Jean-Christophe Busnel

Emmanuelle Pireyre et Robert Menasse en Europe : De quelle manière la littérature contemporaine peut-elle contribuer à organiser une société mondialisée ?

    La notion d’identité, comme celle de culture, semble ne jamais se rapporter qu’au passé, aux racines. A l’inverse le projet européen est essentiellement un projet d’avenir. C’est ce qu’exprime l’engagement du préambule du TUe, celui d’exécutifs « résolus à poursuivre le processus créant une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe ». La diversité des langues parlées au sein de l’Union européenne maintient de fait les communautés culturelles séparées. Comment envisager alors cet incessant rapprochement culturel ?

    Emmanuelle Pireyre dans Féerie générale et Robert Menasse dans Die Hauptstadt donnent quelques éléments de la manière dont la littérature pourrait introduire une cohésion culturelle qui changerait la présomption d’une identité unitaire en l’engagement d’un mouvement culturel. Pour Emmanuelle Pireyre, les organisateurs de l’ambiance de boîte de nuit de la société contemporaine,  sous l’effet de la pression populaire, finiront par trinquer. Pour Robert Menasse, il faut retrouver l’esprit d’initiative pour mettre fin à la dépression structurelle conduite par la disparition des communautés de destin au profit de la revendication d’intérêts individuels. Dans les deux cas, la fin des temps est proche. Les deux romans, l’un écrit en français, l’autre en allemand, au travers des identités culturelles française et autrichienne, trouvent en effet à s’accorder sur un certain nombre de principes de construction qui maintiennent pourtant séparés leur inspiration réciproque : l’écriture au second degré, la fragmentation d’une société qui mène à la confusion et, finalement, les propositions de solutions pour sortir de l’aliénation.

    Le second degré est celui d’une écriture qui prolonge les thèmes et constructions de romans prestigieux, tous les deux écrits dans les années 1930. Mais le second degré est aussi produit par une écriture humoristique, décalée, des situations invraisemblables, des personnages manipulés ou des narrateurs non fiables, car tout dans ce monde est à l’envers, jusqu’à, peut-être, sa nature romanesque.

    Car la réalité décrite semble moins enjouée que ne le laisse entendre les narrateurs séducteurs ou sarcastiques. Elle se présente en effet fragmentée, sur l’espace de la page ou bien dans le temps de la diégèse, et mène à la confusion des personnages qui perdent la mémoire, ne se reconnectent pas à la vie réelle, vivent dans l’illusion d’une vie mécanique où les émotions véritables et l’esprit critique ont disparu. Les informations absurdes font place aux fausses informations, la séduction à la manipulation, la dérision à l’aliénation.

    C’est que le monde est trop emprunt de règles, de principes, d’interdit et de sécurité qui bride les esprits et canalisent trop strictement les énergies. Le monde tourne en rond et ne parvient pas à dépasser ses obsessions latentes, au premier chef desquels le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale. Les solutions seraient de retrouver l’initiative, pour remettre le monde à l’endroit.

    Les deux romans s’opposent donc par leur inspiration culturelle (entre la fête et la dépression, l’espace et le temps, la Révolution française ou la Mitteleuropa autrichienne), mais se rejoignent sur les méthodes de composition et l’environnement de la société contemporaine (second degré, dérision, fragmentation, confusion et aliénation,  désinvestissement et suivisme). Il est alors permis de considérer que soit en train de se mettre en place un mouvement culturel fondé sur le jeu des identités culturelles plutôt qu’une tentative de forcer une identité culturelle unitaire, dont les romans de Pireyre et Menasse autorise l’esquisse des caractéristiques. On retrouve alors certaines des thèses d’autres intellectuels européens sur le rôle de la dérision dans l’idée culturelle européenne, comme Salvador de Madariaga ou Milan Kundera. Et si la solution au projet européen était le rire ?

Réseau de Jeunes Chercheurs en Histoire culturelle de l’Université Sorbonne Nouvelle