Tous les articles par Réseau de Jeunes Chercheurs en Histoire Culturelle

PROGRAMME – EUROPE : ÉCRIRE L’UNITÉ CULTURELLE ?

Loin d’être figée, la construction de l’Europe en tant qu’unité culturelle est un processus toujours évolutif. Ce processus est souvent assumé par des intellectuels qui, au fur et à mesure, s’engagent pour ou contre la représentation d’une Europe unie. Quelles ont été les représentations de l’espace européen dans la littérature depuis la Respublica literaria jusqu’à nos jours ? Comment ont-elles évolué ? Quels résultats esthétiques ont eu les efforts, intellectuels, diplomatiques ou politiques, pour renforcer la cohésion culturelle de l’Europe ? Ou bien pour la nier, la combattre ou la reconstruire ?

Cette journée d’études servira de laboratoire pour explorer les multiples facettes de l’unité culturelle européenne et de ses limites, prenant comme objet d’étude notamment la riche production littéraire, artistique et journalistique autour de la notion d’« Europe».

PROGRAMME

10h Accueil des participants
Ouverture de la Journée d’Études par Madame Svetla Moussakova, Maître de conférences HDR, Directrice de recherche en Histoire Culturelle, EDEAGE, ICEE, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

ATELIER 1 : L’EUROPE ET LA LITTÉRATURE

10H15 Etienne Sauthier, Docteur CREDA (UMR 7227), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Se lire en filigrane – Lectures identitaires d’À la Recherche du Temps perdu au Brésil (1920-1960)

11H Jean-Christophe Busnel, Doctorant ED 120, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
L’Europe à quoi peut-elle servir ?

Pause déjeuner (libre)

ATELIER 2 : L’EUROPE ET LE SPECTACLE

14H Claire Couturier, Docteure ED 514, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Les collections musicales et théâtrales de l’exposition internationale viennoise (1892) : un modèle d’unité culturelle ?

14H45 Isabelle Debyser, Doctorante Etudes Théâtrales, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Désunion européenne, ou le spectacle de la fin d’un rêve d’Europe

PAUSE-CAFÉ

ATELIER 3 : L’EUROPE ET LA PRESSE

15H15 Claire Selosse, Doctorante EA 3556, Sorbonne Université Le Teutsche Merkur de Christoph Martin Wieland, ou comment une revue allemande reflète le dialogue culturel européen à l’époque des Lumières

16H00 Antonio Marvasi, Doctorant en cotutelle Université de Strasbourg – Roma 3
Le discours « critique » européen de l’entre-deux-guerres :
la Revue littéraire comme genre

16H45 Barbara Julieta Bellini – Doctorante ED 514, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Conclusion de la journée d’études

17H Svetla Moussakova
Présentation du livre Culture(s) en marge et échange avec les auteurs autour d’un pot conclusif

COMITÉ D’ORGANISATION

Barbara Julieta BELLINI,
Doctorante en Histoire Culturelle, Université Sorbonne Nouvelle

Amélia COSTA DA SILVA,
Doctorante en Littérature comparée, Université de Strasbourg

Maria MARUGGI,
Doctorante en Littérature comparée, Université de Strasbourg

Antonio MARVASI,
Doctorant en Littérature comparée, Université de Strasbourg – Roma 3

Cécile POULOT,
Doctorante en Études Germaniques, Université Sorbonne Nouvelle

REMERCIEMENTS

Nous tenons à remercier l’école doctorale EDEAGE
et l’équipe d’accueil ICEE qui ont soutenu cette manifestation, ainsi que l’équipe de la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 qui a accueilli la Journée d’Études.

Pour en savoir plus : www.rhc.hypotheses.org

Le phénomène des Fakes News : entre circulations de fausses nouvelles et guerres informatiques.

Université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 Ecole Doctorale EDEAGE – Formation Doctorale 2018-2019

La sixieme séance du séminaire Histoire culturelle /Circulations, réception, médiation aura lieu le Lundi 15 avril 2019, 17h-19h à laMaison de la Recherche , 4, rue des Irlandais, 75005 Paris

Nous aurons le plaisir d’accueillir Tatiana Bouroudjieva, sociologue, spécialiste des médias et de la communication politique, Université de Sofia « Saint Clément d’Ohrid ». 

 Le sujet de la Conférence sera Le phénomène des Fakes News : entre circulations de fausses nouvelles et guerres informatiques. 

The international system after the end of the Cold War

Université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3 Ecole Doctorale EDEAGE – Formation Doctorale 2018-2019

La quatrième séance du séminaire Histoire culturelle /Circulations, réception, médiation aura lieu le mardi 26 mars 2019, 11h – 13h à Censier, salle 310 13, rue Santeuil, 75005

Nous aurons le plaisir d’accueillir Antonio VARSORI, professeur d’Histoire des relations internationales de l’université de Padoue, il est l’un des grands historiens de l’intégration européenne , titulaire de la chaire ” Jean Monnet ” d’ histoire de l’intégration européenne à l’ Université de Padoue , président de la Société italienne d’histoire internationale.

Le sujet de la conférence sera The international system after the end of the Cold War

La Littérature témoin de l’Histoire – circulations et transferts littéraires Orient – Europe.

La troisième séance du séminaire Histoire culturelle /Circulations, réception, médiation aura lieu

lundi 18 février 2019, 17h – 19h
salle Claude Simon, Maison de la recherche
4, rue des Irlandais, 75005

Nous aurons le plaisir d’accueillir Zaïneb BEN LAGHA, spécialiste en Littérature arabe, Département des Etudes Arabes, Hébraïques, Indiennes et Iraniennes, Centre des Etudes Arabes et Orientales, EA 1734

Le sujet de la conférence sera : La Littérature témoin de l’Histoire – circulations et transferts littéraires Orient – Europe. Le roman historique de Jurjî Zaydân : entre roman familial et roman national

APPEL A COMMUNICATION : Europe : écrire l’unité culturelle ?

APPEL A COMMUNICATIONS

Sixième journée d’études du Réseau de jeunes chercheur.e.s en Histoire culturelle de l’Université de Sorbonne Nouvelle-Paris 3

3 mai 2019 – Maison de la Recherche 

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Au lendemain du Brexit, nous assistons quotidiennement à de vifs débats sur les avantages et les inconvénients de la coopération européenne. En effet, le scepticisme envers l’unité politique et économique de l’Europe s’oppose à la croyance envers une profonde cohésion culturelle qui serait basée sur une histoire commune, des traditions religieuses, philosophiques et artistiques partagées. Une telle proximité culturelle, faisant de cet espace du monde un lieu harmonieux et en soi cohérent, devrait légitimer, selon certains, l’union juridique des États européens ; pour autant, la nature même de cette proximité est constamment questionnée.

Loin d’être figée, la construction de l’Europe en tant qu’unité culturelle est un processus toujours évolutif. Ce processus est souvent pris en charge par des instances gouvernementales qui, par exemple, peuvent contribuer au développement d’une identité commune à travers la diplomatie culturelle ; mais il est aussi assumé continuellement par des intellectuels qui, au fur et à mesure, s’engagent pour ou contre la représentation d’une Europe unie. Depuis la République des Lettres jusqu’à l’Union Européenne, d’innombrables auteurs ont forgé, avec leurs œuvres, divers imaginaires d’un espace dont les valeurs communes et les divergences sont toujours en jeu ; de nombreuses initiatives éditoriales, telles des revues et des collections internationales, ont été entreprises pour favoriser les échanges à l’intérieur d’une Europe perçue comme complexe, mais unitaire ; des traductions, des adaptations, des médiations ont été conçues pour illustrer tantôt le voisinage tantôt la distance des cultures nationales au sein de l’espace européen.

C’est qu’en effet ces cultures sont loin d’être homogènes. « ‘Unifier’ l’Europe, c’est la tuer », écrit Klaus Mann dans Le Tournanten 1949 : déchirés entre le désir de sauvegarder la diversité d’un côté et construire un héritage commun de l’autre, les acteurs du champ culturel se sont souvent heurtés dans leur volonté de représentation de différentes visions de l’Europe. Ainsi, par exemple, des pièces de théâtre font face à la mémoire collective – telle Die Europa Trilogiede Milo Rau ; des romans mettent en récit le fonctionnement des engrenages de la Commission Européenne – comme le dernier livre de Robert Menasse, La capitale ; des encyclopédies illustrent la pluralité de la culture dite « européenne » – comme dans le cas de l’ouvrage collectif L’Europe, encyclopédie historique ; des recueils interrogent le fondement philosophique à la base de l’unité européenne – tel Imaginer l’Europe, sous la direction de Peter Koslowski.

Ces quelques exemples soulignent finalement l’actualité bien réelle de la notion équivoque d’« Europe » parmi les intellectuels et amènent plusieurs questionnements :  quelles ont été les représentations de l’espace européen dans la littérature depuis la Respublica literariajusqu’à nos jours ? Comment ont-elles évoluées ? Quels résultats esthétiques ont eu les efforts, intellectuels, diplomatiques ou politiques, pour renforcer la cohésion culturelle de l’Europe ? Ou bien, pour la nier, la combattre ou la reconstruire ?

