Sofia Arsenikou

agcouve2014b« Défis et enjeux de l’Institut Français d’Athènes en période de crise économique depuis 2010 » par Sofia Arsenikou

Sur la scène internationale des relations culturelles les échanges et les transferts de biens culturels constituent le fondement de la communication entre pays qui respectent ce qui est différent. Au sein du vaste sujet de la coopération et des politiques culturelles, l’objet de la présente communication sera de revenir sur la coopération franco-hellénique au travers des programmes culturels. Le cas étudié révèle l’importance de l’Institut Français d’Athènes (IFA) et l’habilité de l’adaptation de sa programmation depuis 2010. Notre entretien avec le directeur de l’IFA Olivier Descotes nous a permis de mieux connaitre les changements intervenus dans la politique de l’institut.

Issue d’une amitié franco-grecque ancienne et forte, l’IFA fût fondé en 1907. Il est l’un des Instituts les plus anciens et les plus importants du réseau des Instituts Français dans le monde [1]. La coopération culturelle entre les deux pays est maintenue depuis la guerre civile. L’épisode fondateur de Mataroa[2] (bateau français qui escorta 190 étudiants grecs en France afin qu’ils puissent poursuivre leurs études) a marqué son histoire. Au fil des années et selon des protocoles classiques, l’IFA joue un rôle majeur sur la scène culturelle d’Athènes. Depuis, l’IFA se développe progressivement et devient un point de référence pour la vie culturelle en Grèce. Disposant d’une imprimerie fondée après la guerre, la diffusion d’œuvres françaises en Grèce et d’œuvres grecques dans le monde francophone fût favorisée.  Les modalités de la coopération furent confrontées au contexte historique. Au lendemain de la dictature des années 1970 et plus récemment face à la crise économique de 2007, l’IFA se démarque par l’appui apporté aux acteurs locaux. Tout au long de la crise économique, l’IFA décide de ne pas se limiter à l’organisation événementielle et d’investir davantage dans la coopération directe avec les acteurs grecs. Concrètement, l’IFA met en place des partenariats avec des artistes locaux afin de faciliter la réalisation de projets artistiques. L’Institut favorise des projets en lien avec la culture française tout en essayant d’élargir son spectre au sein du pays d’accueil. De plus, l’IFA a pour mission de véhiculer auprès des Grecs une autre image de la France, résolument contemporaine et dynamique. Ainsi, on peut constater que la politique de l’Institut Français en Grèce (aussi bien à Athènes qu’au sein des filiales régionales) se distingue des autres Instituts Français à travers l’Europe.

Concrètement sur le terrain, trois programmes peuvent contribuer au financement de projets favorisant la coopération artistiques avec la France.

  • PAP Jacqueline de Romilly est un programme d’aide à la publication [3]qui soutient la traduction d’œuvres.
  • Low budget festival est destiné aux comédiens et metteurs en scène grecs qui reprennent des classiques français.
  •  Aide aux éditeurs grecs – l’imprimerie n’existant plus, l’IFA s’ouvre vers une activité éditoriale visant le rapprochement avec la France par le bilais de l’édition.

Les talents locaux d’aujourd’hui travaillant dans le domaine de la musique, la danse contemporaine et le théâtre peuvent bénéficier du soutien de l’IFA. Le réseau institutionnel de l’IFA inclue le cabinet du Ministère de la Culture et les instances nationales.  Sur le plan opérationnel, l’IFA collabore étroitement avec les opérateurs du ministère, notamment  le Théâtre National de Grèce. Cependant, le secteur privé n’est pas négligé notamment au travers des coopérations avec des fondations comme Niarchos,  Onasis et Cacoyiannis. A titre d’exemple, nous pouvons citer  le programme Grèce-France Alliance 2014[4].

En guise de conclusion, nous souhaitons revenir sur  la question de la promotion de la culture en période de crise. Pourquoi et comment cette promotion peut être maintenue? Dans un contexte social, où l’image de l’Europe n’est pas exempt de scepticisme, il est nécessaire de maintenir les budgets accordés à la culture. Les dépenses pour la culture ne devront pas être considérées comme un luxe que l’on s’accorde en période de croissance, mais comme une nécessité malgré les crises.


[1] http://www.ifa.gr/index.php/fr/qui-sommes-nous/lifg-presentation
[2] http://www.ifa.gr/index.php/fr/arts-et-culture/arts-de-la-scene/theatre/1585-mataroa-la-memoire-trouee
[3] http://www.ifa.gr/index.php/fr/livre-idees-savoirs/edition-soutien-a-la-publication/1056-programme-aide-a-la-publication-jacqueline-de-romilly
[4] http://www.ifa.gr/index.php/fr/grece-france-alliance-2014

Illustration: http://www.ifa.gr/index.php/fr/qui-sommes-nous/lifg-presentation