Shorena Asabashvili

La Révolution des Roses entre le peuple et le Soft Power américain

 La chute de l’URSS marqua le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du monde. Le monde bipolaire prit fin dans les années 1990, époque où le capitalisme remporta une victoire considérable face au socialisme : commença alors une nouvelle époque dominée par l’Occident.

  Les processus de globalisation (la diffusion des normes occidentales à travers le monde), qui se révèle dans les dimensions politique, économique, financière et culturelle, évolue considérablement au crépuscule de la guerre froide. Dans certaines régions, il s’accélère suite aux évènements politiques locaux.

 En Géorgie, ce processus commence depuis la Révolution des Roses (2003), l’un des anneaux de la chaîne des Révolutions de Couleur qui ont secoué les régimes de trois pays postsoviétiques : Géorgie (2003), Ukraine (2004-2005) et Kirghizistan (2005), jugés corrompus et ne respectant pas les valeurs démocratiques.

  La Révolution des Roses, l’un des anneaux de la chaîne des Révolutions de Couleur

  Le phénomène des Révolutions de Couleur fait depuis longtemps l’objet d’un débat : certains le considèrent comme un « événement naturel », un « fort désir de changement du système social » issu du fond de la société. Alors que pour d’autres, c’est un scénario géopolitique, élaboré contre la Russie par les Occidentaux et surtout les Américains1.

 Dans ce contexte, autour de ces événements, les questions ne cessent de se poser : était-ce vraiment une révolution, un coup d’État ou une transmission informelle du pouvoir d’un gouvernement à un autre ? Est-ce que toutes ces révolutions dans l’espace postsoviétique, correspondent, par leur nature, aux définitions classiques de cette notion ? Quelle est la différence entre les Révolutions de Couleur et les autres révolutions des époques antérieures : française (de 1789 à 1968), bolchévique et des temps suivants : les printemps arabes depuis 2011 ?

  Le dictionnaire Larousse définit la « révolution » comme « un changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place et prend le pouvoir »2. Par rapport à cette définition, nous devons souligner la nature pacifique des Révolutions de Couleur.  L’épithète « couleur» ou « colorée » essaie de les caractériser comme un type de soulèvement populaire non-violent, non-sanglant. Les symboles de ces révolutions sont : les roses, la couleur orange et les tulipes, qui incarnent la paix et représentent des armes pacifiques pour atteindre leurs objectifs. 

 Selon Lincoln Mitchell, écrivain et professeur américain, les Révolutions de Couleur, dont le point de départ fut en Serbie, et qui se diffusent plus tard dans l’espace postsoviétique, représentent les fruits du développement de la société civile depuis plusieurs années. Ces révolutions furent non seulement des événements nationaux, mais elles ont évolué avec le contexte international également. Tous les pays concernés par ces événements de grande ampleur, ont cherché l’équilibre entre le pouvoir global-les États-Unis et le pouvoir régional-la Russie. Pourtant cet équilibre n’a pu être maintenu. Les nouveaux gouvernements, surtout le gouvernement géorgien, dès son arrivée au pouvoir, a exprimé sa préférence particulière pour le monde occidental.3

La révolution des Roses-la volonté du peuple géorgien

 Les années 1990 ont apporté beaucoup d’espoirs à la nouvelle génération avec l’indépendance voulue, mais c’est à cette période que le pays goûte au plus grand désespoir en même temps. L’Occident auquel les jeunes aspiraient tellement, se frayait un chemin lentement au milieu des ruines de guerre, des infrastructures dégradées et des appartements ou corridors froids. 

 Les premières rencontres avec la culture occidentale contemporaine après la chute de l’URSS, se sont faites par le biais des produits de consommation courante. Coca-Cola, les chocolats populaires : Snickers, Mars et Bounty ou le chewing-gum Love is ont envahi les rayons des petites boutiques commerciales pour fasciner les consommateurs par leurs emballages de couleurs vives et leurs saveurs particulières.

 En parallèle, la pop culture américaine et les films d’Hollywood à gros budget gagnaient en popularité de jour en jour. Dans le langage courant sont apparus de nouveaux termes anglais : show businessDJpartyhot-dog etc. 

 Les jeans, interdits sous le régime communiste, comme un des symboles de la liberté occidentale, ont conquis le marché. La nouvelle génération, séduite par le style et le mode de vie des jeunes occidentaux, qu’elle connaît à travers les films et les clips, voulait tenter de leur ressembler. 

 Pourtant les facteurs faisant obstacle à la formation d’une société de type occidental étaient nombreux. Les stéréotypes et les réflexes soviétiques restaient profondément ancrés dans les consciences collectives.  