La journée d’études « Europe : écrire l’unité culturelle ? » servira de laboratoire pour analyser les multiples facettes de l’unité culturelle européenne et de ses limites ; une attention particulière sera portée au monde littéraire et à son rôle dans le travail, toujours en cours, de construction (et/ou de déconstruction) de cette unité. Les axes de recherches proposés pour les propositions sont les suivants :

Représentations artistiques et littéraires : quelles images de l’Europe ressortent de ses mises en scène et ses mises en récit littéraires ? Quels traits distinctifs sont présentés comme fondateurs de son unité ? Au-delà des frontières géographiques, qu’est-ce qui fait paraître une pièce, un roman, un film, une chanson ou un artiste comme « européens » ? Et quelles sont les représentationsde cette Europe dans, par exemple, d’autres espaces d’expression comme la littérature francophone et la dite littérature-monde ?

Volonté de construction : quels sont les acteurs de  la construction d’un idéal culturel européen ? Avec quels moyens et dans quels buts ? Quelle autonomie reste-t-ilà la production culturelle née des subventions européennes ? Quelles issues ont eu les initiatives de créer une unité à l’aide de revues, projets éditoriaux, prix littéraires, etc. ?

L’Europe et le monde : comment la littérature européenne s’insère-t-elle dans le cadre de la Weltliteratur ? Quelle position occupe-t-elle dans le champ littéraire mondial et comment se rapporte-t-elle aux productions artistiques des autres parties du monde ?

SOUMISSION :

Les doctorants et jeunes docteurs de toutes disciplines sont invités à envoyer leurs propositions pour tenir des présentations de 20 minutes suivies des questions du public. La pluridisciplinarité sera privilégiée : des travaux en arts et médias, littérature, traduction, civilisation, histoire culturelle, sciences sociales seront les bienvenus. Toutes les périodes historiques peuvent être abordées, dans l’espoir de mettre en relief les différences qui ont marqué le passage de la République des Lettres à la notion actuelle d’Europe.

Les propositions (en français ou en anglais) sont à envoyer (entre 200 et 250 mots) au plus tard le 28 février 2019, accompagnées d’une bio-bibliographie (institut et école doctorale, sujet de thèse, publications récentes) à l’adresse suivante : je.europe.paris3@gmail.com.

Les réponses seront envoyées le 10 mars 2019.

COMITE D'ORGANISATION : 

Belini Barbara, Doctorante en Histoire culturelle, Ecole doctorale EDEAGE, Sorbonne Nouvelle

Costa da Silva Amélia, Doctorante en Littérature Générale et Comparée, équipe d’accueil L’Europe des Lettres, Université de Strasbourg,

Maruggi Maria, Doctorante en Littérature Générale et Comparée, équipe d’accueil L’Europe des Lettres, Université de Strasbourg,

Marvasi Antonio, Doctorant en littérature générale et comparée, équipe d’accueil L’Europe des Lettres, Université de Strasbourg, co-tutelle avec l’Université de Roma Tre

Poulot Cécile, Doctorante en Etudes germaniques, Ecole doctorale EDEAGE, Sorbonne Nouvelle

Maladies de la modernité à la Belle-Epoque : circulations de discours et pratiques artistiques, médiatiques, scientifiques autour d’un phénomène socioculturel

La deuxième séance du séminaire Histoire culturelle /Circulations, réception, médiation aura lieu

le lundi 21 janvier 2019, 17h – 19h

salle du Pavillon Maison de la recherche – Paris 3

4, rue des Irlandais, 75005


Nous aurons le plaisir d’accueillir Nicolas Pitsos de l’INALCO, historien spécialiste de la Grèce et de l’Europe du Sud-Est, chercheur à l’UMR Sirice


Le sujet de la conférence sera Maladies de la modernité à la Belle-Epoque : circulations de discours et pratiques artistiques, médiatiques, scientifiques autour d’un phénomène socioculturel

PROGRAMME – 1968 EN HÉRITAGE: REPRÉSENTATION ET RÉCEPTION DANS LE MONDE CONTEMPORAIN

Vendredi 4 mai 2018
à partir de 9 h
Maison de la Recherche de Paris 3
4 rue des Irlandais 75005, Paris.

