Yann Aucompte

« Re-faire » les Ateliers Populaires de Mai 1968. La proposition du collectif Fabrication-Maison pour la commémoration de mai 68, au Centre Pompidou en 2018.

En ce moment (mai 2018) se tient au centre Pompidou « Mai 68 – Assemblée Générale » un événement qui promet de réactiver les Ateliers Populaires des Beaux-Arts de 1968. Pour rappel — en mai 1968, les étudiants maoïstes (Wlassikof, 2008) de Beaux-Arts réquisitionnent le matériel d’impression (sérigraphie et lithographie) pour imprimer des affiches et des tracts au service de la grève générale. Revenons en 2018, à l’initiative de Romain Lacroix cet événement réunit des écoles d’art et d’arts décoratifs dans la mezzanine de l’institution. Dans cette programmation un seul collectif de graphiste à été convié : Fabrication Maison.  1 — Nous commencerons par décrire Fabrication-Maison. Puis le projet point à point en suivant le compte-rendu d’observations participantes, 2 — pour ensuite tisser un lien avec mai 68 à travers les produits d’entretiens qualitatifs 3 — Je conclurai enfin sur ce qui apparaît comme une contradiction dans les rapports de production artistiques contemporains qui affectent la pratique du graphisme.

Fabrication-Maison est un collectif fondé par Jean-Marc Bretegnier en 1998. Il est composé de Capucine Wauquiez, Julien Boisseau, Timothée Gouraud, Jeremy Louvencourt. Son activité consiste en diverses projets subventionnés par les politiques de la ville et culturelles. Ils officient avec des publics en difficulté (sociales, groupes d’alphabétisation, détenus, etc.) auxquels ils font réaliser des objets graphiques dans une veine socio-culturelle. Ils répondent également à des commandes plus classiques auxquelles ils appliquent parfois cette méthode de travail collective.

Dès les premiers moments du projet Fabrication-Maison s’entoure de conseillers en la personne des différents mentors du fondateur du collectif : Jean-Marc Bretegnier. À la première réunion (20 septembre 2017) sont conviés Thierry Sarfis, Philippe Bissières, Alex Jordan — ayant tous gravités autour du collectif Grapus — puis moi-même, mon collègue Damien Laverdunt (illustrateur et enseignant) et les membres du collectif FM. Le projet n’est alors pas vraiment défini. Il est convenu qu’il ne s’agit pas de « reproduire » les ateliers populaires.

Le projet va se construire de manière auto-poïétique autour de ces acteurs qui vont inclure, déployer ou commenter le travail de Fabrication-Maison. Alex Jordan réalise des affiches avec une école de graphisme (cifacom), Philippe Bissières et Lucile Bataille (avec Le campus de la fonderie de l’image) produisent un journal des activités du collectif au centre Pompidou, à Sèvres Fabrication-Maison et Michel Séonnet font réaliser des affiches poèmes à la classe de mise à niveau de design, des étudiants de design graphique première année (sous ma direction) observent ce travail et produisent des comptes rendus dessinés et annotés. Ces observations sont compilées dans des expérimentations éditoriales qui prennent la forme de prototypes qui questionnent le rapport entre lisible et visible et se proposent d’être des objets d’expérience de lecture collective. Viennent se rattacher à ces productions des projets pilotés par le lycée Garamont et son équipe de design graphique et le lycée Prévert professionnel de Versailles avec un projet piloté par Fabrice Marie ainsi qu’un atelier de design graphique organisé par Fabrication-maison avec dans le cadre du CLEA (Contrat local éducatif artistique). Romain Lacroix propose également que la BPI organise des ateliers d’écriture avec Michel Séonnet.

Toutes ces productions sont exposées et ponctuées par des rendez-vous sous la forme d’assemblées générales. L’évènement n’a pas été structuré en amont, il s’est construit au gré des contributions.

