anouk colombani

À l’université de Saint-Denis, filiation et dépendance conflictuelles à Mai 68

L’université Paris 8 — Vincennes à Saint-Denis est l’héritière institutionnelle et spirituelle du centre expérimental de Vincennes. Chaque article la concernant fait mention de sa naissance « dans le sillage de Mai 68 ». La question que nous posons est celle de l’usage par des acteurs de cette université que sont les grévistes, enseignant-e-s comme étudiant-e-s, mais aussi la présidence, de la double référence Vincennes/Mai 68 sur la période des deux mouvements universitaires contre la loi LRU (rentrée 2007 – juin 2009). En 2007 comme en 2009, l’université a été le lieu de fortes contestations avec un blocage de plus de 10 jours et une occupation des étudiant-e-s en 2007 et un arrêt presque total des cours dû à une grève enseignante en 2009. Ces deux mouvements rencontrent par ailleurs les célébrations de Mai 68 et de la création du centre expérimental de Vincennes (janvier 1969). Ce hasard donne lieu à des confrontations autour de l’interprétation et de l’héritage de Mai 68 et surtout de Vincennes entre la présidence et les grévistes. Vincennes est, au départ, l’apanage des biatoss et des enseignant-e-s qui en portent la mémoire et la légitimité. La présidence et les grévistes étudiants en récupèrent le poids malgré eux et ne peuvent s’extirper de cette mémoire, ils doivent construire avec elle. Comment ces différents acteurs composent avec ce passé ? Le sujet étant riche, nous n’en exposons que quelques pistes ici.

L’usage de la présidence : Vincennes contre Mai 68.

En 2007, la nouvelle présidence, élue un an auparavant, est issue d’une coalition qui se réclame de gauche, elle s’oppose à la loi LRU et soutient la lutte. Certains enseignant-e-s membres du cabinet de la présidence assistent et participent aux Assemblées générales de l’université. Cependant, la nouvelle présidence défend la nécessité de l’ordre : Paris 8 doit être « bien gérée ». Elle s’oppose aux méthodes choisies par les étudiant-e-s : blocage et occupation. Les membres du cabinet critiquent le blocage en AG. En « bonne présidence », elle va demander aux manifestant-e-s de mettre fin au blocage et à l’occupation. Le président et le vice-président du CEVU se déplaceront au sein de l’occupation un soir pour convaincre les occupant-e-s de ne pas rester. Il s’agit ainsi de maintenir des liens avec la contestation tout en polissant celle-ci. Cette posture leur permet notamment de rester proches d’enseignant-e-s et biatoss qui, sans être très impliqués dans la grève, la soutiennent et verraient d’un mauvais œil une intervention contre de la présidence. S’opposer à une grève risquerait de mettre la présidence en porte-à-faux avec ceux et celles qui font fonctionner l’université.

Le travail de la présidence consiste à invoquer l’esprit de Vincennes sans l’esprit de révolte. Elle entretient donc une vision positive et flatteuse de Vincennes en se référant à l’esprit « anticonformiste », à sa « richesse intellectuelle, scientifique et épistémologique.[1] » C’est l’innovation pédagogique et universitaire qui est mise en avant, mais aussi le rôle central des biatoss. Difficile de ne pas être contre la loi LRU dans ces conditions, les discours sont raccords : la logique de professionnalisation des filières et d’autonomie budgétaire se fait au détriment de l’originalité de Paris 8. De cet accord, la présidence va tenter de faire une force : c’est au nom de Vincennes que le mouvement sous ces formes doit cesser. La présidence va attaquer les grévistes en les présentant comme des jusqu’au-boutistes irresponsables qui mettent en danger le projet de Vincennes en allant trop loin. La présidence construit un discours qui oppose Mai 68 et Vincennes. Le premier ne sera quasiment pas commémoré en 2008 alors que Vincennes sera célébrée en grande pompe en 2009. Leur point de vue pourrait se résumer ainsi : Vincennes était une expérience issue de 68 pour revoir le fonctionnement général de l’université, cette expérience a fonctionné, un certain nombre d’éléments font force loi : système d’Unité de Valeurs (UV), pluridisciplinarité… Il n’est pas donc pas nécessaire de refaire Mai 68.

Manifestant-e-s contre Manifestant-e-s.

Du côté des manifestants, il n’y a pas d’usage unique de Mai 68 comme de Vincennes. Voici quelques bribes autour de deux questions omniprésentes dans les débats : l’appréciation du blocage et l’usage de « Vincennes ».

Blocage ou grève active ? Minorité/Majorité.

 Sur le blocage, deux arguments contradictoires se font jour chez les grévistes antiblocages : celui-ci est décidé par une minorité (certains leur rétorqueront : et le 22 mars ?) contre la majorité qui a toujours raison. Celui-ci est inspiré du modèle ouvrier de 68 qui n’a aucun sens dans une université.

Pourtant il est intéressant de constater qu’on ne trouve pas trace de convocation de Mai 68 pour défendre l’idée du blocage. En 2009 un microévénement va donner lieu à un débat passionné autour de 68. Le jeudi 19 mars, l’université est exceptionnellement bloquée. Or il était prévu une rencontre avec des anciens de Vincennes (aussi ex-soixante-huitards). Devant l’impossibilité de faire la rencontre dans des conditions normales, ceux-ci vont se scinder en deux camps : les problocages et les antiblocages. Ce que les grévistes qui racontent l’histoire en retiendront c’est avant tout la normalisation des soixante-huitards. Mai 68 rime alors avec trahison plutôt qu’avec inspiration. De manière générale, on constate une distance des grévistes vis-à-vis de la référence Mai 68. Le blocage est justifié avant tout comme moyen de lutte avec un triple objectif : alerter l’opinion en choisissant un mode d’action « visible » et gênant ; permettre la non-pénalisation des élèves boursiers ou étrangers, et par extension des grévistes ; se donner du temps en supprimant les cours classiques ; ouvrir l’université pour développer des espaces de savoirs alternatifs. Le modèle du blocage est repris à la lutte contre la LEC-CPE. Mais il constitue pour les grévistes un moyen de construire un corps collectif dans l’adversité. C’est l’idée de la grève en général qui est convoquée : 36, 68, 95 ou 2006 ; de la grève qui converge avec d’autres secteurs. Ainsi en 2007 comme en 2009, les étudiant-e-s vont à la rencontre des autres milieux en lutte (SNCF, RATP, Éducation secondaire, employés municipaux…). Par contre, les grévistes vont aussi utiliser Vincennes pour justifier le blocage. Ils finissent par aboutir à un argumentaire qui s’appuie sur Vincennes en arguant de la nécessité de se réapproprier les lieux et les savoirs. Si ces idées sont avancées avec sincérité par la plupart des grévistes, ils en comprennent aussi la portée symbolique, mais aussi obligatoire. Mettre Vincennes du côté de la grève et du blocage, c’est potentiellement gagner la bataille interne à l’université. C’est mettre de leur côté les Vincennois ou leurs héritiers qui détiennent encore une partie des arcanes de l’université. Les étudiants en grève doivent faire avec une référence qu’ils ne maîtrisent pas à leur arrivée et qui est un poids, mais s’ils arrivent à se la réapproprier alors ils gagnent leur place dans l’université.

« Vincennes » : la référence obligée

Tout se joue donc autour de « Vincennes ». Le poids de Vincennes se mesure au fait qu’en 2007, Paris 8 est depuis presque 30 ans à Saint-Denis, alors que seuls 10 ans ont été passés à « Vincennes ». De plus, comme l’explique Charles Soulié dans Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes : « Si l’objet Vincennes existe, paraît racontable, il n’est pas sûr qu’il ait une unité. En effet, dès sa conception, plusieurs projets portés par des acteurs aux ressources différentes sont en concurrence. [2]» La référence Vincennes fonctionne comme un mythe et ne peut dès lors qu’échapper à ceux qui l’utilisent. Vincennes résonne dans l’esprit des étudiant-e-s militant-e-s comme lieu de l’université ouverte et critique du système de production capitaliste, mais aussi comme lieu d’accueil des étrangers, des précaires, des personnes en reprise d’étude et des sans bac. La gloire de Vincennes donnera même lieu à un slogan ironique chanté en manifestation « Paris 8 c’est l’avant-garde ».

La grève est perçue du côté étudiant comme un moment de contestation de l’ordre enseignant « sur le modèle de Vincennes » où le « mythe » raconte comment les étudiant-e-s élisaient leurs enseignant-e-s en Assemblée générale. Du côté enseignant la grève est perçue comme un moment de renouvellement des pratiques « comme à Vincennes ». Pour les étudiants, on peut se poser la question de la réappropriation de Vincennes contre les Vincennois. En janvier 2008 naît l’UFR 0, expérience post-mouvement d’étudiant-e-s qui organisent des séminaires militants qui visent à changer l’université. En 2009, l’Ag vote l’idée d’une ronde infinie des obstinés[3] sur proposition d’enseignant-e-s. Celle-ci est un renouvellement des pratiques de lutte, qui permet surtout la renaissance d’un corps collectif des enseignant-e-s. De cette ronde de grève sortiront plusieurs idées qui prendront place dans les maquettes de diplômes (semaine des arts, cours collectifs…) Les enseignant-e-s d’UFRs et de départements, qui ne se parlaient pas ou plus, se rapprochent. Ils se construisent une posture révolutionnaire, mais à la forme grève est préférée l’idée d’une désobéissance civile qui permettrait de faire renaitre l’inventivité de cette université. Les maquettes de diplômes seront rendues, mais détournées. À la lutte syndicale pour une université ouverte à tous est préférée la survie de l’institution. La ronde et ses conséquences vont entraîner des oppositions côté étudiant : si l’idée de sauver Vincennes fait accord, la question est de savoir pour qui sauve-t-on Vincennes ? Et par extension si en délaissant l’idée d’une université pour tous, on ne délaisse pas Vincennes… L’opposition sur les formes de lutte renferme finalement elle aussi une opposition entre Mai 68 et Vincennes, entre le mouvement et l’institution. Pour les grévistes, Vincennes est le mouvement, ou plutôt Vincennes englobe Mai 68. La politique qui s’y pratique est celle de 68. Cette interprétation donne lieu à des affrontements entre les étudiants et les enseignants, les premiers reprochant aux seconds d’être normalisés, quand ceux-ci s’abritent derrière un « contresens » quant à Vincennes[4]. Comme sur le blocage, les étudiant-e-s analysent la référence à Vincennes comme un mythe qui sert à délégitimer leurs moyens d’action et à maintenir la hiérarchie dans l’université.

En conclusion, on peut se poser la question de savoir si l’utilisation tous azimuts de Vincennes n’annule pas la portée subversive de la référence. Mai 68 paraît constituer une référence lointaine, bien qu’omniprésente. Dès lors, il est intéressant de constater que durant ses mobilisations, il y aura peu (voire pas) de cours sur Mai 68 ou Vincennes en soi, les grévistes rempliront assez peu aussi les commémorations des 40 ans. En dehors de l’intérêt réel que chacun trouve à aller piocher dans Vincennes, cette référence paraît constituer un frein au renouvellement des luttes. Durant ces mouvements se pose la question de savoir qui est le plus proche des formes de Mai 68 et de Vincennes, cette proximité n’étant alors pas la proximité des formes réelles entre ces périodes et 2007-2009, mais qui a la capacité de créer de la radicalité pour changer les choses. Le poids particulièrement lourd de ces références dans l’université de Saint-Denis en a éloigné les étudiants qui pour faire avec le contexte de leur époque ont pour beaucoup préféré s’en extraire que de s’y intéresser réellement.

Anouk Colombani, LLCP,  Université Paris 8, Philosophie

[1] http://estudiantine/educpros/actualite/dauphine-paris-8-deux-visions-de-l-universite.html

[2]Soulié Charles, Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, direction d’ouvrage. Presses Universitaires de Vincennes, 2012

[3] https://ecoleemancipee.org/IMG/pdf/Page_11-2.pdf

[4] Voir notamment Brossat, Alain, et Jacob Rogozinski. « La grève universitaire : une ronde plus qu’une révolution. Entretien autour du mouvement de grève universitaire - mai 2009 », Chimères, vol. 70, no. 2, 2009, pp. 15-39.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.