Claire Couturier

Les collections musicales et théâtrales de l’exposition internationale viennoise (1892): un modèle d’unité culturelle ?

Lorsque l’exposition internationale de musique et de théâtre fut inaugurée dans le Prater à Vienne, les attentes furent énormes. Imaginé par la princesse Pauline von Metternich pour célébrer le centenaire de la disparition de Mozart, l’événement souhaitait encourager les échanges internationaux entre les participants et ambitionnait de conférer à l’Autriche un rôle culturel dominant. Cette exposition rassembla un grand nombre de pays européens, à l’instar de l’Allemagne, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Irlande, de la Russie, de l’Espagne mais aussi de la Belgique, des Pays-Bas ou de la Suède. On comptait aussi une petite partie pour la Bulgarie, la Pologne et les USA (dont la présence se limitait à la présentation d’une collection de pianos). Tous furent installés dans la Rotonde, transformée pour l’occasion en musée éphémère de la musique et du théâtre.

Organisée dans la lignée des expositions universelles mises en place à l’époque, cet événement souhaitait pourtant s’en détacher en proposant une thématique inédite et une mise en scène innovante. En organisant un événement évoquant le théâtre et la musique, depuis leurs origines et à travers chaque pays, cette exposition voulait être originale et résolument artistique face à des événements jusqu’alors essentiellement tournés vers la technique et l’industrie. Au-delà de cet aspect logistique et ses ambitions, l’exposition internationale de musique et de théâtre souhaitait également prendre ses distances avec ses prédécesseurs dans sa manière de considérer les pays invités et leurs collections.

Contrairement aux précédentes expositions universelles, qui, sous leurs airs de fêtes, dissimulaient souvent des intentions moins pacifiques, les organisateurs de l’exposition viennoise souhaitèrent mettre en place une manifestation qui s’opposerait à la concurrence et à la rivalité entre les nations représentées. C’est pourquoi il fut prévu d’exposer conjointement les collections des pays invités, sans leur imposer de contraintes géographiques ou de frontières au sein de la Rotonde.

Mais cette mise en place atteignit ses limites en raison de certains invités qui refusèrent de mélanger leurs collections à celles des autres, conduisant à la refonte du plan initial et au réaménagement du site. Une installation géographique fut dès lors retenue, laquelle juxtaposait les différents pays participants. Seule l’Allemagne accepta d’exposer conjointement avec l’Autriche. Cette décision ne garantissait toutefois pas l’unité, comme le montre l’ordonnancement retenu pour les parties musicales et théâtrales, ou encore la demande de certains exposants allemands et autrichiens d’être exposés séparément. Contrairement aux plans initiaux, l’organisation de l’exposition ne favorisa pas donc l’unité mais dessina une hiérarchie, voire une rivalité, entre les différents participants. Cette prédominance fut en outre renforcée par la place qu’occupaient l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie dans la Rotonde, laquelle était bien plus importante que celle des autres pays invités. Un rapport de force se dessina rapidement entre les participants, que ce soit entre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, entre la domination de ces deux Etats vis à vis des pays européens, ou encore dans la place de ces derniers à l’égard des pays du reste du monde. La position dominante de certains exposants face aux autres vint donc régulièrement remettre en question le désir d’équité initialement souhaité, rendant la probabilité d’une unité parfaite entre les différents participants toute relative.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réseau de Jeunes Chercheurs en Histoire culturelle de l’Université Sorbonne Nouvelle