Mado-Adamantia Spyropoulou

L’héritage de Mai 68 en France et en Grèce, à travers la réception critique du film Z de Costa-Gavras

L’intention de cette communication est de faire avancer la compréhension de l’héritage mondiale de Mai 68 en tant que composante réceptrice dans le cinéma. En étudiant la critique journalistique du film Z de Costa-Gavras en France et en Grèce, je montrerai comment l’héritage mondiale de Mai 68 en tant que composante réceptrice a changé les critères d’évaluation cinématographique.

La création et la réception du film Z en France, coïncident avec la période post-Mai 68, marquée par une forte politisation de la société et de l’art. La Grèce, pays porteur de l’histoire, a accueilli le film dans un horizon d’attente (R.Jauss) différent de celui de la France, tout en vivant tardivement son Mai68, après la chute de la dictature des colonels.

L’étiquetage du film en tant que « politique » est conditionné à cette époque par des critères sociopolitiques dépassant les codes cinématographiques. Il y a eu un renouvellement de la définition du « politique » qui symbolise la rupture de l’ordre social à ce moment-là.

Z, oscillant entre divertissement et politique, devient un film déviant (Outsiders, Becker) dont l’identité politique est mise en débat et le film est jugé sur la base des conventions du cinéma politique « en train de se faire » ; ce qui est « politique » dans le cinéma est déterminé par la transformation de l’espace social. Le trajet de la « labellisation globale » par la presse généraliste aux « entrepreneurs de morale » (H.Becker) en esthétique par la presse spécialisée, prouve que l’engagement politique en tant que composante réceptrice crée la possibilité de renouveler la définition du « politique » dans le cinéma.

Le film, qui constitue l’acte de résistance contre les colonels le plus connu dans le monde, et qui fut interdit en Grèce par la censure de la Junte, est enfin projeté en Grèce le 16 décembre 1974, juste après la chute de la dictature des colonels. La dictature imposée en Grèce en 1967 a violemment interrompu l’évolution sociale, politique et culturelle du pays. Le processus de démocratisation amorcé après la fin de la guerre civile, terminée en 1949, a ainsi été interrompu.

Selon l’historien Yannis Balampanidis Polytechnique constitua « l’évènement équivalent » à Mai 68 en France. La Grèce vivait, en différé, les conséquences de Mai 68 puisque, « la dictature avait endigué la jeune vague de contestation populaire radicale qui avait également émergé au milieu des années 1960 ». J’avance l’hypothèse que cette équivalence historique entre Mai 68 et Polytechnique, est reflétée dans la critique du film Z en Grèce, la question de la lutte des classes et l’influence de la pensée marxiste déterminant la réception critique de manière aussi vive en Grèce qu’en France pendant la période post-Mai 68.

La différence est que, malgré le rôle positif que le film a joué contre la dictature des colonels, en Grèce, l’identification aux personnages et aux situations du film n’est pas anodine. Si, en France, la violence présentée dans le film fait allusion à la violence policière pendant Mai 68 et la violence des régimes autoritaires dans le monde, en Grèce il s’agit de l’assassinat d’un pacifiste de gauche, symbole de la démocratie, assassinat dont les comptes ne sont pas réglés, à cause de la dictature. Cependant, la critique de gauche grecque ressemble à tel point à la critique de gauche française post-Mai 68, qu’on doit s’interroger sur son degré d’autonomie.

Un pays qui vit « son Mai 68 » tardivement, alors qu’un processus de démocratisation est en cours, semble avoir un modèle : « le modèle français ». Comme les voix de gauches ont été mises en pause pendant la dictature et que c’est le centre-gauche qui s’exprime à voix haute à ce moment-là, la majorité des critiques suit le « modèle français ». La dimension globale de Mai 68 devient donc une composante réceptrice qui influence la réception dans différents contextes historiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.