Une première hypothèse nous vient alors, mais il faudra en affiner les enjeux: un certain nombre de thèmes et idées propres à 68 composent l’ADN du collectif Fabrication-Maison. Loin cependant des formes encadrées et partitaires de luttes, son héritage tient plutôt d’une tendance à l’auto-gestion dans la forme que Pierre Rosanvallon a pu promouvoir et théoriser. Je cite « L’autogestion se définit comme appropriation sociale des moyens de pouvoir dans la société tout entière. Elle ne se limite pas à l’appropriation des moyens de production » p.17 —  Cette improvisation auto-poïétique est propre à une certaine vision du travail collectif qui refuse le projet et les hiérarchies verticalisées habituelles. L’une des références clefs de ces travaux est apportée par Michel Séonnet, écrivain, poète collaborateur occasionnel du collectif très proche d’Armand Gatti (1924—2017). Gatti était résistant, journaliste reconverti à la poésie et au théâtre, fondateur de la Parole Errante à Montreuil et de l’Archéoptéryx à Toulouse, appeler aussi Atelier de Création Populaire. Pour le collectif comme pour cet auteur le poéte/metteur en scène/graphiste fait émerger d’un groupe l’authentique des individus. En effet chez Gatti comme chez Fabrication-maison ce n’est pas l’objet final, affiche ou pièce de théâtre qui compte mais le processus collectif par lequel une sorte de transe chamanique fait entrer les individus en contact avec leur moi propre, provoqué par le faire, et l’expérience du texte, cherchant ainsi à éviter les mots d’ordre, les « phrases prémâchées » et les « images auto-collantes » (stéréotypées). Il commence leur atelier par l’analyse d’images publicitaires. Puis à partir de texte écrit sous influence des travaux de Gatti, les participants rédigent leur propre poésie. Il s’agit ensuite que chacun interroge sa capacité à produire des images, Fabrication-Maison choisissant ouvertement de modifier les instructions données aux participants à plusieurs reprises. Les participants oscillent ainsi entre idées claires et précises de leur intention, et la confusion dans les attendus de l’atelier. Pas de discours organisateur, ou plutôt un refus d’un cadre injonctif et idéologique : c’est que « l’autogestion est une anti-utopie » (Rosanvallon, 1976, p.83), elle réalise le socialisme — « la définition d’une société autogestionnaire c’est une société qui s’institue et se construit elle-même ».

Cependant la dimension chamanique/ésotérique/poétique n’est pas mineure (la référence à Castaneda ou à Artaud est venue dans les entretiens qualitatifs que j’ai pu mener). Gatti et Fabrication-Maison cherchent ainsi à dépasser la question du bien faire dans l’objet fini, refusant la forme-marchandise de la production culturelle. Il se situe dans un au-delà de la référence aux cultures occidentales, fonctionnant comme une critique de la rationnalisation de l’humanisme. L’art y est perçu comme expérience esthétique au sens de John Dewey, c’est-à-dire une expérience anthropologisée qui ne serait pas propre aux artistes. Non plus celle spécifique à la fréquentation des œuvres, «exhibitionnisme de classe »[1] selon Dewey, mais aussi bien celle de l’artiste  que de l’ouvrier qui « perçoit » lui-même les matériaux en même temps « qu’il œuvre ». Pour Dewey et Fabrication-Maison, l’émotion esthétique n’est en rien le privilège de l’art et de l’artiste, « le mécanicien intelligent impliqué dans son travail »[2] trouvera des émotions esthétiques dans les gestes techniques. Dans le discours de Jean-Marc Bretegnier, cette vision anthropologisée va même jusqu’à établir une permanence de ce rapport à l’image dans les structures sociales primitives de la caverne préhistorique. Le tissage de signes muraux dans l’espace public, de musiques, de fêtes collectives émaillées de récits, est comme le prototype du politique à l’état brut. Jean-Marc Bretegnier cite, parfois sans le vouloir, les premiers mots du livre de John Berger Voir le voir, réputé être une analyse marxiste de l’art. Je cite : « Le voir précède le mot. L’enfant regarde et reconnaît bien avant de pouvoir parler. »[3] L’image est donc dans un universalisme qui précède la barrière des langues. Ce discours participe de cette désillusion-joyeuse que 68 porte dans son projet de remise en question du positivisme moderniste. Il redéfinit les enjeux du social en y intégrant la production d’image à la formation de « petits récits » venant réparer le déclin des grands récits diagnostiqués par Lyotard dans la condition postmoderne.

Dans le monde de l’art impliqué au service des politiques culturelles, ces pratiques sans production d’objet trouvent leur place au titre de performances artistiques. Alors que le designer graphique rentre dans les lignes de financement propres aux prestataires de services où il se trouve alors soumis aux impératifs des marchés publics : appel d’offres, contrôle des choix graphiques en comité, lutte de pouvoir et anéantissement du geste graphique authentique. Le milieu de l’art socioculturel favorise ainsi des pratiques collectives peut-être plus authentiquement ouvertes aux pratiques amateurs et populaires. C’est ici que l’originalité du collectif trouve à s’exprimer. Plutôt que de confiner leur travail à l’espace local des centres culturels et des MJC les productions trouvent parfois à s’afficher aux frontons du pouvoir plaçant les formes les plus individuelles et vernaculaires dans le tissu des représentations symboliques institutionnelles. Pour« Assemblée Générale », en adoptant le principe de la restitution-débat le collectif Fabrication-Maison adopte cette posture semblant revendiquer que l’art authentique se fait en dehors des institutions et la création véritable ne pourrait être pilotée institutionnellement.