9 h Accueil des participants

9 h 15 Ouverture de la Journée d’Études par Mme Svetla MOUSSAKOVAMaître de conférences HDR, Directrice de recherche en Histoire Culturelle, EDEAGE, ICEE, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Modérateur Svetla MOUSSAKOVA

9 h 30 Atelier 1 : Mai 1968 aujourd’hui

Yann AUCOMPTE, Doctorant à l’EDESTA, Université Paris 8 Saint-Denis « Re-faire » les Ateliers Populaires de Mai 1968. La proposition du collectif Fabrication-Maison pour les commémorations de mai 68, au Centre Pompidou en 2018

Anouk COLOMBANI, Docteure en philosophie, Université Paris 8 Saint-Denis À l’université de Saint-Denis, filiation et dépendance conflictuelles à Mai 68

10 h 30 Pause-café

10 h 45 Atelier 2 : Prismes et résonances

Barbara Julieta BELLINI, Doctorante en Histoire Culturelle, EDEAGE 514, ICEE, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
La réception italienne de Walter Benjamin à la fin des années ’60

Clara ZGOLA, doctorante en Arts et langage, Études culturelles, EHESS,CRAL. Résurgences du passé. Mars 68 en Pologne vu à travers le prisme contemporain

12 h Pause-déjeuner libre

Modérateur : Elena TISLENKO, Doctorante à l’ICEE, ED 514 EDEAGE,Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

13 h 30 Atelier 3 : Mai 1968 dans le cinéma

Meera PERAMPALAM, Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 Cinémai 68. Mai 68 dans le cinéma des années 2000

Mado-Adamantia SPYROPOULOU, Doctorante au Centre de Recherches sur les liens sociaux CERLIS, UMR 8070, Ecole doctorale Arts & Médias, ED 267, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. L’héritage de Mai 68 en France et en Grèce, à travers la réception critique du film Z de Costa Gavras

14 h 30 Pause-café.

14 h 45 Atelier 4 : Mai 1968 et les révolutions

Mathilde ROUXEL, doctorante en études cinématographiques, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, IRCAV. Les printemps arabes de 2011 : un mai 68 arabe ?

Jorge Rizo MARTINEZ, Doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales EHESS. Le « 68 mexicain » : la prise de parole et la fin de l’utopie
révolutionnaire

15 h 45 Pause-café

16 h Atelier 5 : Les « marginaux » en mai 1968

Shorena ASABASHVILI, École Doctorale 031 Pratiques et Théories du Sens,Université Paris 8 Saint-Denis. La Révolution des Roses entre le peuple et le Soft Power américain

Farid HAROUIT, Docteur à l’ED 514 EDAEGE, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 Le « MAI 68 » britannique : le rôle des minorités ethniques

17 h Synthèse et échanges avec la salle

Clôture de la Journée d’études par un verre de l’Amitié

 


COMITÉ D’ORGANISATION

Barbara Jul ieta BELLINI , Doctorante en Histoire Culturelle Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – ED 514 – ICEE

Mirena BERGANZA, Doctorante en Histoire Culturelle Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – ED 514 – ICEE

Ksenia SMOLOVIC, Doctorante en Histoire Contemporaine Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1 – ED 09 – SIRICE

Mathi lde ROUXEL, Doctorante en Études Cinématographiques Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – ED 267

Clara ZGOLA, Chercheuse associée, doctorante en Études Culturelles – Arts et Langages, CNRS-EHESS – UV – CCFEF – ICP – CRAL

KARMEN KAUTTO, Doctorante en Études Théâtrales Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – ED 267 – Institut de Recherches en Études Théâtrales

Alexandre NAVARRO, Doctorant en Histoire Contemporaine Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – ED 514 – ICEE

Elena TISLENKO, Doctorante en Histoire Culturelle Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – ED 514 – ICEE

Remerciements

Nous tenons à remercier l’école doctorale EDEAGE et l’équipe d’accueil ICEE qui ont soutenu cette manifestation, ainsi que l’équipe de la nouvelle Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 qui a accueilli la Journée d’Études.

Téléchargez le Programme 

 

Culture et dictature: le Théâtre en Croatie dans les années noires

La Sixième séance du séminaire doctoral

Histoire culturelle : Circulations, réception, médiation

aura lieu le lundi 30 avril 2018, 17h – 19h, salle du Pavillon

Maison de la recherche – 4, rue des Irlandais, 75005

Nous aurons le plaisir d’accueillir Prof. Dr Snježana Banovic de l’Académie des Arts dramatiques, Université de Zagreb, Croatie

Le sujet de sa conférence sera Culture et dictature: le Théâtre en Croatie dans les années noires

Yann aucompte

Dans le champ magnétique du marxisme

Je propose d’examiner l’influence et la postérité des axiomes et concepts marxistes dans le design graphique. Il sera bien plus question d’évolution que de “grand soir” ou de révolution dans mon exposé. L’analyse portera deux objets distincts, étant traversés par cette volonté de révolution : le collectif français Grapus et la question du “vernaculaire” dans le débat anglo-saxon des années 90.

Cet exposé commence à une période où la France est institutionnellement dominée par le graphisme Suisse, héritier de la Neue Typografie : une pratique rationnelle et neutre, fondamentalement ingénieuriale, c’est-à-dire progressiste et techniciste. C’est dans ce contexte que le collectif Grapus est cofondé par Gérard Paris-Clavel, Pierre Bernard et François Miehe en 1970. Continuer la lecture de Yann aucompte

vera nitsche

Faire la révolution – au théâtre

L’évolution de la révolution sur scène depuis 1968

 « La Mère » (Brecht/Gorki), mis en scène en 1970 par le collectif de la Schaubühne à Berlin-Ouest et « Revolution Now ! » de 2010 du collectif anglo-allemand Gob Squad abordent de front la question de la révolution et son ancrage dans la société. Tandis que « La Mère » se voit comme un hommage à la révolution russe de 1905 et à l’histoire révolutionnaire du prolétariat en général, « Révolution Now ! » s’approche du sujet avec la distance et l’ironie du théâtre postdramatique. Continuer la lecture de vera nitsche

Tugce OKLAY

 Language of Resistance: Social Movements and Online Artivist Projects

We’ve been witnessing with social movements all over the world, an accumulation of practices of the last century; the idea of class struggle with the slogan of Occupy Wall Street “99%”, its reference to communism (in a way); a “cultural revolution” as legacies of feminist, LGBTI and ecologist movements over 50 years; also discussions about age of information: hackers, pirates, social media, intellectual property and creative commons, open data, Wikileaks, Snowden, etc., etc. Continuer la lecture de Tugce OKLAY

Tatiana Babinchuk

Révolution en tant que théâtre et théâtre en tant que révolution, la vision de Nicolas EVREINOV (1879-1953)

En Russie, la série de représentations que l’on appela « commémorations de masse » (massovye prazdnestva) (dont la période la plus faste est celle allant de 1919 à 1924) aura pour apogée la mise en scène en 1920 de la Prise du Palais d’Hiver, montée à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre1.  Evreinov sera son metteur en scène principal, assisté par A.R.Kouguel et N.N.Petrov. Continuer la lecture de Tatiana Babinchuk

Carmen Chazzin

L’art au temps de la révolution bolivarienne : vers la consolidation d’une esthétique officielle

Jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, les partis traditionnels1  vénézuéliens se sont succédés au pouvoir. En 1998, par vote majoritaire, Hugo Chávez était élu Président de la République pour une période de cinq ans. D’abord, il faut souligner que l’année même de son arrivée au pouvoir, le Président Chávez a fait appel à une Assemblée Constituante. Continuer la lecture de Carmen Chazzin

Carmen Kautto

Narrations de la Révolution dans le théâtre ouvrier américain de la Grande Dépression

Dans les années 1920-1930, le théâtre d’agitation et de propagande se répand d’Union Soviétique jusqu’aux États-Unis, porté par le mouvement ouvrier, les étudiants et les hommes et femmes de théâtre engagés. Capitalisme, racisme et discours bellicistes sont dénoncés dans de courtes pièces jouées souvent en plein air par des troupes constituées d’ouvriers, s’adressant directement au public à coups de slogans, chœurs parlés et chansons. Le théâtre d’agit-prop états-unien prend naissance à New York, principalement sous l’influence du Proletbuehne, troupe de théâtre ouvrière germanophone dont le directeur artistique John Bonn fut un admirateur d’Erwin Piscator et des troupes d’agit-prop soviétiques. Continuer la lecture de Carmen Kautto

LA RÉVOLUTION RUSSE 1917 UN HÉRITAGE ARTISTIQUE EUROPÉEN – Colloque international

17-18 novembre 2017
Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Centre de recherche ICEE – Études européennes
Institut d’Études Européennes
En partenariat avec le Forum des Instituts
Culturels Étrangers à Paris – FICEP

Organisation scientifique : Svetla Moussakova
svetla.moussakova@free.fr

La révolution russe 1917 – un héritage artistique européen
La célébration du centenaire de la révolution russe 1917 est l’occasion de rappeler son rôle crucial dans l’histoire du XXe siècle dans un monde déchiré par la guerre lorsque l’effondrement de l’Empire russe se poursuit par l’instauration du régime des bolchéviques. Continuer la lecture de LA RÉVOLUTION RUSSE 1917 UN HÉRITAGE ARTISTIQUE EUROPÉEN – Colloque international