Tamires Ferreira Coêlho

Femmes de la ruralité brésilienne connectées sur Facebook : perspectives de subjectivation et d’expression de la culture « sertaneja »

Cette recherche traite de la communication et des modes d’expression de femmes appauvries1  qui habitent dans une région connue au Brésil pour son très faible Indice de Développement Humain (IDH). Il s’agit d’une région où les femmes ont peu d’opportunités d’expression et où il existe de nombreuses traditions sexistes. Étant donné les usages et les appropriations de Facebook par les femmes dans la campagne (appelée Sertão) du Nord-Est Brésilien, notre objectif est de comprendre comment l’adhésion et l’appropriation de ce réseau social peuvent être associées à la construction de la subjectivation politique des femmes interviewées. Il faut souligner le fait que ces femmes se trouvent dans des lieux où les outils numériques sont apparus brusquement et presque simultanément à l’arrivée de l’électricité et de la télévision, ce dont il est question par exemple dans la ville de Guaribas (province du Piauí).

Nous réfléchissons à une corrélation entre autonomie et subjectivation, en comprenant l’autonomie comme un processus qui dépend des relations inter et intrasubjectives, et aussi à partir de compétences communicatives des sujets conquis au travers des réseaux quotidiens d’interaction dont ils font partie (Marques, 2011 ; Warren, 2001). L’autonomie des femmes sertanejas (femmes de la région du Sertão) ne serait pas le résultat de processus individuels, isolés, mais de perceptions collectives et de débats publics mis en place par une collectivité, avec une potentialité relationnelle (Pelbart, 2013).

Les méthodes de recherche adoptés et entremêlés dans la définition de la méthodologie sont la netnographie, la Grounded Theory et l’observation participante. Nous avons réalisé des entretiens et une analyse des publications sur les profils Facebook de certaines femmes pour comprendre davantage leur utilisation de ce réseau social et le contexte dans lequel elles vivent. Il y a des traditions, des valeurs et des normes sociales qui affectent la vie quotidienne de ces femmes, ainsi que des forces de résistance qui n’ont pas fait leur apparition avec la connexion à un réseau, mais qui peuvent gagner de la puissance avec l’accès aux réseaux sociaux et la configuration d’une écriture numérique de soi.

Il y a des différents visages qui sont mis en circulation sur les réseaux sociaux numériques et qui mettent en valeur les singularités des expériences des femmes du Sertão. Les messages et les images de Facebook, aussi bien que les rapports obtenus par nos entretiens, prennent en compte une perspective selon laquelle les femmes sertanejas sont positionnées à différents moments et de différentes manières et pas dans une seule position de sujet. Ainsi, les récits de soi que nous avons examinés montrent qu’elles possèdent d’autres noms et caractéristiques au-delà de celles imposés par la logique de la police (Rancière 1995 ; 2009) : elles sont auteurs de selfies (auto-portraits), sont aussi porte-paroles et sertanejas connectées. Il est important de mentionner que les selfies peuvent indiquer des assemblages capables d’amener le corps à la violence d’un «gouvernement de soi», violence marquée par l’oppression. Ces selfies peuvent par contre nous mettre en face d’une altérité qui nous conteste, quelqu’un qui souffre et qui nous invite à nous détourner de nous-mêmes.

Nous avons observé l’évidence des rôles socialement cristallisés à propos de ce que signifie être une femme, et cela interfère dans les manières de (non) expression sur Facebook et dans les fissures liées aux attentes de genre (Adichie, 2014) associées aux femmes. L’autonomie et l’écriture de soi ne donnent pas lieu à la résistance et à la conscience permanentes sur les oppressions, mais elles peuvent aider à la connaissance de soi et dans le développement de compétences communicatives et politiques des individus.

La dimension politique de l’apparition de ces femmes est réinventée par les appropriations et au travers de leur créativité. La démocratie au Brésil est un processus toujours en cours et le débat social sur les droits se concentrent entre autres sur le thème de la place des femmes : une thématique rarement abordé par les institutions sociales au sens de la reproduction des injustices sociales. Les oppressions culturelles ne sont presque pas remises en question.

Facebook est important pour le processus de subjectivation des femmes sertanejas puisqu’à travers des possibilités d’expression de soi disponibles sur cette plateforme elles peuvent créer une performance liée à la visibilité de leur corps et de leurs visages. L’existence numérique nous indique certains mouvements d’autonomie et de résistance liés à l’élaboration de récits de soi, à l’expression des voix, à l’interaction et à la représentation de soi. Il n’est pas seulement question d’apparaître sur les réseaux comme tout un chacun, mais aussi de participer à un réseau social qui est configuré comme symbole des possibilités pour les femmes sertanejas de devenir interlocuteurs dans l’espace public.


Bibliographie:

ADICHIE, Chimamanda Ngozi. Sejamos todos feministas. São Paulo: Cia das Letras, 2014.

FREITAS, José Carlos de. O cidadão empobrecido: sua representação sobre o poder político. In: Querubim, n. 1, v. 1, 2005, <http://www.uff.br/feuffrevistaquerubim/images/arquivos/artigos/001_2005-02.pdf>.

MARQUES, Angela Cristina Salgueiro. A ausência de reconhecimento social de cidadãos destituídos no Brasil e na França: um estudo comparativo entre o Bolsa-Família e o RMI. In: IV Encontro da Compolítica, Universidade do Estado do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro. Anais… Rio de Janeiro: Compolítica, 2011.

PELBART, Peter Pál. O avesso do niilismo: cartografias do esgotamento. Trad. John Laudenberger. São Paulo: n-1 edições, 2013.

RANCIÈRE, Jacques. Le tort: politique et police. In: La Mésentente: politique et philosophie. Paris: Galilée, 1995.

RANCIÈRE, Jacques. A partilha do sensível: estética e política. São Paulo: Exo/Ed.34, 2009.

WARREN, Mark. Democracy and Association. Princeton/New Jersey: Princeton University Press, 2001.


1 Il est important de distinguer la notion de “pauvres” de la notion d’ ”appauvries” : le terme pauvre apporte une idée de stabilité, de passivité, il n’y a pas de processus mais une condition fixée. Donc nous travaillons avec une proposition d’envisager les forces et les relations de pouvoir qui sont maintenues, des structures sociales qui agissent violemment contre les sujets. Une personne appauvrie est quelqu’un sans la plénitude des droits, parce que la mise en œuvre effective des lois c’est un but très difficile d’atteindre (Freitas, 2005).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *