Jorge RIZO MARTÍNEZ

« Le 68 mexicain » : la prise de parole et la fin de l’utopie révolutionnaire

Le 2 octobre 1968, la place de Tlatelolco à Mexico fut la scène d’une tuerie d’étudiants commise par l’armée mexicaine en collaboration avec des groupes paramilitaires au service du gouvernement. Comme fut le cas à Prague ou à Pékin, cet épisode montre les contradictions entre la génération de l’après-guerre (celle des baby boomers) et les États autoritaires dans le contexte de la Guerre froide. Les hauts fonctionnaires du gouvernement ont décidé de réprimer les protestations sous prétexte de freiner une « conspiration communiste ». Les émeutes étudiantes, commencées comme une sorte d’écho du Mai français, finissent avec ce massacre dix jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques.

La démocratie mexicaine actuelle a transformé cet événement en « mythe fondateur » puisqu’il fut le début de la remise en cause du gouvernement issu de la Révolution mexicaine et marque la fin d’une « utopie révolutionnaire » de justice sociale envisagée au début du XXe siècle. D’après ce récit mystifié, aujourd’hui essentiel dans le débat politique du pays, la parole – terreau fertile de la démocratie –, fut « prise » par la société pour la première fois pour dénoncer un régime dit « révolutionnaire » mais profondément autoritaire. Dans la réflexion de l’historien Michel de Certeau sur les évènements de 1968, on peut trouver des parallélismes entre les circonstances du Mai français et celles de l’Amérique latine, pour lui, cet année-là témoigne de la construction d’une conscience politique sans précédente, il s’agit d’une véritable « révolution symbolique » :

En mai dernier on a pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789. La place forte qui a été occupée, c’est un savoir détenu par les dispensateurs de la culture et destiné à maintenir l’intégration ou l’enfermement des travailleurs étudiants et ouvriers dans un système qui leur fixe un fonctionnement. De la prise de la Bastille à la prise de la Sorbonne, entre ces deux symboles, une différence essentielle caractérise l’événement du 13 mai 1968 : aujourd’hui, c’est la parole prisonnière qui a été libérée.[1]

Aux Amériques et en Europe, le sens de rupture est radical, la parole publique « explose ». Aux États-Unis, en France, et même en Tchécoslovaquie il y a une colère qui résonne au Mexique, nation qui songe au développement mais qui reste profondément inégalitaire. À l’approche des Jeux Olympiques, qui représenteraient la « bienvenue » du pays dans le concert des nations démocratiques, il se déclenche l’agitation dans les rues : les étudiants dénoncent un gouvernement oppressif et autoritaire.

  Comment les étudiants ont-ils pris la parole à Mexico ?

Pendant les années vingt, une fois la phase armée du conflit terminé, la Révolution mexicaine s’institutionnalise sous le contrôle d’un parti unique, le PRI (Partido Revolucionario Institucional). Les pouvoirs régionaux et toutes les couches sociales s’incorporent dans la structure hiérarchique du parti sous le commandement absolu du président de la République, élu tous les six ans par la voie des élections – apparemment libres mais toujours truquées par le parti – et sans possibilité de réélection : ce système de transmission démocratique de façade donne ainsi lieu au célèbre « présidentialisme mexicain », très particulière par rapport au reste de l’Amérique latine. Ces caractéristiques permettent le début d’une période de stabilité politique sans précédent dans l’histoire du pays. Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement mène une stratégie d’industrialisation et de modernisation, dont il résulte une période de forte croissance souvent appelé « le miracle mexicain ».[2]

Le modèle de développement, reconnu internationalement, se révèle très efficace jusqu’à ce que la crise sociale le frappe en 1968. En juillet, le « mouvement estudiantin » commence : ils réclament au gouvernement une éducation inégalitaire et une croissance économique au détriment des plus pauvres. Ils gagnent la sympathie de la société, les grèves se généralisent et les rues sont prises. Pendant plusieurs mois, les confrontations entre les forces policières et les jeunes grévistes augmentent. Les campus universitaires les plus importants de la ville sont siégés par l’armée. Le président Gustavo Díaz Ordaz, qui craignait extrêmement « le désordre et l’anarchie » et qui voulait assurer le bon déroulement des Jeux Olympiques, décide la dissolution définitive du mouvement.

La soirée du 2 octobre, pendant un meeting à la « Place des Trois-Cultures » de Tlatelolco, les snipers militaires postés autour de la place tirent sur les étudiants. On estime que le nombre des victimes s’élève à plus de 300, nul ne sait le nombre précis puisque les cadavres furent disparus. La Révolution mexicaine avait dévoré ses propres fils : aucun responsable n’a jamais été traduit en justice.

Aujourd’hui, les partis politiques mexicains revendiquent l’héritage du « mouvement estudiantin », la date est commémorée chaque année comme le début de la transition démocratique du pays et la place de Tlatelolco est devenue un véritable « lieu de mémoire ». Le discours politique s’est approprié de ce « récit mystifié » du jour où les étudiants ont brisé le silence avec sa parole :

Émergeant d’on ne sait où, remplissant tout à coup les rues et les usines, circulant entre nous, devenant nôtres mais en cessant d’être le bruit étouffé de nos solitudes, des voix jamais entendues nous ont changés. Du moins avions-nous ce sentiment. Il s’est produit ceci d’inouï : nous nous sommes mis à parler. Il semblait que c’était la première fois.[3]

[1] Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil, 1994, p.40.

[2] Voir Julio López G., « L’essor et le déclin de la stratégie économique keynésienne – structuraliste au Mexique » dans Revue de la régulation, 11 (printemps 2012).

[3] Michel de Certeau, La prise de parole…, op. cit., p. 41.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.