Julien Beaufils

gymnastique« La politique du sport en République Démocratique Allemande : une tentative d’imposer une représentation nationale officielle » par Julien Beaufils

Née uniquement des conséquences de la Seconde Guerre mondiale et des prémices de la Guerre Froide, prise dans la logique des blocs, et en concurrence permanente avec l’Allemagne de l’Ouest, la République Démocratique Allemande a dû, durant toute son histoire, déployer des efforts considérables afin d’affirmer son existence en tant qu’État légitime et indépendant. Elle a également tenté de souligner ses spécificités par rapport à sa voisine et ennemie de l’Ouest et voulu créer un sentiment d’appartenance commun à ses habitants[1]. Parmi les nombreuses stratégies mises en place par le régime, l’utilisation du sport a joué un rôle essentiel.

Le sport de haut niveau est en effet un facteur d’identification extrêmement puissant. Il permet, entre autres, à une communauté entière de se souder autour de certains athlètes, d’un événement ou de certaines valeurs. Ainsi, la victoire de l’équipe de France lors de la Coupe du monde de football en 1998 a été celle d’une équipe « Black / Blanc / Beur », symbole d’un pays où toute personne peut s’intégrer et réussir. De plus, les médailles et les titres gagnés par les athlètes d’un pays sont un moyen pour celui-ci de gagner en visibilité sur la scène internationale et d’améliorer son image, grâce à la très grande médiatisation des événements sportifs[2]. La Nouvelle-Zélande a notamment bénéficié des excellentes performances de ses rugbymen, la Jamaïque de celles de ses sprinteurs ou encore l’Éthiopie de celles de ses marathoniens.

Sur le plan des résultats, la priorité donnée par la RDA au sport a porté ses fruits, car ce pays d’environ 16 millions d’habitants a atteint la deuxième place dans le classement des nations lors des Jeux Olympiques de 1976, 1980 et 1988, à chaque fois entre les deux super-puissances de la Guerre Froide. Ces performances n’ont été cependant atteintes qu’au prix d’une intrusion permanente du politique dans le monde du sport, dans le but, d’une part, de maximiser les résultats des athlètes, et donc d’accroître le prestige qu’en tirait le pays, et, d’autre part, de souligner l’importance du socialisme et de l’État est-allemand dans la réalisation de ces performances. Le gouvernement a ainsi mis un place un système de dopage généralisé, développé un réseau très dense de détection des jeunes talents, et consacré des moyens matériels et financiers extrêmement importants pour le développement du sport. De plus, c’est l’ensemble de la pratique sportive qui a été mise sous une tutelle étroite du SED[3], car seul un nombre restreint de disciplines sportives était mis en valeur par le régime, celles apportant de nombreuses médailles aux Jeux Olympiques, comme l’athlétisme ou la natation, les autres, notamment les sports collectifs, étant volontairement laissées en jachère. En outre, cette volonté de produire des champions en série était intimement liée à des considérations politiques et idéologiques. Le sport visait ainsi explicitement à créer « un nouveau sentiment national allemand », basé sur « le patriotisme et l’internationalisme socialiste[4] » sur un plan intérieur, et devait, à l’extérieur, contribuer « au renforcement universel de la RDA et à l’accroissement de son autorité internationale[5] ». Ainsi, les sportifs étaient transformés en de véritables « diplomates en survêtement » (Diplomaten im Trainingsanzug[6]), chargés de contribuer au rayonnement de la RDA, de son système et du socialisme dans son ensemble.

Cependant, ce projet d’utiliser le sport comme un moyen d’améliorer l’image du pays sur la scène internationale n’est pas resté que théorique et semble avoir eu de véritables conséquences positives sur la manière dont la RDA a été perçue à l’étranger. Ainsi, dans les années 1950 et 1960, alors que le pays n’était pas encore reconnu comme un État souverain et légitime par la communauté internationale[7], les athlètes est-allemands participaient déjà à la plupart des compétitions mondiales, faisant de ces événements les seules occasions où les symboles de la RDA (drapeau, hymne, blason, …) étaient visibles hors du bloc communiste. En outre, dès la deuxième moitié des années 1960, la RDA est devenue de plus en plus performante lors de ces compétitions et a commencé à véritablement donner au monde entier l’image d’un pays puissant et victorieux, à tel point que le pays fut qualifié de « miracle sportif » (Sportwunder[8]). Cette domination progressive des sportifs est-allemands provoqua l’envie et la jalousie de nombreuses autres nations, notamment de l’ennemi ouest-allemand. Ainsi, dès 1969, le journaliste sportif ouest-allemand Willi Knecht publia une tribune intitulée « Est-ce que les socialistes courent plus vite ? [9]», soulignant l’infériorité de la République Fédérale dans le domaine du sport. De plus, la RDA a réussi, grâce au sport, à approfondir son réseau de relations internationales, à travers de nombreux traités d’amitiés, à des plans de collaboration, ou encore à travers l’accueil et la formation, sur le sol de la RDA, de nombreux entraîneurs étrangers, principalement venus des pays en développement.

D’autre part, sur le plan intérieur, le sport a joui pendant longtemps d’une grande popularité au sein de la société est-allemande, comme le souligne l’étude de Thomas Fetzer[10]. Ainsi, des sportifs comme le cycliste Gustav Adolf, dit « Täve » Schur, actif dans les années 1950 et 1960, ont bénéficié d’un engouement populaire massif, et ce jusqu’à la chute de la RDA. La victoire de l’équipe de RDA sur celle de RFA lors de la Coupe du monde de football de 1974 a également été l’occasion de démonstrations de joie de la part de la population. Cependant, cette popularité semble avoir déclinée dans la deuxième moitié des années 1980, notamment en raison des révélations des conditions d’entraînement des sportifs, des sommes exorbitantes dépensées malgré les difficultés économiques croissantes, et de la promiscuité toujours plus grande entre le sport, les médias et les politiques. De plus, d’autres éléments semblent montrer que l’objectif du gouvernement est-allemand de créer, via le sport, un sentiment national purement est-allemand et fondé sur le socialisme, n’a pas été réalisé. En effet, la société est-allemande ne semble pas avoir été prête à abandonner ses liens particuliers avec l’Allemagne de l’Ouest, comme le souligne les différentes manifestations de soutien de la population de la RDA envers les clubs et sportifs de RFA[11]. De plus, les liens trop étroits entre certains clubs et l’appareil d’État du SED n’ont visiblement pas été acceptés par les habitants de la RDA, comme tendrait à prouver la détestation profonde du club de football du BFC Dynamo, ouvertement soutenu par le chef de la Stasi, Erich Mielke, par une grande majorité des supporters des autres clubs[12].

Auteur : Juliens Beaufils

Doctorant à la Sorbonne Nouvelle Paris 3
Ecole doctorale EDEAGE – Etudes Anglophones, Germanophones et Européennes
Equipe d’accueil CEREG – Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone.


[1]Christian Wenkel, « En quête permanente d’une reconnaissance internationale: La politique étrangère de la RDA et ses marges de manœuvre », Relations internationales, vol. 148 / 4, 2011, p. 47‑57.

[2]Pascal Gillon, « Une lecture géopolitique du système olympique: Olympic system : toward a geopolitical approach », Annales de géographie, vol. 680 / 4, 2011, p. 425‑448.

[3]SED = Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, Parti Socialiste Unifié d’Allemagne, parti communiste est-allemand.

[4]« Nationalfest und Nationalgeist », Theorie une Praxis der Körperkultur, vol. 8/12, 1959, p. 1064.

[5]« Leistungsinstruktion für die internationale Arbeit der DHfK auf der Grundlage der « Ordnung für die internationale Arbeit im Bereich des SKKS » vom 1.3.1972, », Archives de la Deutsche Hochschule für Körperkultur, DHfK VWA 4427.

[6]Gunter Holzweißig, Diplomatie im Trainingsanzug: Sport als politisches Instrument der DDR in den innerdeutschen und internationalen Beziehungen, éds. Manfred Messing et Dieter Voigt, Oldenburg Verlag, Munich, 1981.

[7]Jusqu’en 1972 et la signature du Traité Fondamental entre les deux États allemands, seule une minorité de pays, communistes pour la plupart, avaient ouvert des relations diplomatiques avec la RDA.

[8]Jutta Braun, « “Jedermann an jedem Ort – einmal in der Woche Sport“ Triumph und Trugbild des DDR-Sports », in Thomas Grossbölting, (éd.). Friedensstaat, Leseland, Sportnation?: DDR-Legenden auf dem Prüfstand, Berlin, Links Verlag, 2009, p. 177‑195.

[9]Willi Knecht, « Laufen die Sozialisten schneller? », Deutschland Archiv, vol. 2 / 1, p. 1‑9.

[10]Thomas Fetzer, « Die gesellschaftliche Akzeptanz des Leistungssportssytems », in Hans Joachim Teichler, (éd.). Sport in der DDR, Eigensinn, Konflikte, Trends, Sport und Buch Strauss, Cologne, 2003, p. 273‑358.

[11]Jutta Braun, « Klassenkampf im Fluchlicht – Innerdeutscher Sportverkehr 1974-1990 », in Hans Joachim Teichler, (éd.). Sport in der DDR, op. cit.

[12]Hanns Leske, Erich Mielke, die Stasi und das runde Leder: der Einfluss der SED und des Ministeriums für Staatssicherheit auf den Fussballsport in der DDR, Göttingen, Die Werkstatt, 2004, p. 463.

Illustration: Fête du sport et de la Gymnastique à Berlin (source : le Figaro.fr 30/09/09)