Meera Perampalam

Mai 68 dans le cinéma des années 2000

Un certain cinéma militant se révèle durant ces années de lutte politique et sociale où une jeunesse s’est approprié de nouvelles « armes » artistiques telle que la caméra cinématographique. Le genre documentaire prend alors le dessus, quand la fiction française des années 70/80 jouent des codes génériques propres aux comédies notamment, avec Mai 68 en toile de fond. Dans les années 2000, une série de films de fiction propose d’offrir une vision oscillant entre réalisme et poésie romantique. Ce cinéma rend compte d’une époque singulière, avec la représentation d’une jeunesse au prisme des contradictions et des contestations révolutionnaires, où la romance prend souvent le dessus sur les velléités politiques. Comme en témoignent Innocents (The Dreamers – 2003) de Bernardo Bertolucci, Les Amants Réguliers (2004) de Philippe Garrel, ou encore Après Mai (2012) d’Olivier Assayas. L’évènement apparaissant parfois comme un point de départ pour un constat sur l’ « héritage » de Mai 68, tel qu’on le voit sur 40 années dans Nés en 68 (2008) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau. Mai 68 a fortement imprégné le cinéma, et plus précisément celui de la Nouvelle Vague. Un cadre idyllique pour dresser le biopic de l’une des figures de proue engagée de cette période, Jean-Luc Godard : Le Redoutable (2017) de Michel Hazanavicius.

Il s’agit dans cette communication de comprendre les représentations de Mai 68 dans le cinéma des années 2000, à travers les outils de l’analyse  audiovisuelIe. Il sera plus précisément question de se centrer sur les problématiques à la fois esthétiques et narratives sur la représentation de Mai 68 et de ses jeunes protagonistes, dans le cinéma de ces deux dernières décennies, en s’appuyant sur des figures et motifs communs.

Premièrement, ce cinéma des années 2000 propose de confronter les paradoxes d’une période où deux types d’attitudes se confrontent chez les acteurs du mouvement, l’une emplie de doutes et de désespoir, l’autre symbole de confiance et de ralliement. Les engagements politico-sociaux tergiversent entre la passivité et l’action. Quand ceux-ci s’affirment, ils passent le plus souvent par des opérations choc et violentes, telles qu’elles apparaissent dans Après Mai d’Olivier Assayas ou encore Les Amants Réguliers de Philippe Garrel. Ainsi, Mai 68 devient terrain de débats mais également de « combats » s’inscrivant dans la « durée », la continuité, comme le démontrent Ducastel et Martineau dans Nés en 68. De même que l’imagerie populaire renvoie à une certaine esthétique de la guerre, que les cinéastes utilisent de manière manifeste.
Tous délivrent une image assez similaire puisant à la fois dans la culture visuelle d’antan, jouant sur notre imaginaire collectif, de Mai 68, mais aussi sur le vécu de certains réalisateurs. Ce qui rend alors ce cinéma à la fois réaliste, brut, mais tout aussi stylisé au vu des partis pris de mise en scène.

Dans un second temps, il est question de l’ « héritage cinéma », d’un point de vue esthétique et narratif. En produisant des clins d’oeil délibérés à la Nouvelle Vague, Bertolucci et Garrel s’inscrivent dans un cinéma de références qu’on qualifierait d’intertextuel, rendant à la fois hommage (par exemple chez Bertolucci, les multiples séquences de films cultes adulés par les cinéphiles) et en « s’auto-référençant » (style des années 60, noir et blanc etc.). Là, où Hazanavicius prolonge l’exercice stylistique dans une veine postmoderne en adoptant une esthétique qui correspond au « cinéma du look », et qui se voudrait également intermédiale. En s’amusant à « imiter » comme à son habitude plusieurs types de médias, le réalisateur (re)produit à son tour une imagerie de Mai 68, dans un système de recyclage propre à l’esthétique postmoderne. Mais c’est aussi d’un point de vue narratif, qu’il faut comprendre cet « héritage cinéma » en rejouant des scènes clés du septième art et en remodelant, interrogeant, la figure du cinéaste dans son engagement politique. Pour reprendre Jean-Pierre Esquenazi, l’auteur est vu « comme un artiste irréductible, chantre de la révolte sociale ».

Enfin, ces représentations de Mai 68 érigent le portrait d’une jeunesse contrastée, qui soulignent parfois des « clichés » phares de la période (Nés en 68). Ce cinéma délivre un propos sur un certain milieu estudiantin parisien. Une jeunesse s’adonnant non seulement aux plaisirs de la chair, mais également à la découverte de la drogue. Les Amants Réguliers accentue le désenchantement des jeunes adultes dans une ère post-Mai 68 qui semble en proie au doute, et au pessimisme. Les protagonistes baignent alors dans les effluves de l’opium, de la sexualité débridée et fantasmée, tournoyant dans une atmosphère où chantent à tue-tête Janis Joplin, Michel Polnareff, ou encore The Kinks… Convoyant de ce fait une image de l’artiste révolutionnaire modelé par ces jeunes héros : étudiants, peintres, poètes, cinéastes etc. Au milieu des conflits générationnels, cette jeunesse doit trouver une place dans sa réussite personnelle, et dans une lutte universelle. Ceci-étant, c’est surtout dans un « après mai » que cette jeunesse se situe, aspirant et inspirant un certain idéal philosophico-politique. Comme si le cinéma « accompagnait » ces jeunes dans ce hors-cadre qui ne cesse de s’écrire au fil des plans, du montage, comme c’est le cas chez Assayas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.