Carmen Chazzin

L’art au temps de la révolution bolivarienne : vers la consolidation d’une esthétique officielle

Jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, les partis traditionnels1  vénézuéliens se sont succédés au pouvoir. En 1998, par vote majoritaire, Hugo Chávez était élu Président de la République pour une période de cinq ans. D’abord, il faut souligner que l’année même de son arrivée au pouvoir, le Président Chávez a fait appel à une Assemblée Constituante.

En 1999, cette assemblée a promulgué une nouvelle constitution. En 2000, le Président Chávez fut réélu. En 2001, les porte-paroles de la Révolution culturelle appelaient déjà « oligarques » et « monarques»  les gérants des principaux musées nationaux, qui furent successivement destitués de leurs postes. C’est dans ce contexte national que de nouvelles institutions virent le jour dans le pays. En 2005, a été créé le Ministère du Pouvoir Populaire pour la Culture. A partir de la création de ce Ministère, ont surgi d’autres institutions comme, par exemple, l’Instituto de las Artes de la Imagen y el Espacio (IARTES). Tout cela avec le propos de  «refonder » le pays, comme l’ont proclamé à plusieurs reprises, le Président Chávez lui-même et les divers Ministres de la Culture. Cette nouvelle organisation institutionnelle n’a pas épargné les musées. Il faut savoir qu’avant l’arrivée de la Révolution culturelle, chaque musée fonctionnait comme une fondation. En 2005, l’effervescence autour des musées nationaux a pris plus de force parce qu’était créée la Fondation des Musées Nationaux, qui a dissous chaque fondation et regroupé tous les musées en une seule fondation. C’était donc le début de la centralisation de la gestion muséographique.

Tout au long de ces dernières années le Venezuela a connu un processus de polarisation de plus en plus accentué. D’ailleurs, il est important de considérer le rôle qu’a joué et que joue encore l’image pendant tout le mouvement révolutionnaire. Depuis 2000, les murs du centre-ville et des bidonvilles de Caracas ont été le support d’actions de subversion initialement contre le capitalisme, mais les peintures murales, les graffitis et les tags sont aussi une forme de représentation, d’engagement et finalement de promotion de la révolution, toutes ces actions sont faites par des groupes2 parfois armés qui font vie dans les quartiers populaires. Le street art n’est pas une manifestation nouvelle au Venezuela, mais parmi toutes les formes de représentation, elle convient à la révolution parce qu’elle assure une communication immédiate surtout dans les quartiers populaires. La peinture murale permet de transmettre un message sur les fissures sociales, ainsi que de confirmer la conquête d’un espace. En ce sens, la peinture murale résume bien le propos de la révolution culturelle : faire de la culture populaire la culture dominante. Il faut clarifier qu’au temps de la révolution, la vision et pourtant le statut de l’artiste reconnu par l’État change : l’artiste est avant tout un militant3. En 2009, lors d’une réunion télévisée4 avec les artistes, le Président Chávez a suggéré aux artistes de s’exprimer et de laisser une trace du moment historique qu’était en train de vivre le pays.  Certes, l’art au Venezuela est devenu un instrument de contestation sociale et politique. Les espaces de mobilisation artistique sont plusieurs et divers : la rue, les musées, les galeries et surtout les réseaux sociaux  sont désormais un moyen pour faire circuler des œuvres qui témoignent l’actuelle confrontation.

En septembre 2015, je me suis rendue à l’Exposition Internationale d’Art de la Biennale de Venise. Cela a été l’occasion de découvrir le pavillon du Venezuela. A plusieurs reprises les représentants culturels ont parlé du développement d’une esthétique révolutionnaire et bolivarienne, d’ailleurs ils ont manifesté leur opposition au marché de l’art et à tous les événements (foires, biennales) qui favorisent le collectionnisme et l’échange d’œuvres. Malgré cette opposition le Venezuela continue à participer à la Biennale de Venise. Dans le but d’évaluer l’esthétique promue et financée par l’État vénézuélien pendant le processus nommé Révolution culturelle et de comprendre la participation du Venezuela à la Biennale de Venise, mon objet d’étude c’est donc la participation du Venezuela à l’Exposition Internationale d’Art de la Biennale de Venise de 2005 (année de création du Ministère du Pouvoir Populaire pour la Culture) jusqu’à 2017.

Les sept dernières participations du Venezuela dans l’Exposition Internationale de la Biennale de Venise reflètent que l’espace militant et le champ artistique sont devenus homologues. L’observation des œuvres exposées ainsi que les archives permettent de constater l’hétérogénéité des techniques et supports, cependant il y a des catégories communes : la religiosité, les groupes indigènes, la lutte armée, le corps et le mythe du héros national.


1 AD (Action Democrática) et Copei (Partido social-cristiano Comité de Organización Política Electoral Independiente)

2 Pour citer quelqu’uns: La guerrilla comunicacional , el colectivo la piedrita  y el colectivo Alexis Vive.

3 Voir Tarragoni, F., « Le peuple est dans la rue. Politiques du street art dans les barrios vénézuéliens », Sociologie de l’Art 2016/1 (OPuS 25 & 26), p. 129 – 151. DOI 10.3917 / soart.025.0129

4 IARTES. Diálogo comandante Chávez y artistas 2009 [vidéo en ligne], YouTube, 06/04/2015, Adresse URL https://www.youtube.com/watch?v=BI6KO3S4SE [Site consulté le 06/05/2016]

5 Francisco Bassin est un artiste contemporain qui a participé dans la Biennale de Venise en 2011, il a réalisé une série de collages qu’il publie régulièrement sur son compte Facebook.

Bibliographie

BALASINSKI J., MATTHIEU L., (eds), Art et contestation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

BAWIN Julie, L’artiste commissaire. Entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2014.

BENJAMIN Walter, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Barcelone, Folioplus philosophie, 2012.

BERTRAND DORLÉAC Laurence, L’ordre sauvage : violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, Paris, Gallimard, 2004.

BOURDIEU Pierre, DARBEL Alain, l’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Lonrai, Les Éditions de minuit, 2011.

BOURDIEU Pierre, La distinction, Lonrai, Les Éditions de Minuit, 2012.

HEINICH Nathalie, Ce que l’art fait à la sociologie, Éditions de Minuit, 1998.

HEINICH Nathalie, La sociologie de l’art, Paris, Éditions La découverte, 2004.

HEINICH Nathalie, Le triple jeu de l’art contemporain, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

HEINICH Nathalie, Être artiste. Les transformations du statut des peintres et des sculpteurs,

Paris, Klincksieck, 2012.

HEINICH Nathalie, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2014.

HEINICH Nathalie, Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Lonrai, Gallimard, 2015.

LACHAUD Jean-Marc, Art, culture et politique, Paris, Puf, 1999.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.