esthétique : l’étude d’archives (ministères, sociétés, lieux de diffusion) nous permettra de délimiter des faits marquants ainsi qu’une communauté d’acteurs qui seront interrogés, tandis que l’approche esthétique permettra ensuite d’analyser la construction et la forme des productions préalablement reconnues pour définir les possibles échanges et citations des savoir-faire techniques et des motifs visuels.

Résumé :

Analyser les images de synthèse amène à approcher ces objets de la même façon qu’ils sont construits, hybrides, entre recherche universitaire en informatique graphique (appliquée à l’image), recherche et développement industriel, et création (expérimentations et production de courts et longs métrages). Nous pouvons ainsi observer le développement de l’industrie culturelle des images de synthèse appliquées à l’audiovisuel, développement lié au soutien du gouvernement de 1981, qui donne l’impulsion nécessaire à la création du marché, facilitant la diffusion des images et permettant la mise en place d’enseignements spécifiques. J’aimerai prendre le prétexte de la « circulation » pour sortir du territoire national.

Compte tenu de l’internationalisation plus ou moins marquée des outils, des techniques, et de l’organisation des productions mis en œuvre dans la réalisation des images de synthèse, on peut se demander dans quelle mesure chaque pays aurait sa ou ses particularités formelles. Certaines particularités sont mises en évidence par la circulation des images, qui s’organise au sein de plusieurs espaces, à la fois sur le territoire français et à l’international. Nous définirons ces espaces : à l’intérieur des entreprises, entre laboratoires universitaires et services de recherche et développement des sociétés, dans les festivals dédiés, à la télévision, au cinéma ; ainsi que les types de circulation provoqués par ces échanges : circulation de matériels, de techniques, d’effets, de motifs ; dans le but de déterminer quels imaginaires sont véhiculés par les productions.

Des imaginaires qui interagissent entre identité locale et globale, qui pourraient expliquer en partie pourquoi la France occupe aujourd’hui cette place dans la production d’images de synthèse pour les effets spéciaux[1] et les films d’animation[2].

Auteur : Cécile Welker

Doctorante en esthétique à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Ecole doctorale Arts et Médias
Chercheur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris (EnsadLab Hist3d).
ATER au département Arts et Technologies de l’Image (ATI) de l’université Paris 8.


[1] A titre d’exemple, Alexis Wajsbrot et Sylvain Degrotte ont reçu le 12 février 2014 le « Outstanding FX and Simulation Animation in Live Action Feature Motion Picture », prix de la Visual Effects Society (avec Horacio Mendoza et Juan-Luis Sanchez) pour leur travail sur Gravity, tout en clamant haut et fort leur formation à l’université Paris 8.

[2] Moi moche et méchant 1 et 2 ont été entièrement réalisés en France par la société Mac Guff, dont la branche animation a été rachetée en 2011 par Universal.

Tron, real. Steven Lisberger, USA, 1982 : film de science-fiction qui a démocratisé les images de synthèse au cinéma, bien qu’il fût un échec commercial.