Cependant il y a tout lieu de s’interroger sur la capacité réelle de transformation de ces démarches et la réelle portée auto-gestionnaire, une fois ces pratiques sorties des enjeux disciplinaires. Gatti lui-même avait fait l’expérience d’une difficile cohabitation entre subventions publiques et « rapports de production » anarchistes réalisés. Le statut conféré par l’affiliation à un geste artistique, sous la bannière de la pratique autonomisé d’un art, tend à l’isoler structurellement des rapports de pouvoir réels[4] puisqu’il agit sur les représentations symboliques [Bourdieu]. On le sait, le marché comme les institutions artistiques ont ce potentiel de digérer-exclure toutes contestations en l’adoptant, et dans l’ère post Loi-Tasca (Loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France — Article 7) ces pratiques graphiques sont opportunément traitées au titre d’activité de médiation, favorisant l’accès des publics à l’art par la pratique.

Nous viens alors l’idée d’un moment séparé du monde et du temps, lieu de subversion et d’émancipation ponctuel. Cette forme d’action qui fut initiée par les situationnistes. Hakim Bey les baptisera TAZ (Zone—d’autonomie—Temporaire). Ces moments sont censés permettre aux individus de s’exprimer dans un monde dominé par un capitalisme omniprésent. Il emprunte pour les définir la métaphore du dîner, où je cite « toute structure hiérarchique se dissout dans la convivialité et la célébration » p.20 —   , rappelant celle plus situationniste de la « fête » — car je cite P.13
« La vision naît au moment du soulèvement — mais dès que la «Révolution» triomphe et que l’État revient, le rêve et l’idéal sont déjà trahis. » L’action politique vertueuse ne serait plus permanente et définitive, la lutte est continue en démocratie. En effet il n’y a plus de « grand soir » pour Fabrication-Maison, mais un effort constant, continue et reproduit pour soutenir des dispositifs d’émancipation.

Bibliographie

Bey Hakim, TAZ, Zone Autonomie Temporaire, Paris, Éditions de L’éclat, 2002

Boekraad Hughes, Pierre Bernard, Mon travail ce n’est pas mon travail, Zurich, Lars Müller Publishing, 2007.

Châtelet François (dir.), Histoire des idéologies, T.3, Paris, Hachette, 1978

Favier Léo, Comment, tu ne connais pas Grapus ?, Leipzig, Spector Books, 2014.

Fraenkel Béatrice (dir.), De smet Catherine (dir.), Études sur le collectif Grapus 1970-1990… : Entretiens et archives, B42 éd., Paris, , 2016.

Kalman Tibor, Tibor Kalman, Perverse Optimist, New-York (NY), Princeton Architectural Press, 2000

Keedy Jeffery, « I Like The Vernacular… Not », in Lift and Separate, New York, NY, Herb Lubalin Study Center of Design and Typography, 1993

Rosanvallon Pierre, L’Âge de l’autogestion ou la Politique au poste de commandement, Paris, Seuil, 1976.

Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Les livres du nouveau monde, Paris, Seuil, 2011.

Wlassikof Michel, Mai 68, L’affiche en héritage, Paris, Éditions Alternatives, 2008.

Collectif, États généraux de la culture, 1987

Dewey John, L’art comme expérience, Paris, Folios essais, Gallimard, 2005

Berger John, Voir le voir, Paris, B42, 2014

Kravetz Marc, Gatti poète, Paris, Jean-Michel Place, 2003

Faber Claude & Gatti Armand, La Poésie de l’étoile. Paroles, textes et parcours , Paris, coll. “Les Passeurs de frontières”, Descartes and Cie

[1]John Dewey, L'art comme expérience, Paris, Folios essais, Gallimard, 2005, p.35

[2]Ibid., p.33

[3]John Berger, Voir le voir, Paris, B42, 2014, P.7

[4]Voir Le monde de l'art, de Arthur Danto, 1964 ou Les mondes de l'art de Howard Becker, 1988

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.