Guglielmo Scafirimuto

La migration Rom entre marginalisation et hybridation dans Latcho Drom de Tony Gatlif

Latcho Drom est un exemple cinématographique très adapte pour introduire l’une des cultures les plus en marge de l’histoire, c’est-à-dire la culture Rom ou les cultures Rom si on les voit, comme dans le film, inscrites dans leur hybridation spatio-temporelle ainsi que dans leur unité et convergence. Il s’agit de l’un des films les plus intéressants de Tony Gatlif, cinéaste franco-algérien, né d’une mère tzigane, qui a dédié la plupart de son travail à la diffusion de la culture Rom et à la lutte contre la discrimination de ce peuple. En l’occurrence, on est donc face à un discours de promotion d’une culture en marge et également à un exemple d’autoreprésentation, d’un cinéaste revendiquant son appartenance au peuple Rom.

L’œuvre, réalisée en 1993 et sélectionnée dans la section Un certain regard au 46° Festival de Cannes, se présente sous la forme d’un documentaire musical, quasiment sans dialogues. Gatlif a décidé de suivre la migration du peuple Rom, dans son hétérogénéité, en huit étapes principales correspondant à huit époques différentes : à partir de l’Inde du nord jusqu’à l’Andalousie (Espagne), on passe par l’Égypte, la Turquie, la Romanie, l’Hongrie, la Slovaquie et la France. L’angle choisi est celui de l’hybridation culturelle à travers l’influence des éléments géographiques sur l’évolution de leur musique dans ses passages les plus emblématiques (tels que la musique balkanique, le swing manouche, le flamenco).

Le film s’ouvre sur l’image d’un ruisseau d’eau qui coule, symbole du mouvement perpétuel de la nature, de la circulation sans cesse incarnée par le nomadisme humain et sur celle d’un feu qui brule, représentation d’une force résistante et vivante. Au même instant, le seul carton de tout le film nous explique : « Partis du Nord-Ouest de l’Inde, il y a près de 1000 ans pour des raisons encore inconnues, les gitans ont sillonné les routes d’Europe, d’Égypte, d’Afrique du Nord…Au cours de ce long périple hors des frontières de l’Inde, les termes gitan, halab, tsigane, bohémien, gypsy…ont été donnés au peuple ROM. ». Cette prémisse, adressée au gadjo (le non Rom), touche significativement les points qui intéressent le réalisateur : le thème de la migration, la rencontre discriminant avec les autres peuples (tout déplacement produisant une dénomination différente et reçue passivement), l’unité présumée du peuple (ROM). En tant que guide filmique pour les non avertis, le film est ainsi un instrument pour voir les différentes couches temporelles et culturelles qui cohabitent au sein de l’histoire Rom. Dès la première séquence dans le désert, les caractéristiques clés attribuées aux Roms sont mises tout de suite en évidence : ils sont en groupe (cohésion interne), ils sont isolés (séparation externe), ils sont en voyage (essence apparente, leitmotiv du film). Alors que les époques et les contextes changent, le peuple Rom semble conserver certains éléments, qui migrent avec lui et que nous retrouvons comme des survivances.

L’élément culturel principal du film utilisé pour démontrer la dynamique d’hybridation et de continuité du voyage Rom est alors la musique, dans ses formes et ses motifs, qui dans Latcho Drom est avant tout mise au centre de la mémoire collective. C’est une musique stratifiée, récipient de traditions et contaminations, qui finit par retracer à travers les siècles de migration toute l’histoire du peuple. Cette dernière, cependant, est marquée par une marginalisation constante, car tout au long de la diaspora éternelle du peuple Rom, le temps et l’espace se chargent de perte et de frustration, à cause des persécutions subies. La vie nomade, maintes fois forcée par les événements, constitue la condition « aux marges » par excellence, où pouvoir observer la complexe intégration avec le territoire et la recherche d’une transmission culturelle orale et performative. La culture Rom assume des formes au fur et à mesure différentes, mais le peuple ne se mêle pas aux autochtones des nations sillonnées et le Rom reste essentiellement un étranger. « Le bonheur étrange de l’étranger » – selon Kristeva – s’attache, en transit, à l’absence, « le rejet d’un coté, l’inaccessible de l’autre1 » . La marginalisation devient ainsi, par contraste à la majorité, un élément actif de renforcement identitaire d’un groupe, visant également à la mise en scène de sa propre image face à la communauté.

Dans Latcho Drom, Gatlif a donc repris l’histoire méconnue tsigane et mis en perspective ses fragments isolés afin de démontrer essentiellement une thèse : le peuple Rom, nonobstant sa diaspora turbulente, a su faire converger les différences vers un esprit spécifique et résistant, traduit par son chant existentiel. Le vrai « statut » des Roms ne change jamais, celui de peuple « maudit », caché et chassé, contraint à vivre en marge de l’urbanisation mais à cause de cela, en même temps, enrichi d’éléments uniques et fascinants. Dans la séquence finale, tournée en Andalousie, une femme gitane, en regardant depuis une colline lointaine la ville qui se déploie en bas, laisse au vent son cri antiraciste, El Pajaro Negro, « L’Oiseau Noir ». Paysages vides et distances insurmontables, cela représente également Latcho Drom : une métaphore de l’isolement du peuple Rom à cause d’un conflit apparemment irrésoluble. Gatlif nous présente une collection d’images en mouvement, c’est à nous ensuite de tirer les conclusions et d’imprimer ces sentiments sur notre mémoire culturelle.


1 KRISTEVA Julia (1988), Étrangers à nous-mêmes, Gallimard, Paris, 2007, pp.13-14.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *