Emilie Cheyroux

lascinesblog« Festival de cinéma et médiation culturelle : le cas de Cine Las Americas (Austin, Texas) » par Emilie Cheyroux

Les Latinos n’en finissent pas de faire la Une de l’actualité aux États-Unis. En pleine polémique concernant l’afflux d’enfants d’Amérique Centrale à la frontière, les autorités américaines ne savent comment régler un problème qui dure depuis des décennies. Au delà des complications liées à une immigration non contrôlée, c’est l’intégration de cette minorité dans le paysage américain qui soulève des interrogations. Les Latinos ont  toujours apparu au second plan, littéralement d’ailleurs en ce qui concerne le cinéma. Depuis la création d’Hollywood, les stéréotypes se sont succédés pour donner une image négative et dégradante de cette minorité. Cependant, depuis les années 1960, un cinéma parallèle s’est développé grâce au mouvement Chicano, et aujourd’hui, c’est tout un réseau de festivals qui a pris forme pour proposer des films qui donnent une image authentique des Latinos et permettent réfléchir sur les difficultés qu’ils affrontent.

La présente recherche s’est appuyée sur trois ans d’observation de terrain auprès des organisateurs de Cine Las Americas, l’un de ces festivals, ainsi que sur un travail de recherche des archives d’un corpus de 943 films, de fiction et documentaires. Dans un premier temps, il est nécessaire de faire un état des lieux des stéréotypes recensés par les chercheurs pionniers[1] pour ensuite les confronter à ceux identifiés dans les films du festival, qui complètent et prennent à contrepied les représentations hollywoodiennes. Enfin, la conclusion sera axée sur des réflexions sur la relation Amérique-Amériques.

Les stéréotypes identifiés par les chercheurs ont en commun de donner une image peu flatteuse des personnages Latinos, qui n’ont que des rôles secondaires les mettant en position inférieure par rapport au personnage principal de l’Anglo[2]. Comme l’écrit Gary Keller, « Le Mexicain est celui qui doit être tué, puni, séduit, ou sauvé par les protagonistes Anglos »[3]. Même les périodes de répit où l’image des Latinos dans les films hollywoodiens était plus clémente masquaient une stratégie sous-jacente : pendant les deux guerres mondiales, les grands studios avaient pour objectif de séduire les pays d’Amérique Latine pour faire face à la fermeture du marché européen. Sous Roosevelt, on parle de la Politique du Bon Voisinage[4] qui incitait l’industrie à ne présenter que des images positives des Latinos. C’est à ce moment-là qu’ont été créées des comédies musicales mettant en scène des Latinos joviaux et amicaux ainsi que des films montrant leur loyauté envers les États-Unis. Ces personnages étaient donc plus sympathiques mais quand même toujours en position inférieure par rapport aux Anglos. Et une fois ces périodes d’exception terminées, de nouveaux films reprenaient les stéréotypes déjà établis.

La synthèse des recherches sur ces derniers permet d’en identifier six. Pour les hommes, tout à commencé dans les westerns avec le personnage de l’ennemi Latino (et le plus souvent Mexicain) : le bandit ou el bandido. C’est un personnage fourbe, violent et à l’aspect négligé, ce qui lui a aussi valu le nom de « greaser »[5]. Il a ensuite évolué pour devenir le gangster des quartiers malfamés de Los Angeles. Ensuite, dans les années 1920, à l’ère du cinéma muet, c’est le personnage du Latin Lover qui a fait surface. Incarné principalement par l’acteur Rudolph Valentino, il est connu pour son charme exotique – ce terme est d’ailleurs utilisé aujourd’hui comme un outil de marketing pour certaines célébrités comme Ricky Martin ou Antonio Banderas. Enfin, loin d’avoir les atouts du Latin Lover, on retrouve le stéréotype du bouffon, dont l’incarnation la plus connue est celle du Sergent Garcia : sympathique et drôle mais pas très malin. Pour ce qui est des stéréotypes féminins, tous ont en commun de faire de la Latina un objet de désir. Aux extrêmes se trouvent la fille de joie ou prostituée (the harlot) qui ne pense qu’à séduire les Anglos et la femme mystérieuse (the dark lady), incarnée principalement par Dolores Del Rio, séduisante mais inaccessible. Enfin, à l’instar du bouffon, se trouve la potiche (the female clown).

Tous ces stéréotypes ont évolué, disparu et réapparu en fonction du contexte politique. Depuis les années 1980, ceux du migrant, de la femme de ménage ou des ouvriers retiennent l’attention, alors que paradoxalement, ils ne font pas partie de la liste identifiée par les chercheurs, qui les classent sous la catégorie de l’alien, c’est-à-dire l’étranger dérangeant et menaçant. Par contre, les films du festival Cine Las Americas mettant en scène les Latinos émigrant ou vivant aux États-Unis sont très nombreux et alimentent le débat. C’est une mission clairement assumée de la part des responsables de ce festival d’opérer en tant que médiateurs et de promouvoir un échange interculturel. Depuis sa création en 1998, Cine Las Americas s’efforce de présenter des films pour éduquer le public, initiative facilitée par la ville d’Austin, qui offre des opportunités de financement aux associations à but non lucratif et dont la population est avide de culture. Pendant cinq jours chaque année, ils présentent des films divers et variés : longs et courts-métrages, films de fiction, documentaires de tous genres,  de tous les pays d’Amérique Latine mais également des États-Unis. Leur but est double : montrer l’excellence artistique des réalisateurs Latinos et faire réfléchir sur des questions sociales plus problématiques voire polémiques.

Les films traitant du problème de la frontière et des migrants, ou Border Movies, sont en grande partie des documentaires qui jouent sur le pathos pour dépeindre le sort de tous ceux qui s’aventurent à traverser l’Amérique Latine jusqu’au Rio Grande. On n’y retrouve pas les stéréotypes hollywoodiens, en toute logique, mais ceux faisant des Latinos des aliens. De façon plus intéressante, ils reprennent le discours assimilationniste des films à préoccupation sociale[6], dont le plus emblématique est Bordertown (1935) : à la fin, le personnage principal Latino comprend que pour réussir dans la société américaine, il doit mettre de côté ses principes moraux, et qu’il vaut mieux donc qu’il retourne au barrio en gardant son intégrité plutôt que de poursuivre le rêve américain. Dans les documentaires du festival, on observe le même phénomène : des migrants essaient de s’intégrer à la société américaine mais n’y arrivent pas et finissent par rentrer chez eux, en acceptant de vivre dans la pauvreté. Dans Which Way Home de Rebecca Cammisa, un jeune Hondurien de 14 ans dit « Il vaut mieux que je souffre dans mon propre pays »[7] alors qu’il tourne en rond dans la cour d’un foyer d’accueil en attendant d’être rapatrié.

Cependant, le fait que cet inévitable retour au pays soit utilisé dans un documentaire où le spectateur est censé s’attacher aux personnages sert à dénoncer la situation des migrants. Avec le documentaire La Americana, Nicholas Bruckman critique ouvertement la lenteur de la loi d’amnistie pour les illégaux qui permettrait à Carmen, une mère bolivienne, de travailler en toute légalité aux États-Unis et de retourner voir sa fille sans avoir à retraverser la frontière illégalement, avec tous les dangers que cela comporte. Interviewée face à la Statue de la Liberté, elle critique le message d’accueil de celle-ci. Par son intermédiaire, le réalisateur revendique une ouverture des frontières et termine son films sur les mots de Carmen : « Je suis américaine ; c’est la vérité »[8] telle une invitation à réfléchir sur l’interdépendance de l’Amérique et des Amériques, et sur le besoin de clarifier leur relation car, comme le nom du festival l’indique, réfléchir à la représentation des Latinos aux États-Unis revient à reconsidérer l’identité des Amériques, ou peut-être même de l’Amérique au sens large du terme.

Auteur : Emilie Cheyroux

Doctorante en études anglophones à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Ecole doctorale EDEAGE – Etudes Anglophones, Germanophones et Européennes

 


[1] Charles Ramírez Berg (2002) et Mary Beltrán (2009)

[2] Terme utilisé par les chercheurs pour décrire le personnage américain type, dont l’exemple le plus emblématique serait John Wayne.

[3] « the Mexican is one to be killed, mocked, punished, seduced, or redeemed by Anglo protagonists » DANS Jana Häntzchel, Latinos in American Films : Traditional and New Hispanic Images in Contemporary Hollywood Movies (Saarbrücken DE : VDM Verlag DrMüller, 2008), page 5.

[4] En anglais : Good Neighbor Policy

[5] « greaser » est un mot d’argot injurieux pour qualifier les Latinos. Il fut utilisé dans quelques titres de films des années 1910-1920. Il est très difficile de les trouver, ce qui laisse penser qu’ils ont été retirés du marché à cause de ce terme dégradant.

[6] Les « social problem films » correspondent à un genre hollywoodien qui s’est développé à partir des années 1930.

[7] « I’m better off suffering in my own country »

[8] « Yo soy americana, es la verdad »