Adilson Fernando FRANZIN

adilson-fernando-franzin-photo

Les profondeurs d’une marge :

La réécriture de l’histoire mozambicaine par la fiction

La guerre coloniale, voilà le fondement sur lequel s’appuie la littérature mozambicaine pour revendiquer sa place et son identité, tout en s’insurgeant contre le pouvoir colonisateur. Aujourd’hui encore son univers fictionnel n’est pas débarrassé des étincelles de ce passé déchiré par les conflits. C’est pourquoi, plutôt qu’une présentation exhaustive des textes littéraires du Mozambique, nous vous proposons un parcours linguistique et historique propre à offrir un cadre à des œuvres qui s’engagent dans la réécriture de l’histoire. Nous déroulerons notre fil conducteur, à savoir l’idée de la marge et ses répercutions sur la culture mozambicaine, jusqu’à arriver à l’écriture des écrivains Mia Couto et Paulina Chiziane, et leurs romans respectifs, Le dernier vol du flamant¹  et Ventos do Apocalipse² .

C’est dans ce contexte que les écrivains mozambicains mettent en lumière des aspects inattendus, oubliés et parfois dissimulés de l’histoire où la littérature figure comme une véritable sentinelle d’une culture en marge et s’élève contre les vies brisées par le fracas des guerres. Soulignons que Jean-Marc Moura, professeur de littérature comparée, affirme : « Périphérique ne veut pas dire de moindre importance mais signifie qu’il y a là un élément conceptuel qu’il faut prendre en compte pour mesurer la spécificité de cette littérature. ³»  Dans un continent changeant aux facettes aussi multiples que l’Afrique, la réécriture de l’histoire devient donc une nécessité pressante pour laquelle les rapports centre/périphérie doivent être remis en question.

Dans l’analyse de la riche culture mozambicaine, comment élucider le paradoxe des profondeurs de cette marge ? Si l’oralité est le principal moyen de transmission de la connaissance chez les Africains, elle déploie une logique particulière et non moins importante que la pensée figée par l’écriture. Il faut savoir que les Mozambicains possèdent environ vingt-cinq langues et que, pour eux, la capacité d’écoute dépasse grandement la compétence visuelle. Écouter l’Afrique plutôt que de la voir a priori à travers des images stéréotypées. Voilà les enseignements et l’aptitude de cette culture qui nous donnent à voir une fois de plus la marge dans ses profondeurs, puisqu’en partant à la recherche des traces ontologiques disséminées dans une culture majoritairement orale, les écrivains mozambicains perpétuent tantôt les soubresauts de l’histoire, tantôt la captation du modus operandi d’anciennes traditions et, notamment, des détails quotidiens. Bien que baigné par l’Océan lndien, cette rive que les Occidentaux ressentent encore plus exotique, le Mozambique donne naissance à une fiction qui frustre cet imaginaire en dévoilant une réalité plus humaine et moins fantastique qu’on ne l’attend.

Dans un langage allégorique, Mia Couto interroge la capacité des Mozambicains à gérer eux-mêmes leurs problèmes. Il décrit ainsi comment l’aide de la communauté internationale pousse le gouvernement mozambicain dans un cercle vicieux qui l’incite à mettre en avant ses défaillances pour bénéficier d’avantages toujours plus importants. Le visage de la pauvreté qui crée l’émotion, cache en réalité d’obscures subterfuges, à l’image de cet agent du gouvernement, mis en scène par Mia Couto, qui pose ou retire des mines antipersonnel en fonction des besoins financiers du pays. C’est au fond ce douteux processus de victimisation des Mozambicains qui est mis en cause dans la diégèse de Le dernier vol du flamant.

Pour ce qui est de l’œuvre littéraire de Paulina Chiziane, elle révèle tout son intérêt dans la solidité de sa poétique qui privilégie un usage très soigné des mots et une habilité rare à raconter des histoires. Au-delà de ses qualités esthétiques, l’univers fictionnel de la première romancière mozambicaine baigne dans une vision féminine acérée et toujours contestatrice, inspirée par un besoin urgent d’émancipation. Le roman intitulé Ventos do Apocalipse, paru en 1999, dévoile un tableau sanglant et dévastateur dans lequel l’errance des personnages met en évidence, sans pudeur aucune, le visage peu glorieux de l’humanité. En suivant les vents imprévisibles de l’histoire à travers le relief difficilement accessible du Mozambique, les déplacements intérieurs témoignent d’une incontournable fatalité : qui échappe à la guerre, n’échappe pas à la faim, puisque le feu militaire demeure intense. Or, en démythifiant le pouvoir belliqueux et phallique des hommes, Paulina Chiziane dit ironiquement que les femmes aussi sont en guerre : « Dans tous les guerres du monde, il n’y eut jamais d’arme plus foudroyante que la femme, mais c’est aux hommes que reviennent les honneurs des généraux 4 ».


1 Mia Couto, Le dernier vol du flamant, traduit du portugais (Mozambique) par Elisabeth Monteiro Rodrigues, Paris, Chandeigne, 2009.

2 Paulina Chiziane, Ventos do Apocalipse, Lisboa, Caminho, 1999.

3 Jean-Marc Moura, Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris, PUF, 1999, p.17.

4 Paulina Chiziane, Ventos do Apocalipse, Lisboa, Caminho, 1999, p.19.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *