Isabelle Debyser

Désunion européenne, ou le spectacle de la fin d’un rêve d’Europe

Dans les spectacles Je suis Fassbinder, écrit par Falk Richter et mis en scène par Stanislas Nordey en 2016, et 1993, écrit par Aurélien Bellanger et mis en scène par Julien Gosselin en 2017, il est question du rêve européen, c’est-à-dire des espoirs engendrés par la création et le développement de l’Union européenne, rassemblement théorique de peuples, de cultures, de libertés, de richesses. Cependant, ces deux spectacles mettent en évidence une réalité bien différente, en l’occurrence une Europe des espoirs déçus, des inégalités économiques, des replis identitaires, des violences faites aux minorités, et où les velléités nationalistes sont de plus en plus audibles et se concrétisent dans les urnes.

Nés dans les années 60, Stanislas Nordey et Falk Richter appartiennent à la génération qui a vécu ce qui s’annonçait comme la concrétisation d’un rêve d’Europe, avec la chute du Mur de Berlin en 1989. Cependant, ils sont aussi de la génération du désenchantement, de la désillusion européenne, qui a assisté à la montée des nationalismes dans plusieurs pays européens et aux guerres de Yougoslavie dans les années 90. Aurélien Bellanger et Julien Gosselin appartiennent à une autre génération d’Européens, nés dans les années 80, certes trop jeunes pour avoir été véritablement remplis d’espoir au moment de la chute du Mur, mais qui ont connu dès l’enfance une forme d’optimisme européen, qui s’appuyait notamment sur l’idée que les progrès scientifiques et les grands projets d’infrastructures, comme le tunnel sous la Manche, rapprocheraient les peuples. Néanmoins, l’écrivain et le metteur en scène français ont été les témoins d’échecs politiques, économiques et sociaux en Europe au cours des décennies suivantes.

Leurs spectacles se posent la question du rêve européen en mêlant les époques, des années 70 du film L’Allemagne en automne – le segment de Rainer Werner Fassbinder est le matériau principal, le point de départ de Je suis Fassbinder – à aujourd’hui, où la montée des populismes, les attentats terroristes et l’afflux de réfugiés font l’actualité, en passant par les années 90, où on écoutait la chanson « Happy Nation » d’Ace of Base en rêvant d’un tunnel sous la Manche comme abolition d’une ultime frontière entre les peuples européens. Pour montrer que le rêve européen a tourné court, ces duos d’artistes s’appuient sur des situations a priori banales et conviviales, telles qu’une discussion entre une mère et son fils dans Je suis Fassbinder et une fête d’étudiants dans la deuxième partie de 1993, mais qui dégénèrent au moment où apparaissent le racisme, la peur – de l’autre, du futur, des migrants, de la disparition des frontières, etc. – et le souhait du recours à l’autorité ou à la force.

Bien que ces deux spectacles donnent une vision plutôt pessimiste de l’Europe, qui aurait fait tout le contraire de ce qu’elle prônait et serait ainsi parvenue à diviser les peuples qu’elle était censée réunir, ils ne sont pas pour autant dénués de moments de joie et d’insouciance. Ces éclats de vie apparaissent comme des lueurs d’espoir dans un contexte moribond. Ainsi, on peut considérer Je suis Fassbinder et 1993 comme des appels à la lucidité et à la vigilance dans une Europe en proie à de vives tensions.

Réseau de Jeunes Chercheurs en Histoire culturelle de l’Université Sorbonne Nouvelle