Alexandre Navarro

iStock_000007395743XSmall

« Réseaux et coopérations culturelles européennes :  enjeux et définition à l’ère de la mondialisation » par Alexandre Navarro

L’écriture d’une histoire culturelle transnationale se précise depuis les années 2000. Christophe Charle[1] prend pour exemple les ouvrages de Christopher Alan Bayly, Naissance du monde moderne[2] et de Donald Sassoon, La culture des Européens[3] en faveur de leurs synthèses des études des transferts culturels et de l’Histoire culturelle transnationale. Pourtant, face à la multiplication des objets et des concepts dans le contexte de mondialisation, il est nécessaire de revenir sur la définition et les frontières de la coopération culturelle.

  1. Les échanges culturels internationaux peuvent être bilatéraux ou multilatéraux. Les acteurs de ces échanges ont des statuts divers qui peuvent s’entrecroiser: nationaux, internationaux, publics, privés. Dans les textes, les coopérations, formelles ou informelles sont souvent rattachées au terme de « réseau ». On y retrouve des acteurs ministériels, des acteurs paraétatiques (agences gouvernementales disposant d’une certaine autonomie), des institutions privées, des organisations culturelles internationales et des organisations non-gouvernementales internationales.
  2. Si les relations culturelles sont d’abord le fait d’initiative privées, les États s’engagent dans le processus tout au long du 20ème siècle, surtout après la Seconde Guerre mondiale afin de renforcer ou de défendre une influence. La propagande culturelle devient alors coopération culturelle. Cette prise en charge étatique de la culture via la coopération culturelle est observée par Caroline Brossat[4] lors des différentes étapes de l’évolution de la coopération culturelle internationale mais aussi dans la déclaration des principes de la coopération culturelle internationale énoncée par l’UNESCO.
  3. En effet, en 1966 l’UNESCO établit les principes officiels de la coopération culturelle internationale, à savoir : la culture comme moyen de paix et de rapprochement entre les peuples, l’égalité des cultures et le principe de réciprocité. Ce principe de réciprocité est déterminé comme un fondement de la coopération culturelle par plusieurs auteurs comme Albert Salon[5] et par Maurice Flory[6].
  4. D’autre part, la déclaration des principes de la coopération culturelle internationale énoncés par l’UNESCO expose la responsabilité des États dans la coopération culturelle, ce qui atteste de l’engagement croissant des États dans les échanges culturels et de la dimension politique de la culture. Caroline Brossat définit les origines de la coopération culturelle comme expression d’une politique délibérée dans le développement du progrès scientifique et les techniques de communication favorisant la diffusion culturelle de masse et le sentiment d’interdépendance entre Etats, la culture devenant « un moyen nouveau de favoriser l’entente entre les peuples »[7]. Cependant, l’unité techno-économique du monde qui accompagne la diffusion d’appareils à communication instantanée peut susciter des réactions protectrices justifiant à leurs tours l’action politique de la coopération culturelle. Aussi, d’après Bernard Kouchner, la coopération culturelle en plus d’être source d’influence est aussi objet de résistance face à la mondialisation : « en ces temps difficiles, la culture est vitale. C’est par elle aussi que se joue notre capacité à participer, à influencer la mondialisation et à lui résister.»[8] De même, d’après Maurice Flory, face à l’uniformisation du monde, l’enjeu pour les nations est « d’assurer à échéance la survie d’une langue et d’une culture »[9]. La culture et la langue sont alors des enjeux politiques, mais aussi économiques, soumis aux conflits. Dans ce sens l’auteur souligne qu’il est souvent fait usage d’un « vocabulaire militaire »[10] tel que la défense de la langue  ou encore  l’impérialisme culturelle. Dans le contexte de mondialisation, doit-on alors parler d’un plan de sauvegarde des cultures nationales comme le suggère le cas français ? Peut-on alors parler d’un espace européen de la culture ?

Le Conseil de l’Europe et l’Union européenne prennent en charge progressivement la coopération culturelle internationale et multilatérale. En effet, depuis 1992 et le traité de Maastricht, l’Union européenne se munit de compétences culturelles sous forme d’« actions d’appui »[11] encadrées par le principe de subsidiarité. De plus la multiplication des interactions dans les secteurs culturels des acteurs spécialisés comme la CSCE ou le GATT accroît les jeux d’influences. Pourtant si la coopération culturelle reste une « affaire d’État », l’européanisation des politiques a des conséquences sur les politiques nationales. En effet, la construction européenne et les élargissements successifs influencent la diplomatie culturelle des États notamment lorsque les choix stratégiques des financements de la culture en Europe concurrencent les financements nationaux dans l’organisation des échanges culturels. Cependant, Laurence Dumoulin  et Sabine Saurugger[12] mettent en garde de voire une survalorisation de l’Union européenne dans les changements institutionnels nationaux au sein des études centrées sur l’européanisation culturelle car leurs limites est de considérer que toutes les transformations observées au niveau national sont influencées par des processus communautaires.

Les témoignages des deux études de terrain de recherche doctorale menées en 2012 à Varsovie et à Sofia[13] auprès des acteurs et médiateurs des réseaux, des galeries d’arts et des centres culturels internationaux concordent sur l’absence de changement d’orientation stratégique dans les politiques culturelles depuis l’entrée de la Pologne et la Bulgarie dans l’Union européenne. En effet, les organismes culturels à dimension internationale abordaient déjà les thématiques européennes avant l’intégration. Aussi, l’intégration n’a pas favorisé un excédent de programmations européennes. De plus, nombreuses sont les galeries d’art qui n’ont pas accès, notamment faute de financement, à la coopération internationale et à la circulation des artistes étrangers européens, particulièrement de l’Ouest.  Malgré les volontés des gestionnaires, les galeries d’arts conservent des modes de gestion locaux ou régionaux, alors que le public s’internationalise. Pourtant avec la multiplication de réseaux de toutes sortes, financés ou non par les instances européennes, des efforts sont faits pour favoriser l’intégration européenne dans la région des Balkans par le local et les coopérations transfrontalières avec notamment la création des premiers réseaux scientifiques dans les Balkans[14]et un début de mobilité universitaire transfrontalière[15].

Anne Marie Autissier[16] relève que dès les années 1980  les réseaux culturels européens se multiplient afin de renouveler les formes de coopération mais aussi afin de créer de nouvelles connexions dans un contexte institutionnel européen déjà morcelé. Ce phénomène semble en corrélation avec les mouvements décrits par François Chaubet et Laurent Martin[17] de déréglementation et de dérégulation qui ont abaissé les barrières nationales depuis les années 1980.  L’interconnexion des individus et des sociétés et la mise en réseau du local et du global se développent dans le contexte de globalisation et de diffusion des moyens de communication.

Cependant, si les premiers réseaux culturels sont créés en réaction aux institutions et aux modèles de coopération existants, dorénavant les réseaux et les institutions publiques nationales ou européennes sont interconnectés dans le champ de la coopération culturelle.

D’une part, les réseaux engagent rapidement un dialogue avec le secteur public, notamment afin d’assurer une représentation au sein de ces mêmes institutions. Prenons pour exemple les associations professionnelles transnationales qui se réunissent sous forme de forum est dont un des objectifs est de représenter un domaine spécifique auprès des organisations et des institutions nationales, européennes ou internationales. De plus, le conseil de l’Europe comme la Fondation européenne de la culture vont chercher à offrir un cadre et une visibilité à ces réseaux sur la scène européenne.

D’autre part, si la multiplication de réseau engendre différentes échelles de réactions (dont parfois un engagement minimal) de la part des institutions nationales ou européennes, le secteur public devient malgré tout l’architecte de multiples réseaux internationaux, soit en concevant de nouveaux réseaux, soit en réutilisant le fonctionnement en réseau pour leurs propres actions. Prenons pour exemple la mise en réseau des postes d’information régionaux du programme MEDIA, mais aussi des agences nationales en charge des programmes SOCRATES ou LEONARDO : les institutions européennes favorisent la formation en réseau de ses antennes d’information afin de diffuser l’information ou de développer une coopération « semi-officielle »[18].  De plus, les Etats membres, souhaitant rester des acteurs de premier ordre au sein des coopérations culturelles internationales, vont regrouper leurs institutions culturelles nationales (Institut Français, British Council, Goethe Institut) fonctionnant déjà en interne sous forme de réseau, avec des réseaux de coopération internationale.[19] Aussi, la surutilisation du terme réseau, appelle un éclaircissement conceptuel, car comme le dénote Anne Marie Autissier[20], certains experts s’intéressent dorénavant à un vocabulaire nouveau tel que « plateforme de coopération culturelle ».

Auteur : Alexandre Navarro

Doctorant en Histoire culturelle et chargé de cours à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Ecole doctorale EDEAGE – Etudes Anglophones, Germanophones et Européennes


[1] Charle Christophe, « Comparaisons et transferts en histoire culturelle de l’Europe. Quelques réflexions à propos de recherches récentes », Les cahiers Irice, 1 juin 2010, vol. n°5, no 1, p. 51

[2] Bayly Christopher Alan, La naissance du monde moderne, traduit par Michel Cordillot, Paris, France, les Éditions de l’Atelier / Éditions ouvrières : Le Monde diplomatique, 2006, 606 p.

[3] Sassoon Donald, The culture of the Europeans: from 1800 to the present, London, Royaume-Uni, HarperPress, 2006, 1617 p.

[4] Brossat Caroline, La culture européenne: définitions et enjeux, Bruxelles, Belgique, Bruylant, 1999, p. 202

[5] Salon Albert, Vocabulaire critique des relations internationales dans les domaines culturel, scientifique et de la coopération technique: avec index des traductions en allemand et en anglais, Paris, France, la Maison du dictionnaire, 1978, 175 p.

[6] Flory Maurice, « Relations culturelles et Droit international public », Annuaire français de droit international, 1971, vol. 17, pp. 61‑84.

[7] Brossat Caroline, ibid., p. 221

[8] Kouchner Bernard, Il Faut Réinventer La Coopération Culturelle.2014,  Http://www.liberation.fr. Accessed May 2009 http://www.liberation.fr/culture/2009/01/27/il-faut-reinventer-la-cooperation-culturelle_305693

[9] Flory Maurice, ibid., p. 63

[10] Flory Maurice, ibid., p. 63

[11] Autissier Anne-Marie, « Unions régionales et coopération euro-latino-américaine : la place des échanges culturels et éducatifs. », Les échanges culturels internationaux: France, Brésil, Canada-Québec (XIXe-XXe siècles), sous la direction de MARTINIERE Guy et MONTEIRO Éric, Université de La Rochelle. Pôle Langues, Arts et Sciences Humaines, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique, Paris, France, les Indes savantes, impr.  , 2013, P232

[12] DUMOULIN Laurence, SAURUGGER Sabine, « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale 3/ 2010 (n° 48), p. 9

[13] Compte-rendu des entretiens réalisés à Sofia disponible ici : http://circulationsculturelles.wordpress.com/

[14]  Dont le « Forum sociologique des Balkans ».

[15] 2012 a été l’année de la première étudiante boursière slovaque en mobilité à la Nouvelle Université Bulgare.

[16] Autissier Anne-Marie, L’Europe de la culture: histoire(s) et enjeux, Paris, France, Maison des cultures du monde, coll. « Internationale de l’imaginaire. Nouvelle série, ISSN 1637-1968 ; n°19 Babel (Arles), ISSN 1140-3853 », n˚ 691, 2005, p. 299

[17] Chaubet François et Martin Laurent, Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain, Paris, France, A. Colin, coll. « U. Histoire (Paris), ISSN 1147-3878 », 2011, 295 p.

[18] STAINES Judith, Les Réseaux: un avenir pour la coopération culturelle en Europe, EFAH/FEAP European Forum for the Arts & Heritage/Forum européen pour les arts et le patrimoine, 1996. P.15

[19] Dont le réseau EUNIC European Union National Institutes for Culture.

[20] Autissier Anne-Marie ibid., p. 306