Le régime en place, constitué principalement d’anciens cadres soviétiques, était dépourvu de la volonté et de la capacité de mener de nouvelles réformes. Le mépris et la méfiance envers le gouvernement augmentaient d’une année à l’autre. Les personnes d’âge moyen s’inquiétaient d’un vieillissement pénible et les jeunes craignaient pour leur avenir.

 Ces mécontentements envers le régime s’agrégèrent et se renforcèrent chez presque toutes les générations et toutes les couches de la société, surtout, le mouvement étudiant joua un rôle de premier plan dans l’intensification des contestations.

 Donc, le peuple attendit le moment propice pour effectuer des changements radicaux.

La préparation de la révolution des roses

Les élections législatives de 2003 se sont avérées l’événement décisif qui a poussé le peuple à sortir massivement dans la rue et à contester les résultats frauduleux.

 Mais la protestation n’a pas éclaté d’un coup, sa préparation a pris un certain temps. En parallèle de l’accroissement du mécontentement du peuple vis-à-vis de son gouvernement à cause des territoires perdus, de la pauvreté et de la corruption massive, ont été créées des chaînes de télévision indépendantes, qui diffusaient des propos critiques à l’égard du gouvernement à l’aide des séries satiriques ou vidéoclips3.

Dans les années 1990, dans l’espace post-soviétique ont été instaurées des organisations occidentales dont l’objectif est de contribuer au développement de la démocratie libérale.

La collaboration avec la communauté internationale et les organisations occidentales a contribué à fonder des ONG locales de type occidental dans plusieurs pays post-soviétiques, qui, à la fois critiquaient les anciennes méthodes de gestion du gouvernement en place, observaient le déroulement du scrutin et essayaient de former un nouvel ordre social, basé sur la diversité des opinions et la liberté d’expression.

En 1996, en Géorgie, vit le jour l’une des premières ONG nationales, tavisuflebis instituti (Institut des libertés), qui, au fil des années, a considérablement élargi son champ d’action, s’occupant, en même temps, des premières enquêtes journalistiques d’investigation dans le pays.

L’Institut des Libertés fut l’une des premières organisations à se manifester pour la protection de la liberté de religion et de croyance et à parler du fanatisme, de l’extrémisme et de la corruption existant au sein de l’Église géorgienne4.

Au lendemain de la Révolution des Roses

  Les manifestations, dirigées principalement par de jeunes hommes politiques, des intellectuels et des étudiants, ont duré moins d’un mois, et ont abouti à la démission de l’ancien gouvernement le 23 novembre 2003 et à l’accès au pouvoir d’une nouvelle équipe pro-occidentale.

Les réformes menées par le gouvernement dans les années post-révolutionnaires ont fait surgir davantage de questions sur la qualité de la démocratie dans le pays. Pour un nombre important d’hommes politiques, d’experts et de représentants du secteur ONG, le style et les méthodes de gestion ou la tolérance zéro contre le crime appliqués par le Mouvement national uni étaient loin de la démocratie occidentale. Mais l’idée que la Révolution des Roses a contribué aux processus de modernisation n’est pas contestable pour eux.

La coopération avec la communauté internationale a considérablement renforcé le secteur ONG, considéré comme une composante principale du Soft Power américain, ce qui représente la plus grande réussite de la Révolution des Roses. Les ONG géorgiennes participent non seulement à l’élaboration de nouveaux projets avec le gouvernement, mais aussi elles contrôlent et estiment les démarches de l’État en matière de démocratie. Elles prennent une part active dans la modification des normes sociales et contribuent au renforcement des valeurs libérales caractéristiques du monde occidental, telles que : la laïcité, l’individualisme, l’émancipation des femmes, les droits de l’Homme (mettant en avant les minorités ethniques, religieuses, sexuelles) etc.

_______________

1. Petric, Boris, A propos des révolutions de couleur et du soft power américain, Hérodote, Stratégies américaines aux marches de la Russie, 2008 (n°129), pp.7-8

2. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/r%C3%A9volution/69167 (Consulté le 06/06/2017)

3. Genté Régis, Des révolutions médiatiques, Stratégies américaines aux marches de la Russie, 2008, Hérodote (n°129), p.37

4. Mitchell Lincoln A, 2012, The Color Revolution, University of Pennsylvania, Philadelphia, pp. 68-69

5. Tavisuflebis instituti (Institut des libertés), Samokalako ganatlebis entsikopediuri leksikoni (Dictionnaire encyclopédique de l’éducation civique).

6. http://www.nplg.gov.ge/publishers/samoqalaqo/index.php?do=view&id=516 (Consulté le 08/06/2017)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.