Clara Zgola

(Re)découvrir et rendre visible :

Archiver l’histoire des mouvements queers de l’Europe Centrale des dernières décennies du XXème et du XXIème siècle dans l’art

Entre 1985 et 1987, la milice de la République Populaire de Pologne (RPP) mène une action politique ayant pour but d’inventorier tous les homosexuel-le-s du pays ainsi que leurs entourages. Pendant « l’Opération Jacinthe », une liste de 11 000 personnes est ainsi constituée. Sous couvert d’un argumentaire à dimension médicale (en pleine épidémie du SIDA), cette action a pour conséquence de développer une surveillance accrue de la part de l’État mais aussi, de créer un mouvement d’émancipation sociale – émergent alors des pratiques artistiques alternatives, se situant à la lisière de la sphère publique et privée. Ceci paraît d’autant plus intéressant que les archives deviennent un instrument central pour l’art contemporain, aussi bien dans la pratique des artistes que des écrivains. Dans le même ordre d’idées, on observe une « pulsion d’archive » (archival impulse, H. Foster) dans la pratique d’auteurs qui se servent des archives comme d’un matériau pour leurs œuvres. Ils visent ainsi à problématiser le rapport au passé et aux formes de reconstruction de la mémoire occultée, aussi bien individuelle que collective, et d’interroger le pouvoir médiateur des images.

C’est pourquoi, en partant de l’analyse d’un corpus constitué d’œuvres d’art et littéraires des auteures tels que, Ryszard Kisiel, Tomasz Machciński, Karol Radziszewski, Michał Witkowski, et tout en convoquant les propositions théoriques des chercheuses en études de genre (J. Butler), queer (J. Halberstam, E. Freeman, S. Ahmed), ou encore de celles qui abordent la théorie des affects (M. Bal), et en nous rapportant aux concepts des « queer asynchronies » et de « low theory », nous souhaiterons analyser les différents régimes spatiaux et temporels qui ont façonné l’expérience homosexuelle dans la culture polonaises des dernières décennies du XXème et du XXIème siècle, son vécu, mais surtout la production des images d’un corps homosexualisé, sa mise en scène et (auto)représentation dans la fiction littéraire et la création artistique (performée ou filmée) de la fin de l’époque communiste jusqu’à l’extrême contemporain. Nous nous intéresserons tout particulièrement à des effets de téléscopie et à de nombreux aller-retour entre la période d’avant et d’après la transition démocratique pour se pencher, d’un côté sur les différentes stratégies d’archivage, de l’autre, de création à partir des archives, et d’écriture fictionnelle de cette histoire récente et pourtant peu connue au-delà des frontières.

Dans son roman intitulé Lubiewo (paru en 2014, et traduit en français en 2007), l’écrivain Michał Witkowski (né en 1975) dresse un portrait d’une période révolue et d’un milieu pour le moins extravagant ; il s’agit d’une sorte de contre-société, d’un monde inversé, celui des homosexuels polonais vivant à l’ère du communisme déclinant. Variant constamment les angles, il passe de la tragédie à la comédie, de l’idylle à la satire, du sordide au sublime pour se jouer d’une certaine nostalgie à l’égard de cette période pleine de contradictions. Le livre a connu un énorme succès, il a été adapté pour le théâtre, traduit et réédité en plusieurs langues, enfin décliné en version graphique et collector ce qui atteste de son intérêt certain.

Tomasz Machciński (né en 1942), performeur et vidéaste amateur et autodidacte, auteur d’un cycle ultime, L’homme aux mille visages (« Człowiek tysiąca twarzy »), crée ses autoportraits déguisés depuis 1966. Ils témoignent d’une création subversive et d’une volonté continue de transgresser les normes de genre et sexuelles en vigueur.

En 1978, période postrévolutionnaire et émancipatrice, Natalia LL fit un séjour à New York. Ce périple mémorable a été récemment retravaillé comme sujet et objet d’une quête par un artiste de la jeune génération (né en 1980), ouvertement gai et à la recherche d’un art polonais du XXème siècle plus jouissif et affirmatif quant à la sexualité et l’expression des désirs. En effet, dans son documentaire créatif intitulé America Is Not Ready For This (2012) Karol Radziszewski remet le personnage insolite de Natalia LL au goût du jour. Une histoire d’art polonais alternatif, avec des ramifications oubliées, se dessine dès lors en filigrane. Cette forme de réécriture à partir des archives privées ou inédites, ancrée dans une perspective queer utilisée aussi dans Kisieland (2012, à partir d’une œuvre de l’artiste amateur Ryszard Kisiel, né en 1948) ou The Prince (2014, à partir des performances de l’acteur Ryszard Cieślak, 1937-1990) semble être un moyen d’investigation très attrayant, permettant de réévaluer la présence des courants et des pratiques subversives en marge de la vie artistique et sociale d’avant la transition démocratique. Il s’agit également d’une manière d’ébranler l’imaginaire de la rupture radicale selon lequel certaines tendances seraient entièrement absentes de la scène d’art d’avant 1989.

Or, les exemples étudiés ici tendent à contredire cette thèse pourtant longtemps dominante. Il s’avère plus pertinent de considérer la création datant de cette période plutôt à l’instar d’un nœud constitué de temporalités diffuses. Il y aurait là des signes avant-coureurs, des pistes abandonnées, et des possibilités explorées ou reprises des décennies plus tard par des artistes appartenant à toute une autre génération.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *