Barbara Bellini

La réception italienne de Walter Benjamin (1966-1982) : Traduction et critique par deux germanistes rivaux

Mon travail se propose d’élucider les modalités de la collaboration entre Enrico Filippini et Cesare Cases lors de la médiation de l’oeuvre de Walter Benjamin dans l’espace intellectuel italien. En outre, il cherche à illustrer les répercussions de leur travail conjoint dans l’image de Benjamin qui se répand en Italie depuis les années 1960. En effet, à côté de Renato Solmi et, plus tard, de Giorgio Agamben, les noms de Filippini et de Cases restent liés à celui du philosophe allemand : à travers la lecture des ouvrages dont ils sont, côte à côte, les responsables, de leurs textes critiques et d’autres documents pertinents recueillis dans les archives personnels et éditoriaux, je réfléchirai sur les activités éditoriales et critiques qui fondent cette liaison et sur l’usage que les deux germanistes font de l’oeuvre de Benjamin pour légitimer leur position au sein du champ italien.
L’intérêt d’une analyse des conditions dans lesquelles l’appropriation italienne de l’oeuvre de Walter Benjamin a eu lieu réside dans deux motifs principaux. Tout d’abord, cette oeuvre se caractérise par sa grande complexité au niveau de la gestation, rédaction et production éditoriale : la vie troublée de l’auteur, son refus d’appartenir intégralement à une école de pensée et donc de s’attacher à un groupe intellectuel compact, sa mort précoce et l’inexistence de manuscrits définitifs et univoques de nombreux parmi ses travaux expliquent les difficultés du chercheur qui vise à reconstruire la pensée « authentique » de Benjamin. Les travaux du philosophe berlinois, en effet, ont eu souvent besoin d’une médiation très invasive pour voir le jour : faute de versions officielles publiées et acceptées par l’auteur de son vivant, plusieurs ouvrages portent les marques du remaniement des critiques et des éditeurs qui s’en sont chargés au fur et à mesure. Ceci a souvent mené, comme on le verra, à des critiques contre des appropriations qui seraient peu fidèles aux intentions de l’auteur. Ainsi, si l’écriture aphoristique et asystématique de Benjamin se prête par sa constitution à des interprétations multiples, l’édition souvent posthume et accidentée des textes rend ceux-ci encore plus susceptibles à des usages occasionnels et partiaux.

En second lieu, dans le cas particulier des livres considérés dans mon article, c’est le travail conjoint de deux acteurs de la médiation de Benjamin en Italie, à savoir les germanistes Enrico
Filippini et Cesare Cases, à justifier l’intérêt pour l’appropriation de son oeuvre. Filippini est le traducteur de L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée,1 bref essai aujourd’hui devenu célèbre, et aussi de l’étude sur le drame baroque, Ursprung des deutschen Trauerspiels [Berlin, Rowohlt, 1928], rédigé par Benjamin comme thèse d’habilitation (thèse qui a été refusée, d’ailleurs, par son professeur, Franz Schultz, à l’Université de Francfort) et publié par Einaudi en 1971.2 Cases, pour sa part, a écrit le paratexte de ces mêmes ouvrages, notamment l’introduction à l’essai de 1966 et la postface à celui de 1971. Ce qui rend intéressant ce travail de médiation conjointe, c’est que les positions des deux germanistes au sein du champ italien de la fin des années ‘60 sont, sinon opposées, au moins très manifestement divergentes :3 si Cases est vu par Filippini comme le symbole d’une culture désormais dépassée, à caractère engagé et marxiste, Cases dévalorise à sont tour le courant de la Neoavanguardia dont Filippini est un représentant. Cette rivalité entre les deux se reflète de façon évidente dans leur travail sur les textes de Benjamin, ce qui fera l’objet de mon article.


1 La première version éditée du texte est en langue française et remonte à 1936 : L’œuvre d'art à l'époque de sa reproduction mécanisée, traduction par Pierre Klossowski avec l'auteur, dans : Zeitschrift für Sozialforschung, publié sous commande de l’Institut für Sozialforschung de Max Horkeimer, année V/1936. L’essai a été publié en allemand pour la première fois dans les Schriften de 1955 sous le titre Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit. Pour la première édition italienne : Walter Benjamin, L’opera d’arte nell’epoca della sua riproducibilità tecnica, traduction par Enrico Filippini, introduction de Cesare Cases, Turin, Einaudi, 1966.
2 Walter Benjamin, Il dramma barocco tedesco, traduction par Enrico Filippini, postface de Cesare Cases, Turin, Einaudi, 1971.
3 Cf. Michele Sisto, Mutamenti nel campo letterario italiano 1956-1968: Feltrinelli, Einaudi e la letteratura tedesca contemporanea. Dans : Allegoria, 55, 2007, S. 86-109.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.