Tatiana Babinchuk

Révolution en tant que théâtre et théâtre en tant que révolution, la vision de Nicolas EVREINOV (1879-1953)

En Russie, la série de représentations que l’on appela « commémorations de masse » (massovye prazdnestva) (dont la période la plus faste est celle allant de 1919 à 1924) aura pour apogée la mise en scène en 1920 de la Prise du Palais d’Hiver, montée à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre1.  Evreinov sera son metteur en scène principal, assisté par A.R.Kouguel et N.N.Petrov.

Si les autres actions de masse représentent plutôt l’allégorie de la révolution comme la révolte contre les oppresseurs, celle montée par Evreinov est une reproduction de l’événement récent sur le lieu-même. Cependant, ce n’était nullement la reconstitution exacte de la Prise du Palais d’Hiver d’octobre 1917. Ni Evreinov (qui était toujours contre la représentation de la réalité au théâtre), ni le gouvernement soviétique qui lui a commandé la mise en scène n’avaient l’intention de reproduire le déroulement du coup d’Etat. Evreinov et son équipe créatrice inventaient le mythe, celui de l’histoire de leur pays2. C’était une incroyable expérience, dont il rêvait, le spectacle où tous sont impliqués, où en plus d’une dizaine de milliers de participants prévus par le scénario, des foules énormes de spectateurs prenaient part dans le déroulement de l’action, lançant des slogans avec enthousiasme, se précipitant vers les héros. Evreinov a fait de la révolution un théâtre, car pour lui, satisfaire l’instinct de théâtralité (le terme qu’il avait suggéré pour décrire le besoin de l’homme de jouer, de se transformer), était essentiel et un événement aussi solennel ouvrait d’extraordinaires possibilités de mobilisation de grandes masses humaines. Non pas pour les manipuler, mais pour les rendre conscient de la théâtralité de la vie, y compris de la révolution. Car la réalité, selon Evreinov, est soumise à la mise en scène des metteurs en scène mauvais ou sans talent et la plupart des êtres humains accepte le masque que la société lui inflige au lieu de se créer un masque permettant de se retrouver soi-même. La révolution est, certainement, pour lui une de ces mises en scène d’un mauvais metteur en scène. Il en façonne une autre, où chacun se sentira important, faisant partie d’un mythe.

De l’autre côté, particulièrement inspiré par Nietzsche, Evreinov ne cessera pas ses recherches autour de Dionysos, dont l’esprit représente l’énergie artistique primordiale, ce personnage figure l’instinct primitif, l’ivresse dans laquelle s’expriment les forces naturelles, le lien charnel avec la terre, le sentiment de ne faire qu’un avec le monde. Approuvant le génie de la nature, il s’oppose ainsi à l’attitude de l’homme civilisé et voit le progrès du monde dans la transgression, dont l’origine se trouve alors dans le théâtre. Car il existe, selon Evreinov, un pouvoir qui se place au-dessus de celui des normes et dans une certaine mesure de celui des lois – c’est le « pouvoir du théâtre ». L’aptitude humaine à se transformer par le jeu qui consiste en un dépouillement temporaire de sa personnalité pour en adopter une autre, permettrait de transgresser les normes établies par la nature et la société tout en étant bénéfique à celui qui joue, mais aussi à son entourage. Evreinov préconise la désobéissance la considérant comme indispensable à l’homme (elle ressort de l’instinct théâtral) et en même temps il étudie la possibilité de concilier sa manifestation avec les valeurs fondamentales de la société, grâce à l’instinct théâtral. Il consacre alors à ce thème le chapitre Crime comme attribut du théâtre dans le Théâtre pour soi.

Les révolutions ont alors leur place légitime dans la vie de l’homme, prenant source dans l’instinct de transformation propre à l’homme. Mais la conscience de ce besoin irrésistible de jouer est indispensable pour que les meneurs des révolutions ne s’immergent pas dans ce qu’Evreinov appelle « théâtre excessif ».

1 « La mise en scène la plus magnifique des fêtes soviétiques de cette époque fut La Prise du Palais d’Hiver, reconstituée en l’honneur du troisième anniversaire du coup d’Etat d’Octobre.[...]La suite des fêtes fut reconstituée non seulement d’après les données imprimées mais surtout à l’aide d’enquêtes auprès des témoins oculaires. L’énorme armée des acteurs (environ 6000 personnes), comptait dans ses rangs plus d’une centaine de ceux-là mêmes qui, trois ans auparavant, avaient pris part à la fameuse attaque.[] L’action se développait sur plusieurs « scènes » et chacune avait son directeur ; des spécialistes s’occupaient des accessoires, depuis les costumes jusqu’à la machinerie, la signalisation, les bruits, etc. Des commissaires de l’armée avaient appris la « partition » et l’enseignaient à leurs escouades, militairement ». (Gourfinkel N., Le théâtre russe contemporain, Paris, éditions La Renaissance du Livre, 1931, pp.135, 136)

2 Ce mythe ouvre la voie à l’utilisation falsificatrice des images qui interviendra peu après. Aucune photo n’a été prise pendant l’événement réel trois ans auparavant, alors qu’un grand nombre de clichés subsiste du spectacle. Ce sont ces images de la Révolution qui seront gravées dans la conscience du peuple soviétique. Ce spectacle servira de modèle de représentation des événements révolutionnaires pour le cinéma et la peinture.

On admet d’ailleurs à présent que le croiseur Aurore n’était pas là le jour de l’insurrection bolchévique. On suppose aussi qu’en vérité le peuple russe n’y participait pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.