APPEL A COMMUNICATION : Europe : écrire l’unité culturelle ?

APPEL A COMMUNICATIONS

Sixième journée d’études du Réseau de jeunes chercheur.e.s en Histoire culturelle de l’Université de Sorbonne Nouvelle-Paris 3

3 mai 2019 – Maison de la Recherche 

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Au lendemain du Brexit, nous assistons quotidiennement à de vifs débats sur les avantages et les inconvénients de la coopération européenne. En effet, le scepticisme envers l’unité politique et économique de l’Europe s’oppose à la croyance envers une profonde cohésion culturelle qui serait basée sur une histoire commune, des traditions religieuses, philosophiques et artistiques partagées. Une telle proximité culturelle, faisant de cet espace du monde un lieu harmonieux et en soi cohérent, devrait légitimer, selon certains, l’union juridique des États européens ; pour autant, la nature même de cette proximité est constamment questionnée.

Loin d’être figée, la construction de l’Europe en tant qu’unité culturelle est un processus toujours évolutif. Ce processus est souvent pris en charge par des instances gouvernementales qui, par exemple, peuvent contribuer au développement d’une identité commune à travers la diplomatie culturelle ; mais il est aussi assumé continuellement par des intellectuels qui, au fur et à mesure, s’engagent pour ou contre la représentation d’une Europe unie. Depuis la République des Lettres jusqu’à l’Union Européenne, d’innombrables auteurs ont forgé, avec leurs œuvres, divers imaginaires d’un espace dont les valeurs communes et les divergences sont toujours en jeu ; de nombreuses initiatives éditoriales, telles des revues et des collections internationales, ont été entreprises pour favoriser les échanges à l’intérieur d’une Europe perçue comme complexe, mais unitaire ; des traductions, des adaptations, des médiations ont été conçues pour illustrer tantôt le voisinage tantôt la distance des cultures nationales au sein de l’espace européen.

C’est qu’en effet ces cultures sont loin d’être homogènes. « ‘Unifier’ l’Europe, c’est la tuer », écrit Klaus Mann dans Le Tournanten 1949 : déchirés entre le désir de sauvegarder la diversité d’un côté et construire un héritage commun de l’autre, les acteurs du champ culturel se sont souvent heurtés dans leur volonté de représentation de différentes visions de l’Europe. Ainsi, par exemple, des pièces de théâtre font face à la mémoire collective – telle Die Europa Trilogiede Milo Rau ; des romans mettent en récit le fonctionnement des engrenages de la Commission Européenne – comme le dernier livre de Robert Menasse, La capitale ; des encyclopédies illustrent la pluralité de la culture dite « européenne » – comme dans le cas de l’ouvrage collectif L’Europe, encyclopédie historique ; des recueils interrogent le fondement philosophique à la base de l’unité européenne – tel Imaginer l’Europe, sous la direction de Peter Koslowski.

Ces quelques exemples soulignent finalement l’actualité bien réelle de la notion équivoque d’« Europe » parmi les intellectuels et amènent plusieurs questionnements :  quelles ont été les représentations de l’espace européen dans la littérature depuis la Respublica literariajusqu’à nos jours ? Comment ont-elles évoluées ? Quels résultats esthétiques ont eu les efforts, intellectuels, diplomatiques ou politiques, pour renforcer la cohésion culturelle de l’Europe ? Ou bien, pour la nier, la combattre ou la reconstruire ?

La journée d’études « Europe : écrire l’unité culturelle ? » servira de laboratoire pour analyser les multiples facettes de l’unité culturelle européenne et de ses limites ; une attention particulière sera portée au monde littéraire et à son rôle dans le travail, toujours en cours, de construction (et/ou de déconstruction) de cette unité. Les axes de recherches proposés pour les propositions sont les suivants :

Représentations artistiques et littéraires : quelles images de l’Europe ressortent de ses mises en scène et ses mises en récit littéraires ? Quels traits distinctifs sont présentés comme fondateurs de son unité ? Au-delà des frontières géographiques, qu’est-ce qui fait paraître une pièce, un roman, un film, une chanson ou un artiste comme « européens » ? Et quelles sont les représentationsde cette Europe dans, par exemple, d’autres espaces d’expression comme la littérature francophone et la dite littérature-monde ?

Volonté de construction : quels sont les acteurs de  la construction d’un idéal culturel européen ? Avec quels moyens et dans quels buts ? Quelle autonomie reste-t-ilà la production culturelle née des subventions européennes ? Quelles issues ont eu les initiatives de créer une unité à l’aide de revues, projets éditoriaux, prix littéraires, etc. ?

L’Europe et le monde : comment la littérature européenne s’insère-t-elle dans le cadre de la Weltliteratur ? Quelle position occupe-t-elle dans le champ littéraire mondial et comment se rapporte-t-elle aux productions artistiques des autres parties du monde ?

SOUMISSION :

Les doctorants et jeunes docteurs de toutes disciplines sont invités à envoyer leurs propositions pour tenir des présentations de 20 minutes suivies des questions du public. La pluridisciplinarité sera privilégiée : des travaux en arts et médias, littérature, traduction, civilisation, histoire culturelle, sciences sociales seront les bienvenus. Toutes les périodes historiques peuvent être abordées, dans l’espoir de mettre en relief les différences qui ont marqué le passage de la République des Lettres à la notion actuelle d’Europe.

Les propositions (en français ou en anglais) sont à envoyer (entre 200 et 250 mots) au plus tard le 28 février 2019, accompagnées d’une bio-bibliographie (institut et école doctorale, sujet de thèse, publications récentes) à l’adresse suivante : je.europe.paris3@gmail.com.

Les réponses seront envoyées le 10 mars 2019.

COMITE D'ORGANISATION : 

Belini Barbara, Doctorante en Histoire culturelle, Ecole doctorale EDEAGE, Sorbonne Nouvelle

Costa da Silva Amélia, Doctorante en Littérature Générale et Comparée, équipe d’accueil L’Europe des Lettres, Université de Strasbourg,

Maruggi Maria, Doctorante en Littérature Générale et Comparée, équipe d’accueil L’Europe des Lettres, Université de Strasbourg,

Marvasi Antonio, Doctorant en littérature générale et comparée, équipe d’accueil L’Europe des Lettres, Université de Strasbourg, co-tutelle avec l’Université de Roma Tre

Poulot Cécile, Doctorante en Etudes germaniques, Ecole doctorale EDEAGE, Sorbonne Nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.